La marche dans la Bible

 

Evocation et réveil de notre la mémoire.

Il n’y a pas qu'une seule idée dans la Bible autour de la marche, du déplacement. Cette présentation reprend quelques figures de la Bible. Les personnages et récits de la Bible ne sont pas des monographies de type historique, type biographique, mais plutôt une manière, une occasion pour se représenter le rapport à Dieu. Que ce soit Abraham ou Elie, que ce soit Moïse et le peuple de Dieu au désert, ou Jésus ou Jean Baptiste… et nous, quel rapport entre Dieu et nous ?

P1060272adesert P1060272adesert  

Marche, marche au désert.

Très souvent le mot désert est associé au mot marche… Les pèlerins qui passent par le désert du Néguev le découvrent tout autre que le désert du Sahara. Il n’est pas un univers de sable vide, sans eau ni végétation. Le désert est rocailleux avec de l’eau (parfois inondé) habité par une faune. Le désert : il faut d’abord s’apprivoiser à lui ! Il est à la fois lieu de repli, de retrait, moment hors de la foule… il est lieu de la rencontre : Abraham et Melchisédech, les visiteurs, les dialogues avec Yahvé ; Moïse au puits, où avec le buisson ardent, lieu de la recherche et rencontre de Dieu. Jean-Baptiste, les disciples, Jésus en bordure du désert, etc.

 

Abraham

Le premier marcheur que nous rencontrons dans la Bible est Abraham. Genèse 12 à 38. Travail de construction littéraire et spirituelle. Histoire recomposée pour faire d’Abraham le père fondateur de référence pour le peuple juif. Son père Térah quitte Our en Chaldée, pour Harân, au Nord. L’itinéraire d’Abraham commence à Harân. De là il parcourt tout le territoire de la Terre Promise, jusqu’en Egypte… Plus qu’une marche, son histoire est une épopée. Son histoire ne le montre jamais comme arrivé quelque part, comme s’il partait un lieu pour arriver à destination. (Nomade, errant ???).

La caractéristique première est qu’il quitte son pays en réponse  une promesse faite par Dieu…

Lecture Genèse 12, 1-4, 5-9, puis 10-20 ; 13, 1-4 ; 13, 18 (Puis autel Isaac 22,9.   Création Béthel 35,3)

  • Quitte ton pays, ta parenté
  • Suite à un appel de Dieu, à une promesse à laquelle il fait confiance
  • En un seul chapitre, Abraham a tout parcouru jusque Sichem. En chaque lieu où il passe et s’arrête, il pose un geste. (4 fois en Gn 12-13). Je retiens cette attitude, habitude : là où il s’arrête il bâtit un autel… Dieu ne lui demande rien, mais c’est la manière pour Abraham d’établir physiquement une relation avec celui qui l’a appelé. L’autel du sacrifice Isaac ; Autres en Genèse : les justifications d’un choix de servir Yahvé (35, 3 à Béthel) [L’autel, témoin dura-ble d’une faveur ; il signifie la présence de Dieu, le lieu où se réalise la communion des fidèles avec Dieu.
  • Au lecteur de la Bible aujourd’hui c’est peut-être recevoir un appel : on ne prendra peut-être pas quatre parpaings pour dresser un autel, mais nous avons une icône, une statue, un crucifix, une bougie (en Maison d’Evangile) pour rappeler le lien qui nous lie avec Dieu celui qui nous a appelés. Aujourd’hui encore, nous avons besoin de gestes concrets, d’objets pour signifier notre relationDieu. On peut avoir des distractions… mais notre œil qui croise à nouveau l’objet nous aide à nous recentrer sur Dieu…
  • Rm. Abraham affronté à de nombreuses questions et situations au cours de son existence : Le mariage, la fréquentation de l’étranger, l’action de grâce, la prière de demande : En Egypte ; Melchisédech 14,18 ; les visiteurs, Sodome… Nulle part Abraham n’est installé. Il achète une terre pour les funérailles de Sara ; Abraham, le nomade, l’errant
  • Note : Pour les chrétiens (excepté Hébreux) il n’est plus question d’autel, mais de repas/table où l’on communie (1Co 10 ; Hé 13,10)

 

