La moisson est abondante…

Edito Eglise d'Arras 14, septembre 2013

champs de ble Des jeunes parents ont conduit leur tout jeune enfant pour leur première année d’école ; d’autres ont ouvert le chemin du primaire ou du secondaire, non sans quelque appréhension, certains pour quatre jours, d’autres pour quatre jours ½ de scolarité. Les étudiants espèrent que leurs études déboucheront sur un diplôme, mais surtout sur un emploi qui se fait rare. Les chrétiens participent à l’élaboration de ce monde à-venir. Disciples du Christ nous partageons les joies et les espoirs des générations qui nous entourent.

 

La rentrée scolaire participe au sentiment de rupture entre hier et demain. Elle marque une nouvelle étape dans la vie personnelle et sociale. Rupture et pourtant continuité nécessaire : il n’y aura pas d’histoire personnelle et sociale s’il n’y a pas continuité, si chacun ne cherche pas à relier les moments discontinus de sa vie. Ainsi le rassemblement des JMJ est terminé, mais le message est à faire retentir auprès des jeunes et des moins jeunes aujourd’hui et demain. Le pape s’adressait aux jeunes mais aussi à tous ceux qui désirent que soit annoncée la Bonne Nouvelle de Jésus proche et ami de tous. Le mot engagement fait peur, car il suppose continuité et durée, pourtant beaucoup osent l’aventure : famille, vie professionnelle, associations, organisations. Les chrétiens se savent embarqués depuis 2.000 ans et désirent suivre Jésus-Christ sur un chemin d’humanité, perturbés par des vents contraires.

 

Les médias rapportent de nombreux faits de guerre, des souffrances et des haines jamais assouvies. Dieu, Allah ou Mahomet ne peuvent accepter que leur nom soit associé à ces massacres. Les artisans de paix n’arrivent plus à se faire entendre : Syrie ou Egypte, Irak ou Nigéria, Lybie ou Liban. Que deviennent les coptes d’Egypte ou les chrétiens de Syrie, héritiers des premières communautés chrétiennes ? Le peu de moyens dont nous disposons peut entraîner lassitude et désespérance. Or, dans le même temps nous pouvons découvrir la générosité et la solidarité de celles et ceux qui, jour après jour, viennent en aide aux victimes, aux exilés. Souvent cela passe par des organisations et des associations. Nous pouvons les porter dans la prière et un peu plus sans doute, en particulier l’Œuvre d’Orient, pour les chrétiens. Le geste du pape se rendant à Lampedusa en juillet dernier peut éclairer nos choix. A défaut de Lampedusa, nous avons bien Calais où le nombre de Syriens réfugiés se multiplie.

 

Dans ce numéro, deux pages concernent le prochain synode provincial : “Inventons les paroisses de demain”. Les assemblées réuniront environ deux cents participants, mais l’ensemble des chrétiens est sollicité en vue d’exprimer comment il conçoit l’Eglise de demain. Un document de consultation est disponible dès maintenant, auquel vous êtes invités à répondre. Des informations se trouvent déjà sur le site www.synode.lac.fr. De quels moyens les Eglises de Lille, Arras et Cambrai disposeront-elles pour répondre à l’appel à porter l’Evangile pour le monde d’aujourd’hui ?

 

Dans le prochain numéro, seront répercutés les échos de la journée de prérentrée en catéchèse :“l'expérience du partage autour des Ecritures”. Le calendrier de septembre-octobre se remplit bien vite : accueil des inscriptions au caté, journées du patrimoine, lancement des maisons d’Evangile ; les formations ADF, Fortul ou Cipac auront reçus leurs étudiants. La moisson est abondante, puissent les ouvriers à la moisson être très nombreux.
Abbé Emile Hennart.
 

Fermer