Présentation du diocèse d'Obala

à l'occasion de la visite de Mgr Owono Mimboé

 

Présentation du diocèse d'Obala

 A 100 km au Nord de Yaoundé, capitale du Cameroun Obala -Cameroun  
A 100 km au Nord de Yaoundé, capitale du Cameroun
A 100 km au Nord de Yaoundé, capitale du Cameroun

Le diocèse d'Obala est l'un des jeunes diocèses du Cameroun fondé en 1987 par division de l'Archidiocèse de Yaoundé. Situé en zone de pré-savane, il est composé d'une population active, laborieuse et dynamique. Sa jeunesse est dense, surtout dans le département de la Lékié où le taux de natalité est très élevé, conduisant déjà à une relative surpopulation.

 

De cette population émergent de façon remarquable les femmes qui s'activent dans des confréries, associations religieuses, groupes d'entraide et de solidarité, équipes de travail etc...

Grâce à leur générosité, leur ténacité et au sens d'organisation qui leur est propre, elles font des groupes structurés le moteur principal du diocèse au plan économique, social et religieux. Les élites du diocèse sont très généreuses.

 

Le diocèse s'est donné une ligne de conduite pour mieux répondre à son objectif premier qui est la promotion intégrale de l'homme à travers la formation permanente du clergé diocésain, le renouvellement des structures d'animation, de développement et de promotion socio-économique tel que: le Comité diocésain de « Lutte contre le SIDA », le Comité diocésain « Justice et Paix », le Comité diocésain de développement et d'activité socio-caritative « CODASC ».

 

Le diocèse d'Obala s'étend sur deux départements: La Haute-Sanaga et la Lékié. Il est peuplé de Bamvele, de Yesoum, d'Eton, Manguissa, Batchenga. Ces groupes ethniques ne connaissent pas de phénomène migratoire récent. Ils se sont sédentarisés depuis plus d'un siècle. Cependant, depuis une trentaine d'années, des mouvements migratoires des Eton et des Manguissa, sont observés. La densité de la population explique tes migrations qui se font au sein des départements qui composent le diocèse et dans le Mbam et Kim voisin.Visite à Vimy, anni versaire des 60 ans du Secours Catholique Jérôme OWONO MIMBOE  
Visite à Vimy, anni versaire des 60 ans du Secours Catholique
Visite à Vimy, anni versaire des 60 ans du Secours Catholique

 

Monseigneur Jérôme Owono Mimboe, premier évêque du diocèse, à été ordonné le 6 septembre 1987. Il réside au presbytère de l'église Sainte Marie, Mère de Dieu d'Obala, en attendant la fin de la construction du nouvel évêché.

 

Le diocèse en quelques chiffres :

 

Superficie....................................... 14.849 km2

Population totale... .. . ... ... ... ... . ..614.858

Nombre de baptisés .,............................... ..... 342.258

Nombre de catéchumènes... ... ... ... ... ... 481

Nombre de catéchistes:

Hommes :............................. 1310

Femmes :............... ..,.................... .... 1604

Mamans catéchistes :............. 631

Total............................................................... 3545

 

Paroisse, clergé et séminaire :

Le diocèse est constitué de 50 paroisses, desservie par 90 prêtres, (dont 70 diocésains, 5 prêtres “fidei donum” et 15 de différents instituts). Le diocèse compte 65 séminaristes diocésains, et 77 en communautés religieuses. Le petit séminaire accueille 260 jeunes. 67 religieuses sont présentes dans le diocèse. Le total des élèves dans l’Enseignement Catholique s’élève à 20.268 pour 88 établissements (maternelle, primaire et secondaire

 

Il existe une vingtaine de Centres Caritatifs et Sociaux : 15 dispensaires ont accueilli 40891 hospitalisés durant l’année écoulée. 14 centres de conseillers familiaux ont reçu 27.102 personnes.

 

Parmi les projets actuels du diocèse, on compte la réalisation d’une Centre de formation catéchétique, la construction de plusieurs églises (4) et presbytères (6) Depuis 20 ans, le diocèse a envoyé aux études 16 prêtres, construit 3 dispensaires, 10 presbytères et quatre églises, sans compter chapelles, grottes et sanctuaires mariaux

 

 

Les orientations diocésainesdepuis l'an 2000

 

Développer une motivation forte des chrétiens

A la suite du jubilé de l’an 2.000, plusieurs orientations ont été proclamées :

La pastorale se situe en droite ligne de l'invitation du Pape Jean Paul Il, à centrer le peuple de Dieu « sur le Christ qu'il faut connaître, aimer, imiter, pour vivre en lui la vie trinitaire, et pour transformer avec lui l'histoire jusqu'à son achèvement dans la Jérusalem céleste. » Elle a besoin de gens renouvelés spirituellement, pleins de zèle. Depuis le Congrès de Garoua, beaucoup de fidèles ont découvert et la beauté, et l'importance de la Parole. La cérémonie d'intronisation de la Parole, si souvent reprise à diverses célébrations, faisait forte impression et les enseignements qu'en donnaient les célébrants ont été très utiles pour les fidèles. Il reste à tracer les lignes de conduites et à organiser des pratiques concrètes:

1. diffusion de la Bible par famille et par individu; '.

2. Organisation de groupes bibliques;

3. Formation des catéchistes à une meilleure exploitation da la Parole de Dieu comme source de la foi, norme de la vie chrétienne.

 

Donner la première place au Christ

Au contraire de ' certaines églises protestantes, il est à se demander si la personne du Christ, qui est centrale dans le culte catholique, occupe la même place dans l'annonce de la Bonne Nouvelle. La célébration du grand jubilé a rappelé avec insistance et bonheur que le « Christ est le fondement et le centre de l'histoire, il en est le sens et le but ultime»

 

La vie chrétienne authentique est une vie trinitaire que l'homme est appelé à vivre dans le Christ. C'est une marche avec le Christ, une marche de retour de l'homme au Père dans le Christ par la force de l'Esprit. L'annonce de la Bonne Nouvelle doit être centrée sur le Christ: le terme en est une rencontre avec la personne du Christ qu'il faut «connaître, aimer, imiter ». La nouvelle évangélisation doit toujours partir du Christ.

Développer la Catéchèse sacramentaire

Jésus est venu pour que les Hommes aient la vie et qu'ils l'aient en abondance (Jn. 10, 10). Or c'est principalement par les sacrements que Jésus nous donne cette vie et se donne lui-même. Malheureusement, à part les sacrements d'initiation chrétienne (baptême, première communion, confirmation), des principaux sacrements de la vie chrétienne: le mariage et la réconciliation, sont l'objet d'une désaffection quasi générale. Les efforts des prêtres dans la pastorale des deux sacrements en question sont à encourager.

 

D’après un livret remis par Mgr Owono Mimboé pour présenter son diocèse.

 

 

Article publié par Emile Hennart - Maison d'Evangile • Publié • 12261 visites