Hommages au Père Hamel

dans les paroisses St Vincent de Bully et St François d'Assise de Lens

bougiesavent bougiesavent  

 

Hommage dans la paroisse St Vincent de Bully

 

 

St Vincent DSC_0084 St Vincent DSC_0084  

Ce vendredi 29 juillet, vous étiez nombreux à rendre hommage au Père Hamel,  victime de l’attentat du 26 juillet. Une minute de silence pleine d’émotion, précédée de l’allocution de Mr le Maire, suivi d’un mot émouvant de Mme Thérèse Demey, membre de la paroisse et de L’abbé Michel Bécart. Un intermède musical interprété par Julien Lefebvre de l’Harmonie Municipale a clôturé cet hommage.

 

Discours de François LEMAIRE, Maire de Bully-les-Mines, Vice-président  de la Communauté d’Agglomération Lens-Liévin.

 

Mesdames, Messieurs,

 

Je voudrais excuser l’Abbé Gérard Levray qui ne pouvait être parmi nous ce jour en raison de la prise de ses nouvelles fonctions dans le Calaisis. Je remercie les fidèles de la Paroisse Saint Vincent et du doyenné de Lens Liévin présents parmi nous, je salue leurs représentants, M. l’Abbé Michel Becquart, prêtre de la paroisse de Lens et M. Alain Lefebvre, diacre.

 

Après avoir tué à Paris, à Toulouse, à Nice mais aussi à Bagdad, à Tel-Aviv ou à Orlando…Après avoir tué des innocents, des enfants et des adultes, des policiers et des militaires, des dessinateurs caricaturistes, des journalistes, des promeneurs du 14 juillet, des juifs, des musulmans, des catholiques, des athées, ils s’en sont pris cette fois à un lieu de culte, à un homme d’église.

 

Cette fois encore, c’est à l’une de nos libertés fondamentales qu’ils s’en prennent : la liberté de conscience, la liberté de croire et d’exercer son culte, dans le cadre républicain et laïc qui est le nôtre.

 

En ce jour, nos pensées vont vers les proches du Père Hamel, vers les croyants, vers la commune de Saint-Etienne-du-Rouvray marquée à tout jamais par ce terrible épisode qui nous a tous meurtris, quelles que soient nos convictions et nos confessions.

 

Si nous sommes toutes et tous sous le choc des attentats de ces derniers jours, toutes et tous inquiets voire en colère, nous ne devons succomber ni à la panique, ni à l’impatience, ni aux sirènes du populisme. Ne tombons pas dans le piège de Daech, celui du clivage communautaire, de la haine et de la division, qui nous mèneraient à la guerre civile. Car tel est le sombre objectif de ces ennemis de la Liberté.

 

Il nous appartient, comme le disait le Cardinal André Vingt-Trois dans son homélie ce mercredi à Notre-Dame de Paris : « d’opposer à la haine l’espérance. De rassembler l’humanité en un seul peuple, non par l’extermination mais par la conviction et l’appel à la Liberté ».   Oui, nous devons nous rassembler et faire front.

 

En ayant confiance en nos forces de sécurité, en la Justice, en nos forces engagées contre l’Etat Islamique en Syrie et en Irak. En ayant confiance en l’Etat pour adopter les mesures qui permettront de renforcer la lutte contre le terrorisme.

 

Mais ce combat contre l’obscurantisme ne dépend pas que de l’Etat. Il nous appartient d’y prendre notre part en tant que citoyens, en tant qu’agents de la fonction publique, en tant qu’élus...Il est de notre responsabilité de veiller à préserver le « vivre ensemble » qui nous est cher, par nos actes quotidiens, dans nos engagements bénévoles, militants ou professionnels. Ne lâchons rien, nous ne devons avoir aucune tolérance vis-à-vis des atteintes à nos valeurs républicaines, vis-à-vis des propos racistes ou xénophobes que nous pouvons entendre ou lire…nous sommes toutes et tous des défenseurs de la République.

 

Mesdames, Messieurs, La période est grave, la période est au rassemblement et à l’union.

La France que nous aimons, n’est pas celle du repli sur soi, de la peur de l’autre, mais celle de la Fraternité et de la Solidarité. La France est forte quand elle est unie et rassemblée, quand elle est fidèle à ses valeurs et ses idéaux.

 

Et même si cela nous est difficile – même si cela nous pèse, nous continuerons de nous réunir à chaque fois que l’un des nôtres sera touché par la barbarie. Et c’est en leur mémoire que nous resterons tous unis.

 

St Vincent-DSC_8727 St Vincent-DSC_8727  

 

Thérèse DEMEY Animatrice EAP paroisse St Vincent de Paul de Bully en Gohelle
 

Je remercie Mr le maire en mon nom et au nom de l'abbé Levray , pour son initiative. Des paroissiens de notre communauté chrétienne s'associent à ce temps de recueillement.

 

Nous sommes tous dans le même état d'esprit: choqués, en colère, révoltés lors de ces actes odieux et barbares. Nous aimerions tous que cela s'arrête. Nos armes sont la volonté de faire fructifier les valeurs citoyennes et humaines et pour nous catholiques, la prière.  Renforçons les liens du vivre ensemble.

 

Ensemble avec celles et ceux qui n'ont pas pu venir nous rejoindre ce midi, dans ce moment de recueillement en hommage au Père HAMEL, associons toutes les victimes et leurs familles qui ont besoin de soutien et de réconfort.

 

Voici quelques mots écrits par l'abbé Levray: Nous avons  à   témoigner d'un" vivre ensemble " possible   pour résister à ceux qui veulent répandre la division et  la haine dans notre pays  et ailleurs.. Ce temps de recueillement  en est  le signe.

 

 

Temps de prière interreligieux dans l'église St Léger à Lens

 

 

Saint François d'Assise SFA-IMG_8218  
Saint François d'Assise
Saint François d'Assise
Dimanche 31 juillet, l'église Saint Léger à Lens était comble, des chaises ont dû être ajoutées en dernière minute, pour l'hommage rendu au Père Hamel.

 

Messe pour la paix, pour la fraternité, qui rassemblait musulmans, catholiques et protestants, ces derniers ayant supprimé leur office du dimanche matin pour venir à cette célébration.

 

Prière de Saint François d'Assise dite dans l'Eglise St Léger

 

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

Article publié par Chantal Erouart - Délégué Communication de Lens-Liévin • Publié • 816 visites