Nous sommes en paix avec Dieu par Jésus

Fête de la sainte Trinité

Proverbes 8, 22-31 ; Romains 5, 1-5 ; Jean 16, 12-15

"Dieu fait de nous des justes par la foi ; nous sommes ainsi en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a donné, par la foi, l’accès au monde de la grâce…" Telle est la lettre de Paul qu’il nous est donné d’entendre en cette fête de la Trinité. Tout ceci est bien loin des discours enseignant la peur qui furent répandus, des siècles durant par la sainte Eglise. Il n’est pas sûr que le message annonçant l’amour de Dieu pour nous et notre réconciliation avec lui soit reçu et enseigné partout aujourd’hui. (Je suis avec vous tous les jours affirme Matthieu 28,28)

 

La Trinité a été l’objet de discours théologiques souvent ardus et difficiles à comprendre tant ils voulaient expliquer “Un seul Dieu en trois personnes" selon la philosophie d’Aristote. Nous avons sans doute gardé, enfouie dans notre mémoire l’expression “Le mystère de la sainte Trinité”… manière de dire : ne cherchez pas à comprendre, c’est un mystère. La conférence des évêques a publié une définition du mot mystère qui aide à comprendre pourquoi c’est incompréhensible : “Le mystère concerne avant tout l’initiative gratuite que Dieu a prise de se révéler aux hommes pour sceller avec eux une alliance indéfectible”. (Proposer la foi.. 1996, p. 44). Que Dieu nous aime à ce point est vraiment incompréhensible ! Nous fêtons aujourd’hui l’initiative de Dieu pour nous.

 

En cette année de la foi et année jubilaire du Concile, il n’est pas inutile d’aller relire les textes du Concile Vatican II, en particulier Lumen Gentium, chapitre 1, mais aussi Dei Verbum, la constitution sur la Parole de Dieu, pour y retrouver le langage et la pensée des pères du Concile. Ce discours est avant tout biblique. (Le texte ci-après reprend les termes de la constitution, même si sa longueur oblige à quelques coupures).

 

Le Père a décidé d'élever les hommes à la communion de sa vie divine… Après leur chute en Adam, Il ne les a pas abandonnés, en considération du Christ rédempteur. Tous ceux qui croient au Christ, il a voulu les appeler à former la sainte Eglise qui, … établie dans ces temps qui sont les derniers, s'est manifestée grâce à l'effusion de l'Esprit-Saint…


Ce premier chapitre du Concile détaille ensuite la mission du Fils : “Ainsi le Fils vint, envoyé par le Père …, selon son libre dessein de tout rassembler en lui. Toutes les fois que le sacrifice de la croix se célèbre sur l'autel, l'œuvre de notre Rédemption s'opère. En même temps, par le sacrement du pain eucharistique, est représentée et réalisée l'unité des fidèles qui, dans le Christ, forment un seul corps. A cette union avec le Christ… tous les hommes sont appelés.
 

De même le rôle de l’Esprit est ainsi détaillé : “Une fois achevée l'œuvre que le Père avait chargé son Fils d'accomplir sur la terre, le jour de Pentecôte, l'Esprit-Saint fut envoyé qui devait sanctifier l'Eglise en permanence et procurer ainsi aux croyants, par le Christ, dans l'unique esprit, l'accès auprès du Père… L'Esprit habite dans l'Eglise et dans le cœur des fidèles comme dans un temple, en eux il prie et atteste leur condition de fils de Dieu par adoption… Par la vertu de l'Evangile, il rajeunit l'Eglise et il la renouvelle sans cesse, l'acheminant à l'union parfaite avec son époux.

