Hommage à M René Delcourt

Funérailles de René Delcourt, Eglise St Denis d’ Avion 27 juin 2015

René, notre ami,

 

 

         L’ heure du grand départ vient de sonner pour toi, et il est bon aujourd’hui de faire mémoire de ta vie qui fut exemplaire.

 

         Tu es né le 31 octobre 1920, et en 1936, c’est une période de chômage. Tu as alors 16 ans, et tu abandonnes tes études pour entrer, après examen, au bureau des Houillères à la fosse 4 d’Avion.

         Là, tu y montres toute l’étendue de tes capacités, et à 28 ans, tu es nommé chef de bureau à la fosse 6 de Angres.

         A cette époque, en 1948, l’énergie atomique est en pleine création. On t’offre une place d’ingénieur comptable. Tu la refuses pour raisons familiales.

         Tu te retrouves aux Bureaux Centraux de Liévin pour régler les dommages de guerre, puis aux services sociaux du groupe Lens-Liévin.

         Tes qualités d’organisateur sont vite reconnues, et l’on te confie les colonies de vacances, et les voyages des mineurs à Berck et à La Napoule pour les congés payés.

         Après 39 ans de service, tu prends ta retraite le 1er novembre 1975.

 

         Tes occupations aux Houillères étaient complétées par un engagement paroissial, politique et social.

 

         A la Paroisse, tu as lancé le Secours Catholique avec Albert Hameau, Mme Patyk, Mme Michel. Puis tu remis en route les kermesses, la célèbre «  Foire aux Moules «  avec Marcel Dufresne et Robert Brisard. Tu occupais dans cette fête une grande place, notamment en organisant le concours de belote.

         Tous les mois, nous avions notre rencontre ACO ( Action Catholique Ouvrière ) avec l’Abbé Mortelette.

         Ta Foi n’a jamais faibli. Sur ton bureau, les photos des Papes successifs, et la revue Prions en Eglise qui te servait lors de la messe télévisée du dimanche. Tu étais heureux lorsque je te portais la Communion. Toute ta vie, tu es resté fidèle au journal paroissial « Regard » .

 

         Sur le plan politique, tu fondes avec Jean Vion la section locale du MRP, et tu en deviens le Président. A la transformation de ce groupe qui prend le nom de CDS, tu te rapproches du Parti Socialiste, et tu en reconstruis une équipe sur Avion. Tu es élu conseiller municipal en 1977. Tu y resteras jusqu’en 1983 avec Léandre Létoquart, maire de l’époque.

 

         Sur le plan social,

         Pour te divertir, il y a les pigeons. Comme tu es un bon colombophile, on te confie là aussi la tâche de Président.

         Tes compétences en la matière sont reconnues. On fait appel à toi comme juge dans les expositions régionales et même internationales. Tu reçois pour ces services la médaille de Commandeur du Mérite Colombophile.

 

         Tes nombreuses occupations ne te font pas oublier ton quartier, et avec Alain Houriez, vous fondez la «  Pétanque Foucault « . Tu en deviens aussi le Président. On te trouve également chez les pêcheurs de la Glissoire.

 

         Tu étais connu de tout le voisinage pour trouver une solution aux petits comme aux grands problèmes. Au moment des déclarations de revenus, on sonnait souvent à ta porte.

 

         Tu étais très attentif aux droits des mineurs silicosés et à ceux de leur famille. Et tu n’hésitais pas à écrire à notre député ou directement au ministre concerné.

         S’il y avait une injustice flagrante, c’est bénévolement que tu défendais les plaignants devant les autorités compétentes de la Cour d’Appel de Douai. Plusieurs fois, tu t’es dérangé à Paris devant les experts nationaux.

         Cela ne se terminait pas toujours par un succès, mais il en est un qui t’a marqué particulièrement : un mineur meurt, victime de l’amiante. Alors, tu prends le dossier de la veuve en mains, et tu gagnes le procès. Ce fut ta plus belle récompense.

 

        

         René, tu as bien œuvré sur cette terre, et si tu as pu le faire, c’est aussi grâce à ton  épouse Irène qui comprenait ton besoin d’action et de dévouement.

 

         Comme ancien colombophile, tu pourrais envoyer des colombes à notre monde qui en a tant besoin.

 

 

         Au revoir René, et « MERCI « !

 

                                                                           Gérard DUBRULLE

Article publié par Audrey DUPONT • Publié • 1410 visites