Bénévoles en herbe à l'Aumônerie

Remise symbolique d'un chèque de 182€ à la société St Vincent de Paul par les jeunes de l'Aumônerie de Saint-Omer.

Remise cheque 1 Remise cheque 1   Le bénévole, c’est celui qui « veut bien » ou qui « veut

le bien »... Ils ont « bien voulu »... les sixièmes de l’Aumônerie de l’enseignement public, accomplir, à l’approche de Noël, une action en faveur des plus démunis.

Début février, à l’issue d’une de leurs rencontres, ils ont remis un chèque symbolique de 182€ à la Société Saint Vincent de Paul de Saint-Omer.

 

 

 

Sensibilisés à l’œuvre de la société Saint-Vincent de Paul  à l’égard des familles les plus démunies de la ville et à leurs actions comme, entre autres, la tenue d’un chalet de Noël sur la grand-place, les collégiens ont décidé, il y a deux mois, d’apporter leur contribution et de préparer « une soupe qui fait chaud au cœur » afin de la vendre aux abords du marché de Noël. Le premier week-end, ils ont un peu tâtonné. Mais les deux suivants, ils se sont  organisés et sont devenus très efficaces :

 

« Un groupe allait au marché acheter les légumes »  raconte l’un des  bénéIntervention Josette 3 Intervention Josette 3  voles en herbe. « D’autres venaient pour les éplucher. Même mon père est venu aider pour éplucher les céleris ». « Nous, on est venu pour cuire la soupe. On a fait endives,  céleris  et tous légumes du marais ». «  Et nous, l’après-midi, on vendait les bouteilles sur le marché de Noël, et aussi rue des Clouteries ou de Dunkerque ». « 182€, c’est pas forcément 91 bouteilles à 2€... Il y a des personnes qui nous répondaient « non, merci », mais quand on disait que c’était pour les familles pauvres visitées par la Société Saint-Vincent de Paul, elles donnaient les sous mais ne prenaient pas la soupe ! ».

 

Les témoignages vont bon train, pendant la collation offerte, en cours de matinée, par Josette Rousselle, présidente de la Société, à qui les jeunes viennent de remettre leur chèque, en présence de quelques Vincentiens.

 

 

Hanbike 1 Hanbike 1  

Et vite, ils reprennent leurs activités, encadrés par Geneviève, Florence et Alexis. Dans la cour, ils s’entraînent joyeusement  avec  Hervé Carré au maniement d’un  Handbike, vélo adapté pour les personnes à mobilité réduite, manipulé à la force des bras. Dans la grande salle, ils reçoivent le témoignage de Bertrand Brioul, membre de l’association ASCAI Handiloisirs, basée à Blendecques (bénévoles du club de sport d’Arc International). Mis en situation de handicap, un mal-voyant et un bénévole, ils s’entraînent cette fois à la manipulation de la sarbacane.

Faire découvrir le monde du bénévolat, tel était l’enjeu de cette matinée très riche qui, n’en doutons pas portera ses fruits. La relève est assurée !

 

Article publié par Chantal Guyot - Saint Benoît en Morinie • Publié • 2806 visites