D'un amour humain à l'Amour divin

Témoignage - conversion

D’UN AMOUR HUMAIN A L’AMOUR DIVIN

 

coucou les amoureux july 2013 022 (2) coucou les amoureux july 2013 022 (2)  MERYBapteme Mery Bapteme Mery  

 

 

       J’ai eu la chance dans ma vie, de rencontrer des personnes riches en humanité et je voudrais vous raconter l’histoire, j’ai envie de dire « merveilleuse », (qui fait rêver en tout cas) de l’une d’entre elles.

Elle s’appelle Mery, est indonésienne et vit en France depuis quelques années. Elle a, dans sa vie, fait deux rencontres décisives :

-Celle de son futur mari d’où a découlé ensuite

-LA rencontre, celle qui vous modifie en profondeur, vous, votre vie et votre façon de penser, dans le sens du vrai, du bien, du bon et du beau, bref, une rencontre avec l’Amour, à la vie à la mort qui fait que même si on L’oublie, LUI ne nous oubliera jamais.

 

Mais revenons à son histoire….

 

       Cela commence en Indonésie !...

 

       Mery, est née le 13 mai 1974 sur l’île de Java en Indonésie où  se trouve une des plus grandes communautés musulmanes du monde.

Mery, comme ses parents était donc musulmane, pratiquante et priait Dieu.

Mais, a-t-elle précisé, dans les campagnes, ils sont tolérants et il n’y a pas d’extrémistes.

 

       D’une famille de 7 enfants, elle est l’unique fille, ce qui explique peut être à la fois sa douceur (parce qu’elle a du s‘occuper de ses frères) mais aussi son courage, sa ténacité et sa force de caractère sans lesquels elle ne serait pas là où elle en est aujourd’hui.

Ses parents étaient métayers et très pauvres. Mery sait ce que c’est que de vivre avec un bol de riz par jour.

Elle est allée à l’école jusqu’à 14 ans, date de  l’obtention de son diplôme…et n’aimait pas les maths.

 

           A 17 ans, elle part travailler à Hong Kong.

 

      Au départ, ce sera pour  gagner l’argent qui financera une opération des yeux dont son frère a besoin suite à un accident.

Elle y fera plusieurs métiers : femme de ménage, dame de compagnie pour personnes âgées, nourrice à domicile pour 3 enfants….et enfin elle travaillera dans la restauration où elle fera LA 1ére rencontre décisive de sa vie par un beau jour d’août 2000, lors du nouvel an chinois.

 

            Un beau jour d’août 2000, lors d’une fête chinoiseCoup de foudre

 

       C’était son après midi de repos et elle était sortie avec ses amies pour fêter l’évènement.

Et là, elle rencontre Daniel, un français, un Vendinois, bien de chez nous, qui y assistait aussi avec un copain.

Ils étaient à Hong Kong pour raisons professionnelles : ils participaient  à la construction de rames de métro.

Après moults échanges de regards sans oser s’aborder, Mery, dont le cœur battait très fort, doit s’en aller.

Elle se dit, « C’est peut être l’homme de ma vie, je vais lui laisser mon numéro de téléphone…on ne sait jamais… et on verra bien. Si c’est le bon, il rappellera… ».

Le cœur battant la chamade et les jambes flageolantes, elle ose lui dire bonsoir, lui annoncer qu’elle doit partir et lui donner son numéro.

Elle dort très mal cette nuit là…

 

Et le lendemain :

       Ce qu’elle espérait arriva : Daniel lui téléphone et lui demande un rendez vous le soir même.

Comme elle travaille ce soir là, elle lui donne l’adresse de son restaurant.

Daniel vient au rendez vous avec le même copain que la veille, copain qui lui avait dit « Tu vas te marier avec elle ».

Cela l’avait fait bien rire vu que, jusqu’à maintenant, avec la vie qu’il menait, toujours en déplacement pour le travail, il était devenu un célibataire endurci et bien content de l’être…

Quand elle le voit arriver au restaurant, prise de panique, elle se cache.

 

      Mais elle est bien obligée de réapparaître puisque c’est elle qui sert. Elle est gênée, nerveuse et morte de honte. Au point qu’elle dira même à sa collègue que ce n’est qu’une vague relation. Version obligatoire pour son patron qui avait des vues sur elle pour son propre fils. Ce qui n’a rien d’étonnant car Mery, outre les qualités déjà citées, est une petite femme brune, mince et très agréable à regarder, ce qui me fait penser que je ne vous l’ai pas décrite… (regardez les photos jointes, ce sera plus simple).

            De toute façon, étant au travail, ils ne peuvent pas se parler. Daniel et son ami mangent et repartent. Il lui fera juste un petit signe à la fin pour lui faire comprendre qu’il la rappellera.

 

Mariage en Indonésie

 

       A partir de là, ils se reverront régulièrement pendant presqu’un an et le 8 juin 2001, ils se marient en Indonésie selon les traditions du pays.  

 

                                                             Arrivée en France

 

       Daniel revient en France sans elle, pour y préparer également leur mariage selon les lois françaises et s’occuper des nombreuses formalités diverses et variées.

Puis Mery le rejoint pour faire la connaissance de sa nouvelle famille qui est catholique et pratiquante, surtout la maman. Méry y sera acceptée sans problème.

Le 5 octobre 2001, ils se marient civilement et le 4 mai 2002, ils se marient à  l’église de Vendin.

Ils se sont donc mariés 3 fois, ce qui n’est pas banal.

 

              Puis commence pour notre couple une période « itinérante » au gré des chantiers de Daniel

 

            Ce sera d’abord la Suisse de 2003 à 2005 où Mery prendra des cours de français.

