Aujourd'hui ?

Dimanche Parole en fête le 27 janvier à Izel

Et si, une fois n’est pas coutume, on commençait par partager les bonnes nouvelles de notre vie ?

Souvenez-vous : il y a deux mille ans, une autre Bonne Nouvelle, une grande joie, avait été annoncée à des bergers. Mais sa réalisation se faisait attendre… Et voilà que dans la synagogue de son village, Nazareth, un certain Jésus se lève, ouvre la Bible et proclame : « L’Esprit du Seigneur est sur moi… Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés. » Une fois assis il ajoute : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’écriture… »

Comment comprendre ce que cela veut dire ? C’est Dimanche Parole en Fête, alors pourquoi pas le faire en jouant en petits groupes aux dominos. Chaque pièce est une action de Jésus : il nourrit une foule, il rend la vie au fils unique d’une veuve, il touche un lépreux, il s’invite à manger chez un pécheur, il bénit les enfants…

Voilà concrètement la Bonne Nouvelle que Jésus annonce ce jour-là.

Et nous, aujourd’hui, comment recevons-nous cette Nouvelle et comment la mettons-nous en œuvre ?

 

            _parole fete jeunes 1 _parole fete jeunes 1               _parole fete jeunes 3 _parole fete jeunes 3               _parole fete jeunes 2 _parole fete jeunes 2  

 

            _parole fete adultes 1 _parole fete adultes 1               _parole fete adultes 2 _parole fete adultes 2               _parole fete messe 2 _parole fete messe 2  

 

C’est ce qui a été vécu dans les groupes de toutes générations, des plus petits aux adultes de tous âges, puis repris et célébré lors de l’Eucharistie présidée par l’abbé Gabriel Berthe.

Anne-Clotilde GARENAUX

 

Témoignage de Sylviane Beuron, formatrice 6ème qui animait un groupe de collégiens :

Après le jeu de dominos sur les bienfaits de Jésus pour les personnes qu’il avait rencontrées, les jeunes ont bien compris que eux, à leur tour, ils pouvaient rendre les gens heureux autour d’eux, non pas par des guérisons aussi impressionnantes que celles de Jésus, mais par les formules de politesse : bonjour, merci, et aussi ne serait-ce qu’avec un sourire, un mot gentil, un regard bienveillant. Un moment passé ensemble, cela peut rendre une personne plus forte dans l’épreuve qu’elle traverse. Les jeunes se sont promis de faire attention autour d’eux cette semaine pour ne laisser personne dans la tristesse…

 

Fermer