Alors on verra le Fils de l'homme

Premier dimanche de l'Avent

Jérémie 33, 14-16; 2 Thessaloniciens 3, 12 à 4, 2; Luc 21, 25 à 36

On ne peut pas dire que les lectures de ce dimanche soient des plus faciles à interpréter. Voici, avec ce dimanche le premier dimanche de l'Avent. Nous reprenons notre marche vers Jésus avec le calendrier liturgique. Désormais, les lumières illuminent les rues de la ville comme celles des campagnes; depuis longtemps les magasins regorgent d'objetss en vue des cadeaux à faire... père Noël, petit Jésus ou Jésus des Evangiles.

 

Jérémie reprend la promesse: voici venir des jours où j'accomplirai la promesse de bonheur... saint Paul insiste sur la force d'aimer quji peut faire de notre vie un cadeau agréable à Dieu. Quant à l'Evangile de Luc, le choix de la litrugie s'est porté sur un texte de type apocalyptique placé vers la fin de l'Evangile. Annonce de catastrophes, style fin du monde. Redressez la tête!cet appel nous semblera saugrenu car, dans la tempête et la catastrophe nous rentrons la tête dans les épaules, en attendant que "ça passe"!

 

Sans doute Luc a-t-il envie de nous dire autre chose que l'annonce de la fin du monde. Sa rédaction est invityation à comprendre que Dieu reste proche, quelque soit le temps que nous subissons. Son texte était écrit pour des chrétiens subissant la persécution, des chrétiens appelés à se tourner vers le Seigneur. La venue du Fils de l'homme n'est pas temps de destruction, mais temps de rédemption. C'est la fine pointe des récits en langage apocalyptique, que ce soit chez Marc, Matthieu ou Jean (en particulier dans l'Apocalypse): nous devons apprendre que la catasptrophe qui s'abat sur nous ou sur notre entourage, ou sur certaines nations, n'est pas signe de l'absence de Dieu. Certains sont dans l'obscurité d'une vie marquée par le vide, le trouble ou la haine subie. La foi des chrétiens, n'est pas idéaliste, mais ele invite à croire et à espérer. Et, dans ces temps, à continuer à vive fermement sous le régime de l'amour en gardant une vie digne des baptisés, des Fils de Dieu. Même si tout pousse à faire n'importe quoi...! A chacun il imorte de choisir le cehmin afin que vienne le Seigneur. Jean-Baptiste nous le rappelera dans les prochaines semaines.

Fermer