Elle naquit à Tourcoing le 1er mars 1936. Son père était médecin, sa mère, Juliette Cailloce, professeur d’Histoire.
À l’Institut Ste Ide de Lens où elle fit sa scolarité, la Supérieure et le prêtre qui l’accompagnèrent remarquèrent ses dons intellectuels et sa profondeur spirituelle.
Attirée par la vie monastique, elle entra à Notre-Dame de Wisques le 21 novembre 1957 et fit profession solennelle le 7 Octobre 1963.
Passionnée par tempérament, elle mit au service du monastère ses multiples talents tant manuels qu’artistiques, se mettant à l’électricité comme à la menuiserie. Mais c’est l’orgue qui l’enchantait et qu’elle cultivait par un travail persévérant.
En outre, elle goûtait le silence et lisait toutes sortes d’ouvrages. Toutefois, c’est à l’accueil du monastère que son cœur généreux, ouvert par les épreuves, put se dépenser largement et ceux qui l’approchaient repartaient réconfortés, certains même après avoir retrouvé sens à leur vie.
Lorsque la maladie l’atteignit et que progressivement elle dut renoncer à tout, elle témoigna d’une simplicité et d’une sérénité absolues, qui rendirent manifeste la plénitude que l’Amour avait opérée en elle.

Dans la Maison de soins d’Esquerdes, elle s’inséra de suite. Parfaitement entourée par le personnel, elle offrait à tous son sourire lumineux et aimant.
Le samedi 8 août, elle reçut les derniers sacrements.