L'amour qui meut le soleil et les autres étoiles

Un film à la rencontre des petites soeurs de l'ouvrier

Petites Soeurs de l'Ouvrier Petites Soeurs de l'Ouvrier   Présentation du film "L'amour qui meut le soleil et les autres étoiles"

à la maison de la culture de Sallaumines, face à la mairie.

Un film de Catherine Page et Alain Massonneau.

 

Une réalisatrice mécréante rencontre des femmes de foi, les Petites Soeurs de l'Ouvrier. Un dialogue s'engage entre elles: foi, vocation, Dieu, Credo de l'Eglise catholique romaine...

 

Contact à Sallaumines:

Petites Soeurs de l'ouvrier 0321424310,

4, rue Jean Moulin  62430 Sallaumines

 

Contact distribution: Alain Massonneau 068332158

 

Entrée libre sur réservation à la MAC 03.21.67.00.67 pour par mail : mac@ville-sallaumines.fr

 

Petites soeurs de l'ouvrier Petites soeurs de l'ouvrier  

 

 

Moi-même, athée incurable mais cependant non hermétique aux mythes et symboles, musiques et spiritualités chrétiennes (ou autres, tout aussi bien), c’est avec enthousiasme, soit, étymologiquement "avec Dieu en moi", que je relaie l’information suivante.
Catherine Page et Alain Massonneau présenteront leur dernier film L’Amour qui meut le soleil et les autres étoiles à Sallaumines le samedi 12 avril 2014 à 14h.

 

Il s’agit d’un documentaire qui interroge et observe, pendant 3h45, des bonnes soeurs…
Enoncé ainsi, le « pitch » pourrait vous donner envie de fuir. Vous auriez tort.
Le film est non seulement instructif (vous saviez que cela existait, vous, cet ordre, « les petites soeurs de l’ouvrier », ces femmes qui vivent sans cornette et travaillent avec les prolos ? moi, non), il est émouvant.


J’ai eu la chance d’en voir une copie de travail, il y a près de deux ans. C’est ainsi que j’ai passé 3h45 en compagnie de femmes lumineuses et attachantes, qui certes sont un brin anachroniques (le film parle notamment de cela, du vieillissement de leur ordre, de la disparition de leur mode de vie, de la mort pure et simple aussi), certes ont la foi (et alors ça c’est le gros mystère), mais sont bigrement vivantes, et ont des choses à raconter. Juste raconter, se raconter, sans faire de prosélytisme, ce n’est pas la question. Je vous assure que c’est beau.


Pour ma part je ne prie pas pour vous, mais je pense à vous, ce qui revient un peu au même, chacun faisant comme il peut.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article publié par Emile Hennart - Maison d'Evangile • Publié • 1752 visites

Fermer