Sion se raconte...

Jour de fête et de reflexion pour les jeunes de Notre Dame de Sion.

Sion 23 Sion 23   

Ce 20 janvier, les jeunes du collège et lycée Notre Dame de Sion ont fêté le jour anniversaire de la conversion d’Alphonse Ratisbonne qui, avec son frère Théodore, est à l’origine de la congrégation des sœurs de Notre Dame de Sion.

 

 

 

Pour les collégiens, ce fût l’occasion de voir un diaporama sur l’histoire de Notre Dame de Sion Saint Omer (de 1890 à nos jours), d’écouter le témoignage de deux anciens enseignants de l’établissement : Mmes Thietard et Cornette. ND de Sion ND de Sion  

Avec Mme Leman, professeur d’histoire-géographie, ils ont également découvert les origines et les principales caractéristiques de la religion juive.

Après ces interventions, chacun a pu partager une part de galette. L’Epiphanie n’était peut-être plus à l’ordre du jour, mais tous furent ravis de ce moment convivial… et la chasse à la fève était ouverte !

 

 

  Au lycée, les jeunes de 2ndes ont vu un  montage sur Sœur Emmanuelle, sœur de la congrégation de Notre-Dame de Sion. Pendant plus de 20 ans, elle a partagé la vie des chiffonniers du Caire, menant une lutte acharnée contre la pauvreté. Ils ont appris combien le charisme de Sion a changé sa vie. Confrontée à des personnes de religions différentes, elle a su faire preuve d’ouverture et de respect.

 Soeur Emmanuelle Soeur Emmanuelle  

C’est à travers un film TV plutôt qu’une conférence sur la religion juive que les élèves de 1eres ont découvert comment des enfants juifs cachés pendant la guerre ou des adolescents rescapés du camp de Buchenwald, se sont reconstruits grâce à leur religion.

 

Pour ce qui est des Terminales, après un rappel de l’apparition de la Vierge à Alphonse Ratisbonne le 20 janvier 1842 et  du charisme de Sion (" demeurez fermes dans la foi sans vouloir l’imposer aux autres"), les jeunes se sont penchés sur le rapprochement juifs/chrétiens, le respect des différentes religions, des différentes minorités et la richesse que cela peut apporter. Ceux qui étaient allés à Auschwitz avec le « train de la mémoire » ont évoqué de ce qu’ils y avaient vécu à partir d’un montage photos. Un témoignage profond et sincère sur ce lieu chargé d’histoire, un séjour qui a définitivement changé leur façon de voir les choses.

 

Sion 20 Sion 20  

Enfin, les adultes (professeurs, personnel de service, catéchistes…) se sont retrouvés le vendredi soir. Après avoir profité du remarquable montage de Mme Houzeaux, ils ont partagé un moment de grande convivialité autour d’un bon repas.

 

 




 

Article publié par Chantal Guyot - Saint Benoît en Morinie • Publié • 5281 visites