Mais qui est-il donc?

Edito Eglise d'Arras 21-2010

Bethléem, tapisserie à l’hôtellerie du patriarcat latin. Il n’y avait pas de place pour eux à l’hôtellerie.  
Bethléem, tapisserie à l’hôtellerie du patriarcat latin.
Bethléem, tapisserie à l’hôtellerie du patriarcat latin.
Il est passé, bien passé, le siècle où nombre d’historiens niaient que Jésus de Nazareth ait existé. Mais qui est-il ? La polémique sur Jésus, fils de Dieu, Christ et Seigneur retentit aujourd’hui, à partir de deux publications récentes. Notre foi repose sur les témoignages des tout premiers disciples qui ont partagé la vie de Jésus sur les routes de Galilée et jusqu’à Jérusalem. Quant tout est achevé, au Golgotha, c’est alors que commence l’affirmation que cet homme est vraiment fils de Dieu… “Il est venu chez les siens…”, écrira plus tard l’apôtre Jean. En devenant familier de l’Ecriture, nous nous disposons à accueillir Dieu qui désire entrer en dialogue avec nous.

 

On ne répétera jamais assez que l’affirmation “Jésus vrai Dieu et vrai homme” est née après Pâques, quand les disciples auront médité sur ce qu’ils avaient partagé avec Jésus de Nazareth. “Il a vécu en Fils qui reçoit mission de son Père, qui obéit à son Père, qui révèle son amour filial dans la manière de mourir”, écrit le père Sesbouë, qui précise encore que Jésus révèle une relation unique au Père, relation qu’il offre désormais à tout homme qui le reçoit.

 

peinte par Maria Rosa Perejoan, Franciscaine - Jérusalem Icône de la nativite  
peinte par Maria Rosa Perejoan, Franciscaine - Jérusalem
peinte par Maria Rosa Perejoan, Franciscaine - Jérusalem
Les paroles de Jésus invitent à une religion du cœur et non une religion de façade ; ses actes de présence et de proximité aux petits, aux malades et aux pécheurs, apportent guérison et pardon. Cela va “mettre la puce à l’oreille” sur son identité. Par ses paroles et son agir, Jésus pose question : “qui est-il ? ” Certains le rejetteront. Les disciples l’ont reconnu Christ et Seigneur, ce Jésus que les autorités juives et romaines avaient condamné.

 

De même que Jésus a été témoin de l’amour du Père par tous par les actes qu’il a posés, de même ses disciples, aujourd’hui encore, sont témoins de l’amour répandu en nos cœurs, par les actes qu’ils posent au milieu des leurs… “Là où demeure la haine, que nous apportions l'amour ; là où se trouve l'offense, que nous mettions le pardon ; là où persistent les ténèbres, que nous mettions la lumière ; là où règne la tristesse, que nous fassions chanter la joie…”

 

En fêtant l’enfant Jésus de la crèche, c’est aussi le Christ mort et ressuscité que nous annonçons. Il serait regrettable de fêter Jésus Lumière en oubliant les ténèbres qui l’entourent et qui entourent les chrétiens. Certains sont persécutés, d’autres vivent dans le doute ou la solitude, d’autres encore, qui ne partagent pas notre foi sont parfois rejetés, même chez nous. Il est venu chez les siens…, à ceux qui l’ont reçu, il donne de devenir enfants de Dieu… Joyeux Noël

Abbé Emile Hennart

 

Page associée:  L'Avent 2010 : nouvelle année liturgique 

Dossier: Temps de Noël 

Sur le site de la Conférence des évêques: pour mieux comprendre ce qui entoure Noël
 

Fermer