Moïse-Exode

Traité par Pharaon comme un fils, Moïse se retrouve au désert. Il marche. Auprès d’un puits il est accueilli/recueilli par Jéthro et ses filles. Berger dans la montagne… l’épisode du buisson ardent demeure le moment de l’appel, avec un dialogue où Dieu livre son nom et conclut par une mission “Va, je t’envoie auprès de Pharaon et fais sortir les Israélites. Je serai avec toi…” Précision complémentaire : pour servir Dieu sur la montagne. Nombres 14 explicite le refus de les faire entrer parce qu’ils ont trahi (épisode du veau d’or). Moïse n’entrera pas non plus, pour avoir frappé deux fois le rocher… ayant manifesté un doute. Après la marche pour aller servir, le temps de l’exode est une marche pour expier.

Exode, longue marche au désert qui conduit dans la Terre ¨Promise. Marche de punition, de purification, de construction du peuple de Dieu et de l’Alliance.

[Les évangiles reprennent les figures de l’Exode pour donner sens aux étapes vie du Christ et salut.

  • passage de la mer rouge : 1 Co 10,1-16 Ap 15,3 cf. Ex 14-15,  (+ association mer/manne, multiplication des pains et marche sur les eaux ? Matthieu en particulier cf. ch.5)
  • don de la manne : Jean 6, 31-49 cf. Ex 16
  • de l’eau vive : Jean 7, 37, cf Ex 17
  • élévation du serpent : Jean 3, 14
  • constitution d’un nouveau peuple de Dieu : 1 Pierre 2,9 Apo 5, 9 ; cf. Ex 19,6, Isaïe43, 20
  • chargé d’un culte nouveau :,  1 Pierre 2,5 cf. Ex 4,23
  • renouvellement de l’alliance : Apo 11, 19cf Ex25,9
  • sur la montagne : Ac 7,37, Gal 4, 24, He 8,5 ;12, 20   Cf ; Ex 24
  • enfin l’agneau pascal immolé :. Jn 1, 29 et 19,36 ; 1 Co 5,7,  1 P 1, 18 Ap 5,9 cf. Ex 12,5

 

Elie

Au mont Thabor, en Galilée Elie  
Au mont Thabor, en Galilée
Au mont Thabor, en Galilée
Figure bien connue. Depuis le Djihadiste, taliban qui extermine tous les adversaires de Yahvé au Mont Carmel (400 prêtres de Baal massacrés au Mont Carmel), jusqu’à son élévation dans un char de feu, sous les yeux d’Elisée ! Méditation : après ce haut-fait au Carmel, 1 Rois 18, 42 Elie est poursuivi par les troupes d’Achab (et Jézabel). Il s’enfuit 1 rois 19 ; La prière de l’home découragé. La sollicitation le pain et l’eau pour continuer la route. L’Horeb et la manifestation de Yahvé : un autre Dieu que celui du Sinaï : “Le bruit d’une brise légère”…

Une mission (A 19è ordinaire ; C 13è ordinaire) termine la rencontre… Toute marche mène à Elie 2 Elie 2  Dieu, mais se prolonge dans une mission reçue. Jésus au désert : s’ensuit dans les 4 évangiles le temps de la mission (la vie publique selon la catéchèse d’autrefois). Marie à l’annonciation ; les femmes au tombeau … Il y a parfois aujourd’hui décalage quand nous arrêtons la vocation à la rencontre avec Dieu… cela se continue toujours y compris pour les prêtres et les laïcs par une mission d’aller vers, de proclamer. (Presbyterorum ordinis place souvent l’annonce comme première des trois charges dans le ministère des prêtres -vérifier). Développer l’image de Dieu qui évolue dans le cœur d’Elie : du tonnerre du Sinaï au murmure de l’Horeb… De quel Dieu sommes-nous porteur ? Peut-être, ne pas choisir l’un contre l’autre, mais les deux à la fois le Dieu tout puissant et le Dieu tout discret.

