Dimanche de la santé

Dimanche de la santé, Rivière le 10 février 2019 En ce dimanche de la santé, nous sommes accueillis par l’équipe du Service Évangélique des Malades (SEM) qui a préparé et qui anime cette célébration

2018-02-10 Riviere 2018-02-10 Riviere  

Dimanche de la santé, Rivière le 10 février 2019

En ce dimanche de la santé, nous sommes accueillis par l’équipe du Service Évangélique des Malades (SEM) qui a préparé et qui anime cette célébration. Comme tous ceux qui arrivent, je suis invité à écrire sur un feuillet les noms des personnes malades ou souffrantes que je recommande au seigneur en ce dimanche particulier. Je m’aperçois, au fur et à mesure que les noms me viennent, que beaucoup trop de gens souffre ou ont une vie perturbée par les soins, la fatigue due à la maladie : enfants, voisins et amis proches……   Pourtant, c’est le sujet de cette journée, heureusement  autour d’elles des personnes se dévouent  que ce soient des professionnels de la santé, des aides à domicile, la famille ou des bénévoles, il faut les remercier et prier pour que l’Esprit Saint leur donne la force et l’enthousiasme d’exercer leur mission.

Et nous, Chrétiens ? Le mot d’accueil composé par l’équipe d’animation de ce dimanche y répond :

« En ce dimanche de la santé, le Seigneur rassemble son Église. « L'Église n'est pas une équipe de foot qui cherche des supporters » affirmait le Saint Père dans un entretien qui clôturait l'année sainte. Non, l'Église n'est pas un club de supporters, mais un peuple de témoins. Des femmes et des hommes qui se laissent travailler par l'Esprit et qui, par leur vie d'abord, par leurs paroles, parfois, disent ce qui les anime, ce qui les fait vivre, annoncent une Bonne Nouvelle !

Auprès des personnes âgées et isolées, des personnes handicapées, des malades auxquels nous sommes envoyés, auprès des familles et des aidants ou des soignants, de quelle bonne nouvelle sommes-nous donc porteurs ?

Il ne s'agit pas de venir dire de bonnes paroles. Il ne s'agit pas de consoler ou de conseiller. Il s'agit de bien plus que cela ! Notre baptême fait de chacun de nous un témoin d'une Bonne Nouvelle qui est une personne : Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Celui qui nous a révélé l'amour du Père, amour inconditionnel proposé à chacun. Amour dont personne n'est exclu. Amour qui donne sens et « à venir » à toute situation, même la plus sombre. Et de manière stupéfiante c'est à des êtres fragiles et vulnérables qu'il est demandé de porter cette Bonne Nouvelle !

C’est la mission du Service Évangélique des Malades mais aussi de tout Chrétien lambda qui par l’attention, l’écoute, le service est signe de l’Amour du Christ en apportant un peu de son temps, du réconfort,  des gestes d’amitiés à son prochain isolé ou malade. Mais cela n’est pas toujours facile d’aller vers les autres en particulier ceux que nous ne connaissons pas. Nous avons toujours une bonne excuse  quelque chose d’autre à faire… ! Bien que le Christ nous le demande nous hésitons comme Pierre et les Apôtres dans l’évangile du jour (St Luc 5, 1-11, la pêche miraculeuse).

J’ai aimé le commentaire  qu’en a fait Thérèse dont je vous livre un passage qui clôturera cet article:

« Pierre et les disciples, entendons le pape et ses collaborateurs, sont dans la ‘’barque Église ‘’, ce sont des professionnels,……..Mais c’est la nuit et dans l’obscurité que toutes les angoisses ressurgissent. La peur les paralyse, leurs filets restent vides, leur travail est inefficace. C’est ici que Jésus intervient et leur demande de prendre le large « Allez vers des eaux profondes »…. Et ‘’miracle’’ grâce à leur confiance en Jésus, ils n’ont plus peur de prendre des risques. Il y a tant de personnes à sortir du mal et de la mort que Pierre et ses compagnons sont débordés,…ils ont besoin d’autres bras…..car on n’est jamais trop nombreux pour rencontrer ceux qui ont besoin d’être soutenus dans leur fragilité…… En 2019, c’est-à-dire aujourd’hui (mot repris 12 fois par St Luc), comme au 1er siècle, Jésus arpente toujours nos rivages et nos chemins, nos maisons et nos lieux de travail.

C’est l’heure pour nous d’écouter la parole de Jésus : « avancer en eau profonde » C’est l’heure où nous laisserons Dieu prendre l’initiative dans nos vies et accorder à nos actions une fécondité inespérée. Il nous donnera la force de prendre le risque de la confiance, d’affronter le monde et ses incompréhensions, ses malveillances et ses échecs ; »

Norbert

Article publié par Norbert Moitel - Notre Dame de l'espérance • Publié • 91 visites

Fermer