Réjouissez-vous, le Seigneur est proche

3ème dimanche avent

Sophonie 3, 14-18 ; Philippiens 4, 4-7 ; Luc 3, 10-18


Evangile de Luc ch.3. : La procession des gens qui viennent trouver Jean-Baptiste est fort intéressante. Qui sont-ils, d’où viennent-ils, que cherchent-ils ? On trouve dans l’ordre : des foules, des publicains (collecteurs d’impôts), des soldats… Cette précision, apportée par Luc, invite à découvrir des gens de rien, des étrangers, des pécheurs qui viennent écouter Jean-Baptiste, sans doute pour mettre un peu d’ordre dans leur vie. “Le peuple était en attente”. Cela se passe loin de Jérusalem, loin du centre religieux officiel. Faut-il donc croire que le Temple de Jérusalem, son sacerdoce et ses rituels ne suffisaient pas pour trouver réponse à ses questions existentielles ?


Le message du synode des évêques aux chrétiens (§ 4) invite à relire les évangiles de la manière suivante : “redécouvrir la façon dont, dans la vie de Jésus, les personnes se sont approchées de lui et ont été appelées par lui, afin d’introduire ces mêmes modalités dans les conditions de notre temps.?Rappelons-nous par exemple comment Pierre, André, Jacques et Jean ont été interpellés par Jésus dans le contexte de leur travail, comment Zachée a pu passer de la simple curiosité à un chaleureux partage du repas avec le Maître, comment le centurion romain lui a demandé d’intervenir à l’occasion de la maladie d’une personne chère, comment l’aveugle de naissance l’a invoqué pour être libéré de sa marginalisation, comment Marthe et Marie ont vu leur hospitalité, chez elles et dans leur cœur, récompensée par sa présence. Nous pourrions continuer à parcourir les pages de l’Évangile pour illustrer combien, dans des conditions variées, la vie des personnes s’est ouverte à la présence du Christ”.


Nous avons là une piste à explorer : regarder les rencontres de Jésus avec les gens de son temps : quels rapports il entretient avec eux, rapports de proximité, rapports de compassion, de complicité parfois, aujourd’hui on parlerait d’une empathie certaine de la part du Fils de Dieu envers les fils des hommes. Combien nous aimerions que notre Eglise redevienne comme Jésus ce lieu d’empathie, ce lieu désirable tout comme l’est notre Dieu ! Un Dieu qui écoute plutôt qu’il ne condamne…


En méditant comment Jean-Baptiste, puis Jésus entre relation avec ce peuple dans l’attente, peut-être pourrons-nous mieux découvrir comment les chrétiens peuvent entrer en relation avec les gens en attente dans la société actuelle. La Bonne Nouvelle telle que l’annonce Sophonie : “ Le Seigneur te renouvellera par son amour ; tu n’a plus à craindre le malheur”, ou Jean-Baptiste, pour qui la venue du Messie est une Bonne Nouvelle… Ne répétons pas en boucle le Seigneur est avec toi, apprenons à faire vivre l’expérience de la proximité de Dieu avec chacun de nous.

Abé Emile Hennart

Prier pour une Eglise qui se rend désirable:  http://arras.catholique.fr/page-31808.html
 

Fermer