 

L'Eglise. On trouve alors la présentation de l’Eglise, issue de la volonté du Père, du Fils et de l’Esprit : “Le mystère de l'Eglise sainte se manifeste en sa fondation. En effet, le Seigneur Jésus donna naissance à son Eglise en prêchant l'heureuse nouvelle, l'avènement du règne de Dieu promis dans les Ecritures depuis des siècles: "que les temps sont accomplis et que le royaume de Dieu est là"… Et quand Jésus, ayant souffert pour les hommes la mort de la croix, fut ressuscité, il apparut que Dieu l'avait fait Seigneur, Christ et Prêtre pour l'éternité, et il répandit sur ses disciples l'Esprit promis par le Père. Aussi l'Eglise, pourvue des dons de son fondateur, et fidèlement appliquée à garder ses préceptes de charité, d'humilité et d'abnégation, reçoit mission d'annoncer le royaume du Christ et de Dieu et de l'instaurer dans toutes les nations, formant de ce royaume le germe et le commencement sur la terre.
 

 

Puissent ces quelques lignes nourrir notre méditation sur le Dieu Père, Fils et Esprit… son dessein de réconcilier tous les hommes avec lui et d’en faire le Peuple de la nouvelle Alliance E.H.

 

Complément :  Dei Verbum §2 “Il a plu à Dieu dans sa sagesse et sa bonté de se révéler en personne et de faire connaître le mystère de sa volonté grâce auquel les hommes, par le Christ, le Verbe fait chair, accèdent dans l'Esprit-Saint, auprès du Père et sont rendus participants de la nature divine. Dans cette révélation le Dieu invisible s'adresse aux hommes en son immense amour ainsi qu'à ses amis, il s'entretient avec eux pour les inviter et les admettre à partager sa propre vie”


Nous sommes concernés aujourd’hui par ces affirmations :
Le père créateur (Credo): invitation à rendre grâce, à reconna^tre le don de la vie et de l'univers  qu'il nous fait
Le Fils venu chez nous pour nous. Relire Philippiens 2 ou Jean 1 : Jésus ne revendique pas de rester auprès de Dieu. "Il a planté sa tente au milieu de nous; il est venu chezé les siens". Le synode des évêques, à Rome en octobre 2012, invite à relire les évangiles pour y découvrir Jésus dans la relation qu’il créée avec les gens qu’il rencontre… le lépreux, le centurion, la belle-mère, les possédés de Gérasa, Matthieu le publicain qu’il appelle et ses amis pécheurs avec qui Jésus prend le repas… Cette ouverture au-delà des bien-pensants d’Israël fait partie de l’attitude de Jésus que nous sommes invités à imiter !


L’Esprit : celui qui nous aide à comprendre les paroles du Christ, à voir comment elles peuvent devenir pour nous parole vivante (advocatus ou paraclétos, “à côté de nous”). La lecture rigoureuse des Actes des apôtres fait découvrir que l’Esprit est celui qui provoque à annoncer le Christ, à agrandir les communautés. (A relire ce que dit Luc !)… on peut toujours en rajouter sur le rôle de l’Esprit… prenons d’abord ce qui est dit dans le Nouveau Testament…

 

Dans ce temps de l’Eglise, d’après la Pentecôte… il existe bien des lieux, bien des occasions, où nous témoignons de la Parole de Jésus.
Témoignage de X. Elle est contactée par Igor qui n'a jamais entendu parler de Jésus. Sans aucune connaissance de Jésus, en recherche, il découvre sur Internetson nom via lors de sa recherche pour prier … Elle lui donne le Notre père, comme prière de base des chrétiens… Il revient 15 jours plus tard et dit son étonnement entre la première partie et la fin du Notre Père : “Car c’est à toi qu’appartiennent…" Ce n’est pas la tonalité de relation père/fils, mais une tonalité, une solennité toute différente. La finesse de l'Esprit est peut-être passé par là pour distinguer ce quji est "du Christ" et ce qui est parole grandiloquente ajoutée. Il n'y a pas que l'enseignement catéchétique comme moyen, mais aussi (ou d'abord), le dialogue avec quelqu’un qui cherche… J’ai envie de dire que l’Esprit souffle encore aujourd’hui, mais souvent il est très discret, c’est nous qui en faisons une montagne, alors qu’il souffle au cœur les paroles du Fils.

 

Fermer