Témoignage de Jean-Jacques

La prière et le malade

La fraternité rejoint des personnes malades chroniques et handicapées physique, jeunes et adultes. Par des liens fraternels, tous s’entraident pour prendre leur vie en mains. La fraternité annonce à tous que Dieu ne veut pas la souffrance mais notre bonheur.

 

 

FCPMH FCPMH  Je m’appelle Jean-Jacques Moui. Âgé de 55 ans, je suis porteur d’une sclérose en plaques depuis une trentaine d’années. En 2000, la maladie s’étant considérablement aggravée, les médecins ont prévenu ma sœur que mon espérance de vie était de 6 mois. Ce n’était apparemment pas le plan de Dieu.

Il y a ma sœur, des mots, des gestes d’amour… et je suis toujours là. Cependant, sans rien d’utile à faire, je survivais. Un beau jour, j’ai exprimé mon désarroi à une amie, Béatrice : « Coincé au fond de mon lit que veux-tu que je fasse pour le Seigneur ? ». Je me souviendrai à jamais de sa réaction : « De quoi ? Et la prière alors ? ». Grandes discussions, j’avais sans doute un travail à faire pour le Seigneur et pour l’humanité… Dès ce moment-là, j’ai cessé de survivre pour VIVRE. Quel cadeau, imaginez la joie !

 

Jean-Jacques et Anne-Marie, son auxiliaire de vie, sont très attachés à nos réunions. Ils ont trouvé dans la FRAT les liens solides qui les unissent aux autres malades.

Oui, la maladie et le handicap ne sont pas des excuses pour nous débarrasser de la responsabilité de construire un monde meilleur.

 

 

Contact : Claude Vincent

Tél : 03 21 65 22 55

Fermer