Ce qui me fait penser que j’avais oublié de préciser qu’une autre originalité de ce couple, c’est que, quand ils se sont connus, l’un comme l’autre ne parlait pas la langue de  l’autre. Ils communiquaient et ont appris à se connaître en anglais, ce qui n’est pas banal non plus.

Puis, ils iront à St Marcellin dans le Vercors en  2005.

 

       Ensuite, l’Afrique du sud de fin 2006 à 2009 qui sera le prélude à :

 

 La 2e histoire d’amour de Mery 

 

       Elle y fera ses 1éres découvertes de Dieu par le biais de plusieurs rencontres :

 

       C’est  d’abord Erna une autre indonésienne, protestante, pratiquante qui lui offrira sa 1ère bible, en indonésien,  (que Mery utilise encore à ce jour).Ce cadeau la touche mais elle ne l’ouvre pas,

Puis Yanne, catholique, pratiquante lui donnera un livre de prières écrites aussi en Indonésien.

Enfin, il y aura Bekti qui l’emmènera à la messe une fois.

Mery y retournera parce qu’elle s’y est sentie « bien ». (Je reprends son expression mais n’oublions pas que son français n’est pas aussi riche que le notre vu qu’elle l’a appris sur le tard).

 

       Elle prend désormais l’habitude d’aller à la messe tous les dimanches et recommence à prier à l’aide de son livre de prières qu’elle trouve tellement belles qu’elle se sent touchée au plus profond d’elle-même.

Sans savoir encore vraiment ce qui lui arrive….

Je la cite : « Bekti m’a montré le chemin…».

 

Leur dernier périple sera la Grèce de religion orthodoxe en 2010.

Là, Mery n’assistera pas souvent aux célébrations à cause de la langue et de l’éloignement du lieu de culte.

 

Retour en France

 

       Entretemps, le papa de Daniel est décédé et ils  reviennent en France en 2011 pour aider sa sœur  à s’occuper de leur mère qui se sent désormais bien seule.

Mery accompagne sa belle mère à la messe tous les dimanches.

Puis, celle-ci ayant des problèmes de santé, Daniel, bien que ne pratiquant plus depuis l’adolescence, mais voyant que ça lui fait du bien, la pousse à continuer.

 

       Et un beau jour, ressentant le besoin de concrétiser cet amour et cette foi qui grandissent en elle de plus en plus, elle demande à sa belle mère :

 

Comment faire pour être baptisée ?

 

Mais ça lui semble fort compliqué…

 

       Finalement, c’est au cours de vacances en Normandie en avril 2011 qu’elle en reparle à la famille.

Et là, une solution commence à germer…Sa belle mère lui parle d’une amie qui connaît quelqu’un qui connaît….Bref, on lui fait faire la connaissance de Marie Jeanne Legrand d’Annezin qui effectivement s’occupe du catéchuménat sur la paroisse.

Dorénavant, Méry la revoit tous les 15 jours, d’abord pour discerner d’où vient cet appel qui monte en elle depuis des années, puis quand elle est vraiment sûre, pour rencontrer Dieu et préparer les 3 sacrements de l’initiation chrétienne : Baptême /Eucharistie/Confirmation.

 

       J’eus alors la chance et la fierté, au cours de cette même période de l’accueillir dans ma maison d’Evangile de Vendin qu’avec mon amie Sylvie, nous destinons aux « jeunes » dans la foi.

Qu’est ce qu’elle en voulait notre Mery !

Elle a souvent forcé notre  admiration avec sa façon de lire sa bible en indonésien pour mieux comprendre et participer à nos débats, la pertinence de ses réponses, les faits de vie qu’elle nous racontait sur son enfance et sa façon simple, directe et lucide de parler de Celui qui nous porte.

Quel courage, quelle ténacité, quelle patience, il lui aura fallu pour faire vivre cette 2e histoire d’amour avec notre Dieu…

 

Finalement,

 

       La concrétisation de son 2e amour se fera le 31 mars 2013, lors de la Veillée Pascale

au cours de laquelle elle reçoit le Baptême, l’Eucharistie et la Confirmation par l’abbé Barthélémy, en l’église de Chocques.

       Beaucoup de paroissiens étaient venus l’accompagner.

 

       Depuis lors, elle continue à alimenter sa foi en allant régulièrement à la messe où nos paroissiens l’ont prise sous leur aile (bel exemple d’intégration des nouveaux chrétiens).

Elle m’a dit une fois, que son cheminement lui faisait penser à l’apprentissage de la natation :

« On apprend à nager puis, avec la pratique, on va vers des eaux de plus en plus profondes ».

 

Pour conclure, voilà un bel exemple de rencontre avec Dieu

qui  montre que, quand on s’unit à Lui, ça devient « à la vie / à la mort » et que quoi qu’on fasse, IL ne nous oubliera jamais.

Cette histoire d’amour  mais aussi d’espérance nous  montre que toute personne, un jour, peut rencontrer Dieu.

            Mais Il a besoin de nous, chrétiens parce que c’est souvent une rencontre qui en est à l’origine,

       Et cela ne se  fait pas tout seul : Méry n’est pas restée seule dans son coin.

Elle a beaucoup cheminé, cherché et par le biais de toutes ces rencontres diverses et variées, elle a trouvé.

 

D’ailleurs son histoire fait résonner en moi, la phrase dans l’Evangile de Matthieu 7.7.

« Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira.

Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe ».

 

MERCI Mery pour ce bel exemple de foi qui réchauffe le cœur.

Et je te laisse le mot de la fin : « Désormais, je me sens enfant de Dieu »

Béatrice Henry

Article publié par Béatrice Henry - Communication Doyenné Béthune-Bruay • Publié • 2276 visites