Charles de Foucauld.

charles de foucauld charles de foucauld  
 
Le père Charles de Foucauld a été béatifié le 13 novembre 2005

A l'occasion de la béatification, Église d’Arras a contacté plusieurs chrétiens qui se réclament de la famille spirituelle de Charles de Foucauld. Ils expriment le dynamisme qui les fait vivre. Faut-il présenter Charles de Foucauld ?

 

Quelques traits de son histoire :

Ceux qui vivent de l’esprit de Charles de Foucauld depuis longtemps ne voient pas tellement la nécessité de cette béatification, et même ne la souhaitent pas. Mais pour d'autres, ce sera sans doute l'occasion d'une rencontre avec un homme qu'on dit être un des phares du XX siècle.

« Les saints et les saintes sont dans notre histoire les vivants témoins de ce que Dieu donne à l'Église, parfois de manière imprévue, pour renouveler en même temps la profondeur de sa foi et l'élan de sa mission. » (Lettre aux catholiques de France, p.105.)

Charles de Foucauld est né à Strasbourg en 1858, dans une famille aristocratique et aisée. Il est orphelin dès l'âge de 6ans et connaît le déracinement après la défaite de 1870. Pour rester Français, son grand-père s'installe à Nancy.

Au lycée de cette ville, au moment de son adolescence, il perd la foi reçue sur les genoux de sa mère. Après son baccalauréat, il s'oriente vers la carrière militaire. Il n'y trouve qu'ennui et il gaspille sa fortune dans des soirées inutiles. Après avoir démissionné de l'armée, il entreprend un voyage au Maroc, accompagné d'un rabbin originaire de ce pays. C'est le début d'un chemin de conversion qui aboutit en octobre 1886 à Saint Augustin à Paris. Dieu est passé par la bonté discrète de sa cousine Marie de Bondy et l'accueil généreux de l'abbé Huvelin. Il retrouve un Dieu d'amour qui se concrétisera dans la rencontre de Jésus de Nazareth à Nazareth. Désormais c'est le mot clé de sa vie de croyant qui se partagera en deux périodes.

Un temps de vie cachée, à la dernière place, à la trappe de Notre-Dame des Neiges et sa filiale, en Syrie à Akbès suivi d'un temps à Nazareth et à Jérusalem prés des deux couvents des clarisses. Là se précise peu à peu la décision de devenir prêtre. Il sera ordonné le 9 juin 1901 à Viviers.

Il décide alors de retourner en Algérie, à proximité du Maroc. Il s'installera à Béni Abbés où son ermitage est ouvert aussi bien aux militaires de la garnison qu’aux habitants du village et aux gens de passage.

Les circonstances le conduisent à Tamanrasset en 1905. Il s’intéresse à la culture touareg. Trois fois, il reviendra en France pour ouvrir sa famille et ses amis à la population dans laquelle il vit. Il recherche de fervents chrétiens de toutes conditions capables de faire connaître par leur exemple ce qu'est la religion chrétienne, et de faire voir l'Évangile dans leur vie". Lorsqu’éclate la guerre, il décide de rester à Tamanrasset. Il meurt au cours du pillage du fortin et sera enterré à même le fossé, en 1916.

Paul Claudel (1868-1955), comme Ch de Foucauld grand converti du XXème siècle, et son ami, soutiendra fortement la cause en béatification introduite à Rome

 

Spiritualité

La profondeur de la foi de Ch . de Foucauld s'exprime dans la rencontre d'une personne, Jésus, avec qui il aime passer de très long moments. Ses méditations écrites peuvent paraître démodées aujourd'hui, mais au delà des mots, elles révèlent un homme amoureux de « son bien-aimé Seigneur Jésus» qui est devenu son « modèle unique »

L'élan de sa mission se révèle dans son désir d'aller là « où il n'y a ni prêtres ni religieuses » Il est plongé dans une autre culture et une autre foi, peut-être avec une attitude qui n'est plus de mise aujourd'hui, mais qui exprime son désir ardent « que tous les hommes soient sauvés » en préparant le terrain de la rencontre, grâce à « des petits colombiers» regroupant des baptisés, sans structures lourdes. Il en désire partout, à des carrefours de vie.

Sur ces deux points, Charles de Foucauld est un prophète pour notre temps. C'est intuitions sont d'actualité .En voilà quelques exemples......

Michel Becquart.

