Retraite annuelle FCPMH

Dynamisme et vitalité de la fraternité chrétienne des personnes malades et handicapées

 

Du 20 au 23 Avril 2010, la retraite diocésaine a réuni 46 personnes malades et handicapées. Notre prédicateur, l'abbé Joseph Leprêtre avait comme thème «le Signe de la croix ». Le premier jour : « Bernadette et le signe de la croix, Bernadette et nos signes de la croix» ; le deuxième jour: « Et pour nous, le signe de la croix» ; le troisième jour: « Continuons à vivre du signe de la croix ». Le contenu de cette retraite paraîtra dans notre journal « Contacts Fraternité » du mois de Juin 2010.
Ce que nous voulons exprimer ici, ce sont les réactions recueillies auprès de quelques participants à la retraite.


Pour Patrick de la villa Normande de Berck: « Cette retraite m'aidera à vivre tout au long de l'année.» Pour Annette de Berck: « La première journée de cette retraite s'est bien passée, on m'a prêté un fauteuil, cela m'a rassurée car j'ai peur de tomber. Je suis allée au carrefour sur le signe de la croix, j'ai pu parler de la croix que je porte depuis le décès de maman, c'est grâce à la Fraternité que j'ai repris le chemin de la foi que je suis heureuse de partager avec mes frères. Merci de m'encourager à « tenir debout ». Ce soir, je vais mieux dormir, j'ai retrouvé la paix et la confiance en moi. J'ai beaucoup aimé la conférence de l’abbé, il est vrai que l'on fait le signe de croix en vitesse sans penser à ce que l'on fait, j'en demande pardon.


J'ai pu parler à l'abbé, de mes soucis avec ma filleule qui n'a pas la chance de croire à l'évangile ; l'abbé m'a conseillé de prier pour elle. J'ai pu me confesser, ce soir je me sens apaisée et en plus je me remets à marcher avec ma canne. Il est vrai que depuis un mois, j'essaie de remarcher comme avant, cela me fait plaisir. Je remercie Marie de m'aider, je suis très heureuse. »
Jeannette, de Calais: «Le Père nous a bien fait comprendre que Bernadette n'est pas une star, elle n'est pas sainte parce qu'elle a vu la sainte Vierge mais par sa vie. Il faut laisser l'Esprit-Saint agir en nous.»


Marie-Françoise, de Boulogne: «Nous ne faisons plus le signe de la croix comme avant.» Jocelyne d'Arras: « La croix, c'est la souffrance, c'est l'amour.»
Marie-Thérèse, d'Arras: « Jésus est mort par amour pour nous. J'accepte mieux le Christ sur la croix. Je comprends mieux la force de l'amour dans la souffrance; »
Claudine de Beuvry: « Le signe de la croix est la synthèse de notre foi, la clé du mystère de l'amour de Dieu. Quand je fais le signe de la croix, je pense à ce que je vais faire de ma vie, de ma journée, de ce moment. Je me souviens de mon baptême; »
Patrice, de Beuvry: « Nous qui sommes malades, nous prions pour les autres qui souffrent et nous en oublions nos propres douleurs. Dieu veut notre bonheur. Le Christ est mort et ressuscité pour qu'éclate l'amour de Dieu; »


Claudine, de Beuvry: « J'ai apprécié les moments de pauses où l'on pouvait assimiler ce que l'on avait reçu.»
Gilberte, des Mines: « Signe de la croix, signe de l'amour, du partage, de la rencontre des personnes. On pense au nombre de chrétiens qui font ce signe. Aimer et être aimé, on confie tout le monde à Dieu. » Chantal de Beuvry: «Partage d'un moment de vie qui nous permet de vivre autrement. Planter l'amour de Dieu dans le monde. »


Michel, de Berck: « Même quand on est dans sa chambre, on n'est pas seul. On est toujours en famille, la famille humaine, la famille de la Fraternité.»
Bernard, de Beuvry: « Allusion au baptême, la croix ouvre la route. Toute prière est un engagement, croire que quelqu'un nous attend. Toute prière est un rendez-vous. La croix nous dit que nous appartenons totalement au Christ. »
Jacqueline de Boulogne : « Après tout ce qui a été dit, nous pouvons dire que la retraite a été un moment formidable pour tous les participants. A l'année prochaine, du 3 au 6 mai.

Michel Vantilcke
 

Fermer