Journée des communications sociales

Présence d'Eglise dans les réseaux sociaux

Message de Benoit XVI sur les réseaux sociaux

Télécharger le fichier Message_Benoit_XVI_reseaux_sociaux

Contenu du fichier :

 

Lien vers le texte et le commentaire de la Cef

 

 On lira avec intérêt la conférence de Mgr Giraud sur réseaux et web

 

Extrait de la conférence de Mgr Giraud

 

Enjeux

 

            L’Église en France, enfin consciente des enjeux, essaie donc de les réfléchir.

 

Enjeu ecclésiologique

            Quelle Église se dessine concrètement ? Quelle autorité  institutionnelle ? Le président de notre Conférence épiscopale l’a exprimé dans son discours de clôture de notre dernière Assemblée plénière : « Nous ne sommes pas absents de ces réseaux, mais sans doute devons-nous mieux comprendre et articuler le registre de l’individualité qui en est la règle et celui de l’appartenance à un corps qui est constitutif de l’Eglise. »  Il y a donc deux enjeux : le rôle du laïcat qui prend une part de plus en plus importante et celui du « label catholique » dans ce monde de la communication.

 

Enjeu anthropologique

            L’instantanéité des réseaux sociaux transforme l’homme dans son rapport au temps.  Internet est un formidable consommateur de temps. Paradoxalement, plus la connexion est rapide, plus on passe de temps sur le réseau. On voit apparaître de nouvelles addictions. Car il ne faut pas sous-estimer la puissance addictive des écrans. L’homme risque de perdre la notion du temps et surtout le rapport direct aux gens. De plus, l’Église sait que silence et prière sont nécessaires, que l’immédiateté est d’autant plus éphémère, que la liberté ne va pas sans vérité. L’enjeu pour l’Église est aussi de prendre du recul. Un homme nouveau, e-connecté, advient avec les médias actuels.

 

Enjeu missionnaire et catéchétique

            Le fait que l’Église vive désormais dans une culture numérique n’est pas sans conséquence pour la vie de foi et l’annonce de la foi. L’usage des applications a un impact sur nos vies : certains lisent plus facilement et habituellement l’évangile, d’autres un journal catholique, d’autres encore les méditations d’une « retraite en ville ». S’il s’agit pour l’Église en France de bien utiliser les réseaux, d’utiliser Internet pour évangéliser et d’évangéliser internet, il faut surtout apprendre à vivre au temps d’internet. Pour cela il faut utiliser un langage inédit afin que Jésus Christ soit annoncé à l’homme d'aujourd’hui. La dimension numérique épouse mal le caractère concret lié à l’évangélisation. On peut en dire autant de la perspective globalisante et quasi-impersonnelle du réseau qui semble être en contraste avec les nécessaires dimensions personnelles (corps, âme, esprit) de la relation de l'être humain avec Dieu en Jésus-Christ. Il ne suffira donc pas d’ajuster notre langage. Il faudra alimenter le débat rationnel qui permet l’accès à l’intelligence de la foi. Les blogueurs catholiques ont de l’avenir et doivent être soutenus. Il faudrait encore ajouter ici l’enjeu catéchétique évident avec ces nouveaux moyens de communication.

 

benoit xvi reseau sociaux.jpg benoit xvi reseau sociaux.jpg   

 

Le Conseil pontifical pour les Communications sociales affirme qu'il est nécessaire de se demander dans quelle mesure ces nouvelles technologies peuvent aider les hommes et les femmes à rencontrer le Christ dans la foi. Il ne s'agit plus de se limiter à la recherche d'un langage approprié. Il faut savoir présenter l'Evangile comme une réponse à la quête de sens et de foi qui habite les êtres humains. Cette quête est bien perceptible dans les réseaux et y fait son chemin.

Il faut apprendre à évangéliser en tenant compte de la culture numérique

Le Conseil propose aussi d'humaniser et de vivifier le monde numérique : il ne s'agit plus de se servir d'Internet pour évangéliser mais d'évangéliser en tenant compte du fait que les expériences humaines, aujourd'hui, s'expriment aussi dans le monde numérique

Extraits du message de Benoît XVI:

 

La culture des réseaux sociaux et les changements dans les formes et les styles de communication, posent des défis importants à ceux qui veulent parler de vérité et de valeurs. Souvent, comme c'est le cas pour d'autres médias sociaux, la signification et l'efficacité des différentes formes d'expression semblent plus déterminés par leur popularité que par leur importance intrinsèque et leur validité. La popularité est encore fréquemment liée à la célébrité ou à des stratégies de persuasion plutôt qu'à la logique de l'argumentation. Parfois, la voix discrète de la raison peut être dominée par la rumeur des informations excessives et ne parvient pas à éveiller l'attention qui est réservée par contre à qui s'exprime d'une manière plus persuasive. Belém, Lisbonne, 12 mai 2010)
 
Les médias sociaux ont besoin donc de l'engagement de tous ceux qui sont conscients de l'importance du dialogue, du débat raisonné, de l'argumentation logique ; des personnes qui cherchent à cultiver des formes de discours et d'expression qui font appel aux plus nobles aspirations de ceux qui sont impliqués dans le processus de communication. Le dialogue et le débat peuvent s'épanouir et grandir aussi quand on converse et prend au sérieux ceux qui ont des idées différentes des nôtres. « Étant donné la diversité culturelle, il faut faire en sorte que les personnes, non seulement acceptent l'existence de la culture de l'autre, mais aspirent aussi à s'en enrichir et à lui offrir ce que l'on possède de bien, de vrai et de beau. » (Discours à la rencontre avec le monde de la culture, ...
 

L'authenticité des croyants dans les réseaux sociaux est mise en évidence par le partage de la source profonde de leur espérance et de leur joie : la foi en Dieu riche de miséricorde et d'amour révélé en Jésus Christ. Un tel partage consiste non seulement dans l'expression explicite de la foi, mais aussi dans le témoignage, c'est-à-dire dans la façon dont se communiquent « choix, préférences, jugements qui soient profondément cohérents avec l'Évangile, même lorsqu'on n'en parle pas explicitement. » (Message pour la Journée mondiale des Communications sociales, 2011).

Une manière particulièrement significative de témoigner sera la volonté de se donner soi-même aux autres à travers la disponibilité à s'impliquer avec patience et respect dans leurs questions et leurs doutes, sur le chemin de la recherche de la vérité et du sens de l'existence humaine. L'émergence dans les réseaux sociaux du dialogue autour de la foi et des croyances, confirme l'importance et la pertinence de la religion dans le débat public et social.

 

 

Fermer