 

Fraternité séculière Charles de Foucauld

La fraternité séculière Charles de Foucauld regroupe des femmes et des hommes de toutes origines ethniques, de tous milieux sociaux, d'états de vie différents qui à la suite de Ch. de Foucauld veulent s'entraider pour suivre Jésus et vivre l'Évangile. Sur le diocèse, six équipes regroupent une quarantaine de personnes La première équipe a été constituée en 1967. Responsables diocésains : Marie-Louise Capelle et Marie-Paule Gomel.

 

Membre de la fraternité séculière Charles de Foucauld, je souhaite vous partager comment Charles de Foucauld m'aide à vivre l'Évangile chaque jour.

La fraternité séculière voulue par le frère Charles, relayée dans chaque continent et chaque pays par des responsables m'aide à actualiser son message pour le monde et l'Église d'aujourd'hui là où je suis.

Ainsi tous les 3 ans, une assemblée générale nous propose un texte d'orientation pour soutenir notre réflexion, notre prière et notre engagement dans le monde.. Le thème pour ces trois ans est: « La fraternité, chemin de paix»

Avec une équipe de sept à dix membres, chaque mois, je partage la parole de Dieu et fais la relecture de ma vie dans la confiance, la fraternité et la convivialité. Cet engagement m'aide à «durer» dans la fidélité de ce temps offert à Dieu et aux frères.

 

C'est aussi pour chacune de nous, le souci de rencontrer Dieu dans la prière. Chaque semaine, chacune consacre 1h de son temps à la prière d'adoration soit dans l'église de son village, soit en rejoignant une communauté monastique soit en prenant un temps de « désert» personnel.

 

Ces temps privilégiés nous soutiennent pour porter Jésus au monde en silence, dans toutes nos relations quotidiennes, dans nos quartiers par le chemin de la bonté, de la tendresse, de l'affection fraternelle.

 

Chaque année, le 1er décembre, jour anniversaire de la mort de frère Charles, je retrouve des membres de la famille spirituelle de ma région pour un temps de prière, d'échange et de convivialité vécu fraternellement:

-prêtres de la fraternité sacerdotale, petits frères et petites sœurs de Jésus, de l'Evangile, laïcs consacrées, laïcs de la fraternité séculière.

 

Vivre simplement ma vie ordinaire comme vivait Jésus à Nazareth m'aide beaucoup à unifier dans ma vie l'action et la contemplation. C'est un chemin d'harmonie intérieure, un chemin de bonheur, qui me donne la vie et la vie en abondance. Je souhaite que de nombreuses équipes se créent et permettent aux personnes de trouver cette paix, de goûter à cette fraternité auxquelles chacun aspire.

Marie-Agnès Heyman Marie-Agnès.

 

L’association de fidèles Fraternité Charles de Foucauld 

Association fondée en 199 se réunissent mensuellement pour un temps de révision de vie, de partage de vie et d’évangile, un temps de prière et d’eucharistie. Association internationale, elles s’ouvrent à d'autres horizons: cultures, religions, coutumes dans une recherche pour vivre l’universalité.

Le «crier l'Évangile par toute ma vie» de Charles de Foucauld a fortement marqué notre Fraternité. C'est ainsi que nous lisons et méditons de manière régulière l'évangile pour essayer de le mettre en pratique selon le charisme de Frère Charles.

 

C'est pour nous, vivre notre baptême avec toute la force que donne l'Esprit de Dieu dans l'amour et la confiance dans le Père qui aime toute personne.

 

L'évangile lu à l'exemple de Charles de Foucauld, nous permet de vivre une contemplation de l'amour de Dieu au cœur du monde. C'est-à-dire, reconnaître la présence de Jésus en chaque personne, être attentives aux petites choses de la vie qui peuvent être signe de Dieu pour chacun; mais aussi c'est être attentives aux« petits », aux « délaissés », aux «pauvres », aux mal aimés, aux exclus. Cela nous amène à prendre au sérieux la vie de toute personne, de tout l'humain, à participer à l'humanisation du monde en nous engageant avec les personnes de notre entourage, dans les associations, dans les structures syndicales ou politiques à lutter contre l'injustice, le manque de dignité de la personne humaine.

