le Mercredi 01 mars 2017


Née à Lille le 3 mars 1924, elle appartenait à une famille de juristes qui comptera 6 enfants, dont Louis, le frère prêtre, proche d’elle par l’âge, et qu’elle soutiendra durant toute sa vie de moniale, de sa prière.


Elle fit ses études au Collège du Sacré-Cœur, ses vacances se passant à Erchin, lieu enchanteur, propriété de la grand-mère Piat.
En 1940, la famille se réfugia en Périgord, où son zèle de Jéciste ardente s’employa à catéchiser les étrangers réfugiés.
Mais elle portait au cœur la vocation monastique, et malgré la dureté des temps, elle entra à Wisques le 19 décembre 1944.


Outre diverses charges telles que le Réfectoire, la Lingerie, la Porterie, elle porta celles importantes des comptes et de l’Administration juridique du monastère avec une conscience à toute épreuve.


 Âme de foi simple, profondément mariale, se prodiguant en tout service désintéressé pour sa communauté, elle sut au fur et à mesure que déclinaient ses forces, garder son sourire fraternel, bien que la solitude fût pénible à sa nature sociable. Mais la pensée de tout unir au Christ pour l’Eglise et le monde, la réconfortait immédiatement.

 

C’est à la Porte de Gand (un établissement lillois médicalisé) où nous avions dû la conduire qu’elle attendit patiemment l’heure où il plairait au Seigneur de venir la chercher.