Relais-Emmaüs La Buissière

« La misère ne se gère pas, elle se combat »

En cette période de crise, ces paroles de l'abbé Pierre prennent encore plus d'actualité. L'abbé aurait 100 ans cette année. Le père Léon, son alter ego de chez nous, est décédé il y a 10 ans. Le Relais de Bruay-la-Buissière, Emmaüs Nord-Pas de Calais, les associations caritatives ou d'insertion qui avaient répondu à l'invitation... ils furent près de 200 à fêter ces deux anniversaires au Relais, un samedi de mi-novembre.
Loin d'une journée « souvenir », ce fut une journée «avenir » que cette rencontre. Débat, partage, célébration religieuse et soirée festive : tous les ingrédients pour réunir une grande famille.

 

Le temps fort de l'après-midi fut un débat-conférence sur le thème « Et les autres ? Pour des solutions innovantes face à la pauvreté ». Les sept intervenants ont su amener des faits concrets, des expériences en cours et rappeler des vérités fortes.


Philippe Vasseur, président, entre autres, du World forum Lille (forum mondial de l'économie responsable), souligna que des dirigeants de grosses entreprises et multinationales affirmaient aujourd'hui que l'humain et le social ne pouvaient plus être mis de côté dans la gestion d'une entreprise.
Martin Hirsch, ancien président d'Emmaüs-France, initiateur du RSA et de l'actuel service civique, Pierre Duponchel, co-fondateur et président du Relais, sont allés plus loin : l'économie solidaire et sociale est non seulement viable mais appelée à essaimer, qu'elle soit ou non basée sur le recyclage. Le Relais, aujourd'hui, ce sont 2000 emplois en France.


Anne Saingier, présidente d'Emmaüs Nord-Pas de Calais-Picardie et Marc Mordacq, directeur des toits de l'Espoir, ont démontré que, malgré les lenteurs administratives, les tergiversations d'élus, il est possible de loger les plus démunis. Les Toits de l'Espoir, ce sont 150 logements rénovés par an.

 

Pierre Ramel, directeur de Planète Urgence expliquait comment des bénévoles donnent 15 jours de leur temps libre pour aller en Afrique partager leurs compétences. Désiré Yameogo, du Burkina Faso, a témoigné de la collaboration entre le Relais, Planète Urgence et son association « Wend Puiré ». Cette association regroupe aujourd'hui près de 2000 agriculteurs-apiculteurs de ce pays qui se sont lancés dans la production d'un miel équitable.

 

Fêter quelqu'un, c'est faire la fête en son honneur : Jean-François Chaumette, guitariste et directeur d'Emmaüs-Saint-Omer, ses musiciens membres de la communauté, son groupe folklorique « Les ronds d'flan », de jeunes percussionnistes du Burkina et les clowns-musiciens de « La bande à Léon » ont permis à tous de poursuivre, le soir, cette journée de convivialité. Jean-Paul Chavaudra
 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 2834 visites

Fermer
Fiscalité et générosité
Comment je peux soutenir la mission de l'Église en réduisant mes impôts.
En savoir plus
sur les dons IR et ISF