Visite de Monseigneur PODVIN à St-Omer

"Nous sommes tous responsables les uns des autres"

DSCN5591 DSCN5591  

 

Tous responsables les uns des autres« Le monde devient si délicat qu’il faut le prendre avec des gants parfumés. Mais l’important c’est de dire à ce monde qu’il est aimé, qu’il est sauvé ». C’est par cette citation « encore d’actualité en 2014 », de François de Sales (1567-1622), « un saint qui le fait vivre », que Mgr Bernard Podvin a débuté sa conférence, à la salle Vauban. Citons-le.

 

Nous sommes responsables les uns des autres, confiés les uns autres, nous avons besoin les uns des autres. Si nous ne l’acceptons pas, nous ne trouverons jamais la réponse à nos problèmes.

Mgr Podvin développe alors cinq domaines où nous sommes confiés les uns aux autres. Ils sont :

La défense de la vie.

- Vie naissante : l’embryon, objet de recherches scientifiques incroyables est menacé. Fin de vie : qu’est-ce que les législateurs vont décider ?

De la vie naissante à la vie finissante il faut servir la vie dans un grand respect. Tenir la main à la personne, c’est marquer que l’on est devenu impuissant, dire son humilité mais dire » je suis là ». Si on avait développé les soins palliatifs, on n’aurait pas besoin de légiférer.

- Il faut servir la vie, toute la vie. Non seulement au tout début ou à la fin, mais la vie du jeune, de celui qui est au chômage, en détresse, en souffrance, à 40 ans, à 80 ans... Plus l’être humain est fragile, plus il est redevable de mon attention.

-Notre société irait mieux si elle prenait à cœur le plus petit. Si les plus vulnérables étaient grandis par notre estime, par notre amour.

-Nous avons notre part à prendre pour humaniser, spiritualiser ces cris de détresse, ces cris d’amour.

Les générations

Comment entre générations nous sentons-nous redevables les uns des autres ?

DSCN5595 DSCN5595  

« Si Papy et Mamie n’étaient pas là ! »… Combien d’ados le disent ? Combien d’aînés sont en attente angoissée de ce que les autres générations vont faire pour eux dans leurs vieux jours ? D’un côté, désir qu’on les aime, qu’on les comprenne. De l’autre, qu’on les honore jusqu’au bout de leur dépendance, par amour. Si on accompagne les aînés jusqu’au bout, qu’on le montre aux jeunes, un témoignage leur sera donné. L’inter-générations c’est la clé du bonheur.

 

Les frères chrétiens d’Orient

Réjouissons-nous de pouvoir nous réunir ici. Nous sommes dans un climat de paix. Il est inadmissible qu’un chrétien d’Orient ne puisse être chez lui, en Orient. Que pouvons nous y faire, ici, à Saint-Omer ? Tout faire pour que la communauté internationale ne se résigne pas. Elle a perdu beaucoup de temps. Le terrorisme pendant ce temps en gagne. Prier. Montrer que nous sommes confiés les uns aux autres de façon planétaire. Des minorités n’ont-elles pas le droit de demeurer dans le berceau- même de leur vie ? Les accueillir chez nous devrait être l’ultime solution. L’idéal, c’est de les laisser chez eux. Le mystère du cœur de l’homme c’est qu’il se dilate, qu’il se fortifie quand il est attentif à une cause. 

La laïcité

La laïcité c’est la neutralité de l’Etat qui ne privilégie aucune confession. C’est la liberté d’expression. Nous sommes confiés les uns aux autres Nous devons faire attention que dans cet espace public nous soyons acceptés, que personne ne soit exclu. L’Etat est laïc, mais pas la société. Elle est plurielle, multiculturelle, multiconfessionnelle. L’erreur, est d’obliger la société à être laïque. Nous avons beaucoup à faire dans ce domaine.

                                

Eglise et la communauté chrétienne

Si en communauté chrétienne, nous ne nous sentons pas confiés les uns aux autres, à quoi bon nous rassembler, avoir des œuvres ? L’Eglise doit être un signe fort : on y montre qu’on se soucie de l’autre. L’Eglise manque de vocations. Elles pourraient renaître si nous avions l’estime des vocations. Toutes les vocations manquent (sacerdotales, religieuses, laïques). La source des vocations, c’est l’estime de la vocation de l’autre. Dieu nous a fait le cadeau de nous donner le pape François. Il appartient à tous et pas seulement à nous les catholiques. Il touche l’espace public. Il est un guide, un repère. C’est le pape de la bienveillance et des repères. Il nous appelle à nous mobiliser, à nous réveiller : « Europe, tu me sembles âgée. Réveille-toi ! Si tu savais le potentiel que tu as en toi. Mais tu es un peuplier malade ».. Il y a en nous beaucoup de réponses possibles si nous voulons nous réveiller, attaquer la maladie du peuplier, laisser monter en nous la paix. Il nous faut prendre conscience que nous sommes confiés les uns autres.  

 

Propos recueillis par Marie Devigne - Regard en Marche St-Omer

 

Avant de finir sa journée marathon, par la rencontre avec des élus chrétiens, Mgr Podvin a répondu aux questions rédigées en petits groupes, par l’assistance.  La visite avait commençé plus tôt avec la rencontre des prêtres, animateurs laics en pastorale et membres des EAP.

 

Article publié par Chantal Guyot - Saint Benoît en Morinie • Publié • 906 visites

Fermer