Saint Bertin sous un autre jour

Les vestiges de l'abbaye sortent de l'ombre...

St Bertin 1 St Bertin 1   

« Qui a eu cette idée folle… »

Nombreux sont ceux qui connaissent la suite de ce refrain,

repris depuis des années par des milliers d’écoliers.

Par contre, rares sont ceux qui pourraient dire que,

notre vénérable « empereur à la barbe fleurie »,  

vint passer quelques temps en l’abbaye St Bertin.

 

 

Après avoir rétabli et multiplié les écoles, Charlemagne décida de visiter un des établissements les plus réputés de son empire : « L‘école de Sithiu », située au cœur de l’abbaye.

On peut lire à son sujet qu’elle fut « la pépinière où l’on forma une légion de savants missionnaires pour la conversion de l’Angleterre ».

 

Charlemagne ne fut pas le seul personnage illustre à fouler le sol de l’abbaye.

St Bertin en 1814 St Bertin en 1814   Avant lui, Childéric III, dernier roi mérovingien, y passa

la dernière année de sa vie et y fut enseveli.

Citons encore St Thomas Becket de Cantorbéry, St Anselme,

St Bernard, Philippe Auguste, St Louis et sa mère Blanche de Castille, Charles Quint, Louis XIV, Louis XV, les Princes de Condé…

 

Après douze siècles d’existence, l’abbaye fut définitivement fermée

et la quarantaine de religieux encore présents chassés, en août 1791.

D’abord transformée en hôpital pour les soldats de la République, on commença à la détruire le 5 novembre 1792. Tout ce que les religieux n’avaient pu emporter fut vendu aux enchères : boiseries, tableaux, autels, vitraux, marbres, mobiliers, reliquaires, vases sacrés, lustres, tapisseries, orgues, grilles…

 

 

Rentrées dans le domaine public, les ruines furent rachetées par la ville de St Omer le 14 juin 1811 pour St Bertin en 1820 St Bertin en 1820  la somme de 8 244 francs. Si la nef était encore entière en 1814, la démolition se poursuivit  dans les années qui suivirent. Avec les pierres, on édifia l’hôtel de ville, l’école de musique ainsi qu’un  abattoir qui se trouvait sur le parvis de l’ancienne abbaye, face à la tour !

Celui-ci fut rasé en 1896.

 L’œuvre de destruction prit fin en 1830, avec le classement par les  monuments historiques de ce qui restait : la muraille gauche avec ses fenêtres et ses contreforts, ainsi que la tour, haute de 58 mètres.

 Non consolidée, celle-ci s’effondra en 1947.

 

 

St Bertin 12 St Bertin 12   2007 sonna le réveil des ruines, avec l’aménagement du site

par la municipalité audomaroise.

Le terrain fut nettoyé, la végétation arrachée afin de reconquérir

cet espace laissé à l’abandon.

Un jeu de lumières fut mis en place ainsi qu’un jardin

« à la française ».

 Les pierres seront prochainement traitées,

afin de préserver définitivement  des outrages du temps

les vestiges des origines de notre cité.

 

E.Houzeaux

 

 

Article publié par Chantal Guyot - Saint Benoît en Morinie • Publié • 5543 visites