Faire sa première communion, ce n’est pas rien !

Les enfants catéchisés, qui ont reçu le sacrement du baptême attendent avec impatience le deuxième moment important de leur vie de chrétien : la première communion.

Faire sa première communion, ce n’est pas rien !

 

 

Les enfants catéchisés, qui ont reçu le sacrement du baptême attendent avec impatience le deuxième moment important de leur vie de chrétien : la première communion. En assistant aux séances de catéchisme, ils découvrent la vie de Jésus qui devient leur Ami. Ils comprennent la raison pour laquelle leurs parents ont choisi de les faire baptiser. Lorsqu’arrive le moment de leur entrée en Eucharistie, tout prend du sens à leurs yeux. Ils sont si heureux de connaître Jésus qu’ils souhaitent sentir sa présence dans leur cœur.

Recevoir l’hostie pour la première fois nécessite tout un cheminement. Depuis le CE2, parfois le CE1, les enfants écoutent la Parole de Dieu grâce à leurs catéchistes. Les parents et grands-parents s’en chargent également. Au cours de leur année de CM1, le Nouveau Testament leur est offert. Ils le parcourent, tout en manifestant parfois leur besoin d’être guidés pour le lire. Un peu plus tard, accompagnés de leurs parents, ils assistent à une réunion d’informations pour obtenir quelques explications sur l’importance de ce deuxième sacrement. Dates et lieux de temps forts sont annoncés. En février, les enfants, réunis à Hinges, sont invités à réfléchir sur le Temps du Pardon. Cette étape nécessaire consiste à apprendre à demander pardon à Dieu avant de recevoir l’hostie. Pendant la messe du Jeudi Saint, Il leur est d’ailleurs demandé de remettre au prêtre, représentant de Dieu, leur lettre de demande de Pardon. En avril, les cinquante-trois enfants sont cette fois conviés au deuxième temps fort qui a lieu à la salle La Fontaine à Lestrem, journée organisée par Jeanine et Marie Thérèse, aidées de parents et de catéchistes.

Le matin, les enfants assistent à différents ateliers de réflexion. Vient l’atelier de la fabrication du pain. Jeanine s’attache depuis des années à ce que les enfants découvrent de quoi est fait le pain que nous mangeons. Tous les enfants pétrissent la pâte constituée de farine, d’eau, de sel et d’un peu de levure. Une fois les boules façonnées, une délégation d’enfants, plateaux en mains, se rend à la boulangerie Loridan. Jean François se charge de la cuisson. Un atelier vidéo permet aux enfants de découvrir comment et par qui sont fabriquées les hosties. Après la pause de midi, une fois leurs sandwiches avalés, quelques chants sont appris. Encadrés par les adultes présents, tous se rendent à pieds à l’église de Lestrem où le prêtre, quand il y en a un, les attend pour leur expliquer la couleur des vêtements portés par le célébrant lors des messes, quelques mots de vocabulaire tels la patène, le calice, le ciboire, quelques rituels. Des hosties non consacrées leur sont ensuite distribuées. Vous imaginez la réaction des gamins « On dirait du carton, ça n’a pas de goût ! Ca fait drôle ! Je préfère les bonbons ! » Très heureux de cette longue journée qui finalement a passé très vite, tous les enfants s’en retournent avec leur précieux petit pain, façonné par leurs propres mains, que Jean François a rapportés dans deux grands cartons.

Tout ce cheminement réalisé, les enfants sont prêts à entrer en Eucharistie, à accueillir le corps de Jésus dans leur cœur. Ils comprennent maintenant la signification de cette hostie à laquelle ils n’avaient pas droit. Désormais, ils n’auront plus besoin de croiser leurs petits bras sur leur poitrine. En recevant l’hostie le jour de leur première communion, ils savent qu’ils pourront avoir la présence de Jésus dans leur cœur. Communier est un geste d’amour envers Dieu. Aller à la messe le dimanche leur permet de se rapprocher de Dieu, de se rappeler les moments de la Cène, de recevoir le Pain de Vie dans leur être et de répondre à l’appel de Jésus : « Vous ferez cela en mémoire de moi. »

 

Venir prier chaque dimanche conforte ce lien qui les unit à Dieu, d’où l’importance d’assister aux célébrations dès le plus jeune âge. Même si parfois nos enfants s’ennuient pendant la cérémonie, ce moment de communion prend toute sa valeur à leurs yeux et efface tout. Les enfants sont heureux de repartir, entourés de leurs parents, ou leurs grands-parents, le cœur rempli de bonheur et de la présence de Dieu.

 Accueillons comme une grâce la demande d’un enfant qui souhaite se rendre à la messe le dimanche. Répondons à son appel, même s’il faut le conduire à quelques kilomètres plus loin. Accordons-lui de notre temps et de notre amour pour l’accompagner dans sa vie d’enfant baptisé, sur le chemin de la chrétienté.

                                                                                                                                            Agnès

Article publié par Philippe Breviere - Sainte Famille en Bas Pays • Publié • 231 visites

Fermer