Notre époque a-t-elle besoin de Dieu?

Débat à Saint Martin au Laërt sur l'actualité du Christianisme.

Compte-rendu d'un débat à Saint Martin au Laërt, en préambule, aux Etats Généraux du Christianisme, organisés par l'Hebdomadaire La Vie en septembre 2010 à Lille

 

A l’invitation des « Amis de La Vie « et de l’ACAREF, une vingtaine de personnes ont débattu autour de  : « Notre époque a-t-elle besoin de Dieu ? »

 

Le mot besoin a d’abord mobilisé notre attention, il gêne les uns parce que trop matérialiste mais d’autres soulignent qu’il signifie aussi : manque, vide, impulsion… Lien est fait avec une nourriture spirituelle. Notre époque a trouvé de nombreuses réponses à ses questions dans la science, dans les techniques mais pour autant, chaque homme se trouve confronté aux questions de savoir quel est le sens de sa vie et quelle est sa place dans l’univers !


Dans le monde occidental, beaucoup d’hommes vivent sans référence à Dieu, mais souvent ils recherchent une transcendance. Pour les Chrétiens que nous sommes, Dieu n’est pas un besoin mais donne sens à notre existence.

 

Dieu, que mettons-nous sous ce mot ?


Je crois d’abord en Jésus-Christ et la manière dont il parle de Dieu, son Père, m’incite à croire à un Dieu-Père, Notre Père... Expérience très forte du lien entre Jésus et son Père via l’Esprit. Le Dieu de Jésus-Christ est un Dieu d’Amour... Pour arriver à Dieu, plusieurs chemins sont offerts par les différentes religions. Partout les gens ont besoin de fraternité, de spiritualité. Parmi les jeunes adultes beaucoup, tout en se souciant de solidarité, de spiritualité, n’ont pas fait le lien avec ce Dieu-Amour.


Besoin du religieux et besoin de Dieu, ce n’est pas la même chose ! Les rites aident à vivre ensemble notre Foi et à la structurer. Recherche d’unité et d’harmonie en nous et autour de nous.
La Foi est une force, un appui.


La société, à travers la popularité de grandes figures, Abbé Pierre, Mère Térésa, Soeur Emmanuelle… exprime son besoin de spiritualité, de références. Ces grandes personnalités touchent car elles font vibrer ce qu’il y a de meilleur en nous, la part de divin qui est dans tout être humain. Nous écrivons nous-mêmes notre Histoire Sainte et cela passe par des hauts et des bas.

 

« Quelle place pour le Christianisme aujourd’hui ? »


Dans le Christianisme, Dieu s’est fait homme en Jésus-Christ et il y a un lien très fort entre Dieu et l’Homme. Tout Homme est aimé de Dieu, donc notre mission, en tant que Chrétiens, est de tout faire pour construire un monde plus juste et plus fraternel où tout homme aura les moyens de vivre dignement. Mais l’Evangile n’est pas vraiment connu et le Christianisme, en particulier le catholicisme, reste trop souvent une morale ! Il faut trouver les mots pour que notre message d’espérance soit accessible à tous. Les encycliques étant écrites trop souvent avec un langage hermétique pour le simple mortel !


Beaucoup d’entre nous ont découvert le Dieu de Jésus-Christ à l’occasion de rencontres coeur à coeur ! On a besoin de « médiateurs » qui parlent avec des mots simples et justes de leur relation à Dieu. Il faut créer des lieux de rencontres où l’on puisse expérimenter la fraternité, en effet, l’expérience de la fraternité nous fait vivre de l’Amour de Dieu. Les Chrétiens doivent s’impliquer dans tous les domaines de la cité, être avec les gens, là où ils vivent.


Etre chrétien, c’est d’abord être pleinement humain. Pour autant, chacun doit se former afin d’avoir les mots pour dire sa Foi lorsque par son attitude ou ses positions, il est interpellé.


Ces échanges pourront se poursuivre les 23, 24 et 25 septembre 2010

lors des Etats Généraux du Christianisme, organisés par

l’hebdomadaire La Vie à l’Université Catholique de Lille.
 

Renseignements complémentaires pour l'invitation sur arras.catholique.fr
 

Article publié par Marie-Agnés Lamotte - Organisation de conférences • Publié • 3672 visites

Fermer