50 ans de Fidei donum

La mission est l'affaire de tous.

 

Arras, Pentecôte 2006 fête des peuples  
Arras, Pentecôte 2006
Arras, Pentecôte 2006
Le 21 avril 1957, Pie XII envoyait la lettre Fidei donum (le don de la foi) à tous les évêques du monde. Le Pape les invitait à porter avec lui "le souci de toutes les Églises" (2 Cor 11, 28) par la prière et par l'entr'aide, mais aussi en mettant certains de leurs prêtres (et des militants laïcs), pour une durée limitée, à la disposition des Ordinaires d'Afrique. La lettre est orientée vers ce continent, mais elle appelle aussi à soutenir les missions partout dans le monde.

 

Le contexte d'indépendance en Afrique

À l'aube des indépendances africaines, le souci de Pie XII est de constituer des Églises locales. Les Instituts missionnaires ne peuvent plus suffire seuls à une tâche de plus en plus lourde et urgente. L'évangélisation de l'Afrique (et des autres continents) exige le concours de toute l'Église sous l'autorité du Siège apostolique et de l'ensemble des évêques qui sont solidairement responsables de la mission universelle.

 

La mission, l'affaire de tous

C'est une mission renouvelée de la mission de l'Église qui est proposée par cette lettre. Non pas nouvelle dans ses fondements, mais nouvelle par ses applications : les diocèses sont invités à envoyer des prêtres diocésains et des laïcs Fidei donum dans la perspective de "l'échange de vie et d'énergie" entre toutes les Églises et de la responsabilité commune de tous les évêques pour la mission. La mission n’était plus confiée seulement à des organismes spécialisés, les congrégations missionnaires qui avaient déjà fait un travail énorme. C’était désormais toute l’Eglise (prêtres diocésains, laïcs, religieuses apostoliques) qui devenait missionnaire ad Gentes.

Le 25 septembre 1961, le Pape Jean XXIII demande aux évêques de réaliser cet effort pour envoyer des missionnaires "nouvelle formule" en faveur des Églises d'Amérique latine.

 

Ici et la-bas

Arras, Pentecôte 2006 fête des peuples  
Arras, Pentecôte 2006
Arras, Pentecôte 2006
Selon le même esprit Fidei Donum,
dans les années soixante, de nombreuses congrégations religieuses féminines non spécifiquement missionnaires ont fondé des communautés dans les "pays de mission". Aujourd'hui, en France, on compte environ 200 congrégations féminines, souvent diocésaines, à "extension missionnaire". Rappelons aussi les organismes de volontariat laïc pour la coopération qui se sont mis en place quelques années plus tard.

Si nous nous faisons du souci pour le manque de prêtres « pour ma paroisse » (300 prêtres pour les 1,5 million d’habitants en Pas-de-Calais), il faudrait comparer avec le chiffre de 1 prêtre pour 100.000 hb pour certaines banlieues d’Amérique latine. Or nous voudrions une réciprocité, « en notre faveur »…

Le diocèse d’Arras a envoyé des prêtres et des religieux (ses) depuis de nombreuses années. N’y a-t-il pas à dynamiser à nouveaux frais le souci de porter l’Evangile pour les autres nations.


 

Prêtres originaires d'Afrique présents en Pas-de-Calais

 

Jusqu’à une époque très récente la compréhension que les chrétiens se faisaient du document « fidei donum » était que l’occident chrétien envoie des missionnaires (essentiellement prêtres, religieux et religieuses) dans les pays « de mission » : essentiellement Afrique noire, Amérique latine ou Asie. Cette aide des églises locales les unes envers les autres peut être désormais perçue autrement. Des prêtres de ces pays dits "de mission" viennent en aide aux églises locales de France et d’ailleurs qui n’engendrent  plus suffisamment de prêtres.

 

Le diocèse d’Arras  et le diocèse d’Obala (Cameroun) ont passé un accord de partenariat en octobre 2006. Prochainement deux prêtres camerounais seront “prêtés” au diocèse. D’autres prêtres d’Afrique ont déjà des affectations dans notre diocèse :

·        Jacques Tangombé (République Démocratique du Congo), administrateur de la paroisse St-Martin en Artois (Pas en Artois)

·        Eloi Romba (Burkina Faso), prêtre associé dans le doyenné de Boulogne ;

·        Auguste Agbodjan (Togo), prêtre associé pour la paroisse du pays de Benoît Labre (Norrent-Fontes) et la paroisse des saints Lugle et Luglien en Lillerois (Lillers)

 

Les prêtres polonais, présents en Pas-de-Calais le sont au titre de la mission polonaise et non incardinés au diocèse


 

 

 

 

Article publié par Emile Hennart - Maison d'Evangile • Publié • 4699 visites

Fermer