Retraite diocésaine FCPMH

"En fraternité : appelés à vivre nos fragilités, nos handicaps comme une force"

FCPMH FCPMH    

Comme tous les ans, l’équipe diocésaine de la Fraternité Chrétienne des Personnes Malades et Handicapées d’Arras organise une retraite de trois jours à Merville. Cette année, elle a eu lieu du mardi 2 avril au vendredi 5 avril. Elle était animée par monsieur l’abbé Denel de Bucquoy que nous remercions de nous avoir fait vivre ces trois jours à notre rythme pour notre plus grande joie. Pour beaucoup d’entre nous, cette retraite nous aide à vivre dans la sérénité malgré les ennuis de santé et de handicaps.
 
Le premier soir : « Puiser à la source », aidés par la rencontre de Jésus avec la samaritaine (Jean IV, 5-15). Puiser à la source des sacrements, avoir le souci de l’annonce, recevoir le pardon et la paix du Christ.
 
Le premier jour : « L’avenir est dans nos mains » : « Que cherchez-vous ? Venez et voyez » (Jean I, 35-51). Appel des premiers disciples. Nous devons faire un pas, aller vers. Il n’y a qu’un chemin : « Je suis le chemin, la vérité et la vie », nous avons la joie de trouver le Messie, nous ne pouvons qu’annoncer et répandre cette bonne nouvelle.
 
Le deuxième jour : « Notre faiblesse est notre richesse ». Pauvres ensemble pour agir ensemble. La guérison du paralytique (Marc XII, 1-2). La foi du paralytique mais aussi des porteurs. Jésus pardonne. La foule reconnaît qu’il n’y a rien de plus grand que le pardon de Dieu, semeur de vie et de résurrection. Le sacrement de réconciliation est une joie pour l’Église. La rencontre avec le Christ chante tout. Le pardon nous est acquis mais pas pour rester sur place, pour nous mettre debout. Nous recevons le pardon en Église, ensemble.
 
Le troisième jour : « Ce que nous vivons, nous l’annonçons ». Les disciples deviennent apôtres (Marc VI, 7-13). Nous découvrons comment le Seigneur nous envoie. L’apôtre ne part pas seul. Chacun reçoit de l’autre. Jésus nous dit comment remplir la mission, appel au dépouillement pour aller à l’essentiel. Annoncer par le témoignage de chacun. Pour faire le choix, il faut connaître, d’où l’importance de la rencontre. Les apôtres découvrent à quel point ils sont aimés de Dieu. Nous avons besoin les uns des autres.
Les disciples d’Emmaüs : leur chemin se déroule en quatre temps. Tout d’abord, ils marchent dans la peine : échec apparent de la mort de Jésus, déception très grande. Ensuite, le temps pour se laisser rejoindre par le Christ : ceux qui souffrent ont besoin de parler. En troisième lieu, temps pour être à l’écoute, relecture des écritures. Et quatrième temps pour se laisser illuminer et pour témoigner, transmettre leur conviction : « Jésus est ressuscité. L’Eucharistie doit nous réjouir le cœur ».
 
Voilà en résumé ce que nous avons vécu durant ces jours de retraite que tous les participants ont appréciés. Encore un grand merci à l’abbé Denel, à tous ceux et celles qui ont préparé ces journées, à nos amis hospitaliers de Lourdes dévoués sans qui nous ne pourrions pas organiser cette retraite annuelle.
 
 
Michel Vantilcke

Article publié par Apostolat des Laïcs • Publié • 642 visites