Card'Au avec Christoph Théobald

Pour aller plus loin dans la compréhension des exposés de Christoph Théobald lors du rassemblement diocésain « Faites des disciples » du 10/10/10

 

Christoph Theobald Christoph Theobald   Suite du rassemblement diocésain du 10 octobre 2010 « Faites des disciples », le carrefour des aumôniers, accompagnateurs de Mouvements, Services et des Doyens (Card’Au) a souhaité poursuivre le travail avec Christoph Théobald. Nous lui avons proposé quelques questions auxquelles il a bien voulu répondre en revenant chez nous le 28 avril dernier.

 

Nous lui avons demandé de préciser quelles étaient pour lui les attentes plus ou moins explicites de ceux qui frappent à nos portes.

 

Pour lui, les hommes cherchent des personnes pouvant célébrer avec eux les moments essentiels de leur existence. La demande n’est d’ailleurs pas forcément religieuse. Nous sommes reconnus comme l’institution qui reconnaît avec sérieux leurs demandes. Ces occasions de rencontre sont autant de possibilités de dialogue et d’expression de leurs questions essentielles.

Dans la crise sociale que nous vivons (où le lien social est en difficulté), il y a aussi une recherche de communauté, d’un lieu de paix où ils n’auraient plus à mener les combats de leur vie quotidienne.

Il est donc essentiel d’être à l’écoute de leurs mots, et de répondre à leurs maux, à leurs attentes avec un langage adapté.

 

N’oublions pas que nos rencontres avec ces personnes ont aussi lieu à un moment précis de leur existence. La vie humaine étant faite d’une succession d’étapes : petite enfance, adolescence… des phases d’équilibre relatif et de crise se succèdent.

La présence ecclésiale est particulièrement nécessaire lors des phases de transition, de passage. Hélas, notre temporalité ecclésiale est trop liturgique et circulaire. Elle n’est pas assez personnelle pour prendre en compte la vie des hommes. Lors de ces moments de crise, de passage, l’intériorité est de bon secours. Il est alors possible d’ouvrir la foi élémentaire à la foi des disciples du Christ.

 

 

Il est aussi de la responsabilité ecclésiale d’accompagner les hommes et les femmes quand leur vie professionnelle ne les satisfait pas ou éprouvent leurs valeurs.

 

Notre société nous incite à laisser nos convictions, notre foi au vestiaire le matin mais il nous faut résister à cette tentation. Les équipes de Mouvements sont appelées à être des lieux où nous creusons la question « comment avancer et vivre l’Evangile dans son milieu professionnel ? ». Les pauses café, la cantine, le travail d’équipe… sont des actes spirituels à prendre au sérieux. Ma manière de travailler, notre amabilité, notre rigueur, ponctualité, fidélité, solidarité, lutte contre les injustices… sont autant d’occasions de témoignage dans la vie courante.

 

La qualité de passeur n’est pas d’abord affaire de charisme. Tout chrétien devrait être passeur s’il (elle) a perçu quelle était sa mission. Plusieurs attitudes sont requises : cohérence entre la foi et les actes, empathie, liberté vis-à-vis de soi-même (je donne ma vie), humilité.

 

Nous avons aussi demandé à Christoph Théobald de préciser en quoi la pratique du voir-juger-agir devait être renouvelée.

 

Pour lui, à la différence de la pastorale « des coups », la relecture permet d’avancer vers l’autonomie. Mais cette pédagogie subit une profonde mutation.

 

Le rapport à l’Écriture change. Le texte ne doit pas être instrumentalisé. Il existe en effet trois degrés de lecture :

- La première, gratuite, par la quelle chacun peut découvrir et accéder à la pédagogie du Christ.

- Une seconde qui permet de discerner dans les signes des temps.

- Et enfin, celle qui permet d’accéder à l’intériorité, à la relation vécue avec Dieu.

 

Pour aller au bout de l’existence, chacun doit témoigner d’une « sacrée foi ». L’initiative de Dieu ne fait pas nombre avec celle des hommes. Toutes deux ne sont pas sur le même plan. L’initiative de Dieu est l’émergence mystérieuse d’une énergie intérieure qui nous dépasse et se communique par les autres.

 

Si nous éprouvons des difficultés à parler de notre foi, c’est essentiellement pour deux raisons :

- Il nous faut réapprendre à parler de la foi anthropologique qui permet à l’homme de traverser les crises et d’être capable de faire entendre « Va, ta foi t’a sauvé ».

- Ensuite, les récits évangéliques et tout particulièrement les paraboles, sont une manière prodigieuse de parler à nos contemporains à travers les choses quotidiennes ; qu’il nous faut redécouvrir.

 

C’est la raison pour laquelle « le langage parabolique » sera au cœur de notre travail du carrefour des aumôniers et accompagnateurs de Mouvements et Services pour l’année 2011-2012.

 

Stéphane Leleu

 

 

Fermer
Fiscalité et générosité
Comment je peux soutenir la mission de l'Église en réduisant mes impôts.
En savoir plus
sur les dons IR et ISF