« où est ton frère ? Les migrants ça me regarde ?

une rencontre sur le thème de la fraternité

Ce 30 avril, à Arras, une rencontre Fondacio,  sur le thème de la Fraternité

 

Pour nous ouvrir à l’autre différent, voire étranger ou migrant …. et au Tout Autre. Oser la rencontre.

Depuis l’appel du Pape à accueillir les migrants, plusieurs d’entre nous avaient déjà fait des démarches : comment faire ? avec qui ?  L’un ou l’autre participaient aux « cercles du silence ». D’autres cheminent  en frat à partir de « Laudato si »  qui nous renvoie non seulement au respect de la nature mais aussi à la solidarité entre les hommes : une écologie intégrale.

C’est dans ce contexte que  nous avons mis en œuvre, en l’adaptant, la trame proposée par Fondacio « où est ton frère ? Les migrants ça me regarde ? ».

Nous avons commencé par nous interroger sur « qui est mon frère ? »  puis sur les conditions de la rencontre : « à partir de quand un  étranger (au sens large) devient-il un frère pour moi ? » en puisant  dans nos expériences.  Enfin nous avons élargi notre regard sur les réfugiés.

Quelques échos suite aux extraits du film Human de Yann Arthus- Bertrand  et au témoignage de Laurence Guérid de Fondacio, engagée auprès des migrants :  importance de ne pas vivre n’importe comment, de ne pas se plaindre pour peu, d’accueillir les réfugiés avec leur part de différences comme un enrichissement, ne pas vouloir en faire « des petits français », de les voir dans leur dignité d’homme, de femme. .. peut-être une chance pour que nos consciences se réveillent ?

La parabole du bon Samaritain a nourri notre prière : le Christ nous appelle à « advenir le prochain de celui qui est tombé sur les brigands» (traduction proche du grec)  et pour cela à « faire route » nous aussi sur ce chemin de miséricorde.

Qu’est-ce qui était dans notre cœur, à la fin de ce temps communautaire ? merci d’avoir osé regarder ensemble la réalité en face, joie de ce temps de fraternité vécue, ça  nous bouscule, nous nous sentons démunis, ça questionne et ça peut ouvrir à des projets … Invitation à voir ce qu’on  peut faire en tenant compte de nos possibilités, fragilités et disponibilités, en lien avec des associations bien présentes sur notre Région et pour cause !

A 100 km de la « jungle de Calais »,  à l’approche des élections présidentielles où les immigrés seront un problème très débattu, il me paraît  vital que nous ayons pu découvrir  les visages de ces hommes et femmes, afin qu’ils soient considérés comme des personnes, avec leur histoire tragique et leur rage de vivre.

Denise

Fermer