Ouverture de la semaine sainte

Rameaux -Grenay Rameaux -Grenay   Les chrétiens se sont rassemblés en grand nombre dans les églises pour la fête des Rameaux. Après la célébration, en emportant les rameaux bénis chez eux, ils signifient leur attachement à Jésus-Christ.

 

Au cours de la messe ils étaient invité à méditer le sens de la Vie de Jésus: "Lui, de condition divine, n'a pas revendiqué d'être traité à l'égal de Dieu. Au contraire, il s'est abaissé, devenant l'un de nous, et reconnu comme homme à son comportement. Il s'est fait obéissant jusqu'à la mort, et la mort sur la croix...C'est pourquoi Dieu l'a élevé au-dessus de tout..." (Paul aux Philippiens 2).

 

Cette parole de Paul est à rapprocher des premières lignes de saint Jean, qui résume la vie de Jésus en des termes semblables au début de son Evangile : "Au commencement, le Verbe était auprès de Dieu et le Verbe était Dieu...Il a planté sa tente au milieu de nous. Il est venu chez les siens... A ceux qui l'ont reçu, il donne pouvoir de devenir enfants de Dieu...".

 

Il faudrait méditer de la même manière l'expression de Jean qui ouvre la deuxième partie de son Evangile: "il déposa son vêtement" pour laver les pieds des disciples. Jean aime beaucoup les double sens. Ici encore, il ne s'agit pas seulement d'enlever le vêtement physique, mais de se dévêtir de sa dignité de maître et Seigneur pour devenir serviteur : "si moi, seigneur et maître je vous ai lavé les pieds, vous devez, vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres... le serviteur n'est pas plus grand que son maître... 

 

Rameaux -Grenay Rameaux -Grenay   Sans doute le cardinal Jorge Mario Bergoglio a-t-il médité toutes ces paroles, lui qui, appelé désormais François, a refusé d'être honoré au-desus de tout, se qualifiant comme évêque de Rome, évêque au milieu des évêques, ses frères. Il n'a pas recherché les honneurs en haut de la logia papale.  Il a voulu se rendre proche de ces hommes et femmes qui souhaitent l'approcher. Il a voulu d'abord prier avec tous en toute simplicité, au point de dérouter, même des jounalistes dans leur traduction : Notre Père... Je vous salue Marie.

 

Que le Christ et l'actuel successeur de Pierre puissent éveiller les chrétiens aux dimensions qui furent celles du Christ Jésus, lui qui ne revendiqua pas d'être traité comme au-dessus de tous. Puissions-nous prendre le même chemin : "une Eglise pauvre pour les pauvres". EH.

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 3501 visites