Des bilans, des perspectives, des appels

Eglise d'Arras n°12

Le diocèse était en fête ce dimanche 15 juin avec l’ordination de trois prêtres, “ordonnés au service du peuple de Dieu”. Cela ne signifie pas que la courbe du nombre des prêtres soit à la hausse. Il est facile de se rendre compte, à la lecture des nominations publiées en juin et juillet, que l’alchimie pour appeler, pour déplacer, pour restructurer n’est pas chose facile. L’expression des souhaits et des craintes est légitime, elle ne dispense pas de chercher à développer une vie d’Eglise où prêtres, diacres et laïcs développent le sens de la coresponsabilité au service de l’Eglise et de l’annonce de l’Evangile. Les urgences sont souvent là qui détournent d’une recherche commune en vue de servir l’Evangile de Jésus-Christ.
 
Rendre compte du conseil des doyens c’est aussi inviter les uns et les autres à mesurer les défis qui se posent aux croyants, quand ils veulent une Eglise servante de tous, ouverte à tous, qui dépasse les questions d’organisation pour proposer la rencontre de Jésus-Christ. Aller aux frontières, ne pas dédaigner la pauvreté des pauvres (psaume 22, 25) est une nécessité qui risque d’être reléguée après la réponse aux urgences qui assaillent les acteurs en Eglise, prêtres et équipe de paroisse en particulier.
 
Eglise d’Arras continue à présenter au fil de ses dossiers quelques aspects de la vie des doyennés. Après Hénin-Carvin, voici le doyenné de Lens-Liévin. C’est un des plus importants doyennés avec ses 226.500 habitants. Pays marqué par la précarité et la multiplicité des organisations et associations et œuvres sociales. C’est aussi à Lens qu’est implanté le Louvre-Lens II, une réussite qui, espérons-le, ouvre aussi le regard sur l’avenir et la création d’emploi. Faute de place, ni ce numéro, ni le suivant ne pourront rendre compte de la multiplicité des initiatives prises en paroisses et doyennés pour que les lieux de tourisme soient aussi des lieux de proposition pour le ressourcement de la foi. Le riche patrimoine culturel du diocèse peut ouvrir des portes, il ne se substituera pas à la présence et au témoignage des croyants qui, au quotidien, accompagnent enfants, jeunes et adultes pour que la rencontre avec le Christ ne soit pas fugace, mais devienne chemin où il est agréable de cheminer ensemble, en frères (Ps. 133).
 
Avec la fin de l’année scolaire et les fêtes de fin d’année (communion, professions de foi, confirmations), beaucoup de services d’Eglise et de mouvements feront leur bilan… A ces occasions, on peut souhaiter qu’un moment sera consacré pour voir quels appels peuvent être lancés pour que se lèvent de nouveaux collaborateurs, de nouveaux coresponsables pour l’Eglise et sa mission d’annonce… “La moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux...”
 
Abbé Emile Hennart
Fermer