 

L’Exil

La marche du retour, nouvel Exode. Les appels des prophètes à préparer ce retour : Isaïe, Ezéchiel, Jérémie. Penser au second Isaïe (40, 1-5) et au 3ème. A la reprise qui en sera faite par les premiers chrétiens pour désigner Jean-Baptiste : je suis la voix qui crie préparez le chemin du Seigneur. Il faut faire le chemin, rendre possible ce chemin pour que vive le Seigneur avec nous…

[Livre de Tobie : livre/roman de sagesse. Voyage initiatique. Ironique et instructif]

 

Les pèlerinages

Les pèlerinages et les psaumes (Ps 121 montées). Marche vers le lieu de la rencontre, de l’assemblée. Marie chez Elisabeth : je suis la servante du Seigneur ; Magnificat, le Seigneur qui élève et abaisse (Lc 1). En Jean, au moins 4 pélés de Jésus à Jérusalem. Les labyrinthes des cathédrales.

 

Jésus

Les nombreuses fois où il est écrit : “en chemin, sur le chemin”. Une grande partie du ministère de Jésus se situe sur le chemin. (Cpdt, Ne pas oublier à la synagogue, ou dans l’enceinte du Temple…)

"Viens, suis-moi", à entendre d’abord au concret au spirituel ensuite ! (Jésus au désert ?). Nuance : Jésus marche sur le chemin, non pour chercher Dieu, mais pour l’annoncer ! Il se met à l’écart pour prier son Père.

L’aveugle Bartimée, au bord du chemin et il le suivait sur le chemin ! (Mc 10) le lépreux Mt 8, les 10 lépreux (BJ : il cheminait avec Lui ! TOB : “Il suivait Jésus sur le chemin”.

Emmaüs : le chemin qui dure et permet aux disciples de lire les Ecritures, d’échanger, de relier Vécu/Ecriture (relecture, hier et aujourd’hui) et, le soir venu (et non à l’arrivée !) la découverte. Et nous, où sont nos chemins d’Emmaüs, les occasions de confronter nos évènements avec l’Ecriture, sur le chemin ? La suite, c’est la nécessité d’annoncer. (Rencontrer Dieu n’est jamais une fin !!!)

 

Labyrinthes et cathédrales

Amiens le labyrinthe Amiens le labyrinthe  
Le parcours symbolise le pèlerinage vers la Terre sainte
Le parcours symbolise le pèlerinage vers la Terre sainte
Labyrinthe, une des manières de proposer aux pèlerins qui ne peuvent aller à Jérusalem de vivre la marche vers le Christ. Le labyrinthe est conçu comme un chemin du pécheur vers le Christ : l’essentiel est de méditer avec lui le passage de la mort à la vie éternelle

http://www.cathedrale-chartres.org/fr/le-labyrinthe,121.html  ou http://cathedrale.gothique.free.fr/Labyrinthe_cathedrale.htm

 

Autres

Les croisades (avec prudence : nous n’avons gardé qu’un aspect de leur folklore et oublié les ombres).

Jacques de Compostelle : recherche de soi, coupure de l’ordinaire, défi que l’on se donne, etc.

Les processions et les manifs ; 1er mai et Jeanne d’Arc ; Les droites et la Rue ? Les défilés.

Les grandes marches fondatrices des monothéismes : Exode, Hégire ;

Penser aux nombreux chants qui évoquent la marche, le chemin… Ps 121.Sur le chemin de la vie, sois ma lumière ; de nos campagnes et de nos cités. Peuple de Dieu marche joyeux.

 

*** Et nous ?

De nombreuses pistes de réflexions sur nos motivations peuvent être évoquées. Je pense entre autres : mettre nos pas sur les pas de ceux qui nous ont précédé, prendre modèle sur les saints ; faire un break dans notre propre histoire, nous remettre au diapason de Jésus : le suivre Jésus ou toi suis-moi… Si possible en ayant en mémoire la démarche d’évangélisation selon le synode (octobre 2012) §5 : “ Nous sentons sincèrement le devoir de nous convertir avant tout nous-mêmes à la puissance du Christ, qui seul est capable de renouveler toute chose, surtout nos pauvres existences. §4 occasions de rencontre avec Jésus et l’écoute de la Parole. Invitation à relire les § 1, 4 et 5 du message final du synode sur la nouvelle évangélisation, qui recentre sur la méditation personnelle de Jésus. + Ps121

Fermer