 

Charles de Foucauld a voulu imiter la vie de Jésus à Nazareth. Il fut un homme de relations avec les gens qui l'entouraient, les Touareg, les militaires,. Il l'était aussi autrement par les nombreuses lettres qu'il a écrites. Il nous incite à entrer en relation avec les autres, à vivre l'amitié toute simple avec les personnes de notre entourage, à vivre le don de nous-mêmes. Vivre le « être» autant que « le faire », tout cela repris dans la révision de vie, dans la prière et la participation à l'eucharistie, moments importants de la vie de tout baptisé.

Thérèse Bultel, laïque engagée dans le célibat au sein de l’association.

 

Les Petits Frères de l'Evangile

La première fraternité fut fondée par René Voillaume. La vie religieuse est fondée sur trois piliers : la prière, la vie fraternelle et le partage de la vie des pauvres. C’est une vie spirituelle animée par le désir de vivre l’attente de Dieu et de l’accueillir quand il frappe à la porte, désir de partager la Bonne Nouvelle avec les pauvres qui frappent à la porte.

Suivre Charles de Foucauld m’aide à vivre l'Évangile. Ce n’est pas une recette mais comme tout homme et toute femme de tous les temps qui ont essayé ou osé vivre l'Évangile, Ch. de Foucauld a témoigné par sa vie de : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. » Mc.1,15.

l écrit dans une de ses méditations: « Recevons l'Évangile, c'est sur l'Évangile de Jésus que nous serons jugés, suivons donc les conseils de Jésus et non ceux de tel ou tel maître, de tel ou tel saint, s’ils s’écartent tant soit peu de ceux de notre seul maître et du seul parfaitement saint Jésus. C’est lui le modèle unique, « Jésus Sauveur par Amour » qui a donné sa vie pour la multitude, nous le rencontrons dans la Parole, par la méditation de l’Évangile et l'écoute de l'autre...

Nous le rencontrons dans l’eucharistie, la prière d'adoration. Il est présence de vie partagée sous de multiples formes auprès des plus éloignés et moins favorisés en priorité. Toute personne est digne d'être regardée avec le regard de Dieu en toute gratuité, quelque soit son look,son appartenance religieuse, sa situation. C'est le prix de la rencontre et du partage de vie créative. Dans l'univers de Dieu: qui perd, gagne... C'est tellement contraire aux slogans du marché et de la pub.

Gérard Gavel :Petit Frère de l'Évangile, Berck

 

Les petites sœurs de Jésus

« J’ai perdu mon cœur pour ce Jésus de Nazareth ». Voilà ce que Charles de Foucauld écrivait à un ami, lui qui a fait de la religion un amour.

Vivre l’évangile sera toujours, d’une façon ou d’une autre, faire route avec jésus de Nazareth. Ce Jésus, que frère Charles aimait passionnément et qu’il retrouvait pendant ses longues heures de prière devant l’eucharistie. Mais il le retrouvait également dans la rencontre de ses frères, tous ses frères, et en premier les oubliés de nos sociétés. « Passer du sacrement de l’autel au sacrement du frère », c’est ce que nous essayons de continuer aujourd’hui dans les situations les plus ordinaires de la vie quotidienne.

Petites sœurs de Jésus. Sr Godelieve. Berck

 

 

Fraternité sacerdotale Jésus Caritas

La Fraternité Sacerdotale Jesus Caritas est née en 1951, des recherches d'un groupe de prêtres diocésains dans le sillage des intuitions de Charles de Foucauld. La dimension spirituelle est semblable à celle présentée ci-dessus. On y ajoutera le souci et le soutien des autres prêtres de la fraternité. Dans le diocèse, ils sont actuellement 30 prêtres. Le « mois de Nazareth » est la proposition faite à chacun de vivre un mois durant une retraite spirituelle.

 

Prière du Père de Foucauld

Mon Père,

Je m'abandonne à Vous,   Faîtes de moi ce qu'il Vous plaira.

Quoi que Vous fassiez de moi, je vous remercie.

Je suis prêt à tout, j'accepte tout.

Pourvu que Votre Volonté se fasse en moi,   En toutes Vos créatures,

Je ne désire rien d'autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre Vos mains.

Je Vous la donne, mon Dieu, avec tout l'amour de mon cœur,

Parce que je Vous aime, et que ce m'est un besoin d'amour

De me donner, de me remettre entre Vos mains,

Sans mesure, Avec une infinie confiance, 

Car Vous êtes mon Père.

Article publié par Alicia Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 6180 visites