Sainte BARBE et Saint ELOI dans la Paroisse

Sainte et Saint ELOI dans les églises de la Paroisse des Quatre Evangélistes du Ternois

 

Saint Eloi, Sainte Barbe dans la Paroisse des quatre Évangélistes :

 

                  En ce début du mois de décembre, la paroisse fête Saint Eloi et Sainte Barbe. Une messe est célébrée le 1er décembre, fête de Saint Eloi, à l’église de Nédon dédiée à St Eloi. Cette messe qui se déroule chaque année dans une église différente, honore également Ste Barbe qui est fêtée le 4 décembre.

 

               Coq de Pressy 008 Coq de Pressy 008   Sainte Barbe, vierge martyre est morte vers 235 à Nicomédie, au nord –est de l’actuelle Turquie. Celui qui l’a tuée (plusieurs versions existent sur les circonstances de sa mort) est mort foudroyé. A cause de la foudre, elle est la patronne des artificiers, des mineurs, des carriers et des pompiers. On ne sait rien sur sa vie mais son culte s’est répandu en Europe et plus particulièrement en France. Elle est invoquée contre les morts violentes.

 

              Coq de Pressy 007 Coq de Pressy 007  Saint Eloi est mort en 660. Originaire du Limousin, il a été orfèvre et conseiller des rois Clotaire II et Dagobert. Il a fait preuve d’une très grande générosité envers les pauvres et les esclaves.

              Il a fondé le monastère de Solignac au sud de Limoges. Après la mort de Dagobert, il est nommé prêtre et évêque du très grand diocèse de Noyon-Tournai. Pendant 20 ans il évangélisa les habitants des Flandres et des Pays-Bas. Il est le patron des orfèvres, des joailliers et des métiers du fer, protecteur des chevaux et à ce titre saint patron des agriculteurs.

 

              On trouve des représentations des 2 saints dans plusieurs églises de la paroisse le plus souvent des statues comme à Diéval, Fiefs, Floringhem, Nédon, Ourton, Pernes et Valhuon, mais aussi des vitraux comme à Aumerval et Pressy.

 

              À Aumerval, les 2 vitraux représentent les 2 saints au centre et de chaque côté des symboles du travail des mineurs et des pompiers pour l’un et des agriculteurs et forgerons pour l’autre.

 

              À Pressy, Ste Barbe protège un mineur et St Eloi un agriculteur.

Si ces vitraux sont du 20ème siècle, la technique du vitrail est beaucoup plus ancienne et remonte à l’antiquité. Mais c’est au Moyen-Âge, à l’époque de la construction des cathédrales gothiques que le vitrail se développe, permettant un enseignement religieux aux croyants illettrés. On parle de vitraux historiés. 

 

                Le vitrail est un assemblage de pièces de verre coloré par des baguettes de plomb que la lumière du soleil fait resplendir.  Il est une atmosphère. Pour aller à la découverte d’un vitrail, choisissons le jour et le moment de la journée : journée ensoleillée, choix de l’angle de réflexion de la lumière sur le vitrail. Si nous y ajoutons le silence, la fraicheur d’une église, la hauteur de la nef, nous nous permettons de vivre un moment différent, riche en sensations…

Le vitrail est une image : elle est contenue dans une architecture de pierre faite en deux parties : 

-               La partie supérieure peut comporter une rose, un ou deux soufflets et des mouchettes. La partie inférieure ou lancettes comporte plusieurs étages. Tout de suite, il faut retenir le principe de lecture du vitrail, de gauche à droite en commençant par le bas, principe essentiel quand le vitrail veut nous raconter un récit en plusieurs épisodes.

Ajoutons à tout cela les nombreux blasons ou armoiries que l’on trouve sur les vitraux et qui indiquent le rôle important joué par les donateurs dans la construction et l’embellissement des églises et des chapelles.

 

Marie José MORDACQ & Onésime MARIEN

Article publié par Onésime Marien - Les 4 Evangélistes du Ternois • Publié • 187 visites