Inauguration Centre paroissial sainte Barbe

La chapelle des Brebis

 Mur de façade La chapelle des Brebis  
Mur de façade
Mur de façade

 

A Mazingarbe, la bénédiction du nouveau centre paroissial, cité des Brebis, le 29 septembre 2007 a été précédé, la veille, par une soirée en présence de Mgr Jaeger et des maires de plusieurs communes.

L'ancienne église, trop délabrée avait été abattue en 1982.  Mais rien n'était alors constructible en raison de la loi Seveso qui s'appliquait au lieu, à proximité de l'usine de la Grande Paroisse. Plusieurs projets de faire "un p'tit quelque chose avaient jailli. En 2004, la mise en place des nouvelles paroisses avait rassemblé sous le vocable de Saint Vincent de Paul de Bully en Gohelle les clochers de six communes. Aucun lieu cependant ne disposait alors d'une salle de réunion pouvant rassembler plus de 30 personnes à la fois. Un projet fut alors élaboré, qui proposait l'édification d'un centre paroissial. Une salle de réunion assez vaste pouvant servir de chapelle serait construite; de petites salles seraient adossées pouvant servir aussi de salle d'accueil. Un appartement pour un prêtre serait aussi construite.

Le côté de la chapelle et la maison attenante La chapelle de Brebis  © G.Souillart
Le côté de la chapelle et la maison attenante
Le côté de la chapelle et la maison attenante© G.Souillart

L'ensemble paroissial rénové, ou plutôt créé, se trouve au milieu d'une zone choisie par les communes pour servir de centre social. Si l'ensemble religieux semble aujourd'hui bien seul au milieu d'un espace verdoyant, bientôt il sera entouré d'autres lieux de vie pour les communes environnantes. Car c'est un projet ambitieux que veut réaliser la communauté de commune.

 

Monseigneur Jaeger a félicité les maitres d'oeuvre et ceux qui ont veillé à la réalisation de cet ensemble. Il a souhaité longue vie à cet espace ouvert  à tous, et voué à la rencontre, au partenariat avec les autres espaces de vie sociale. Il dépend des chrétiens que les liens d'humanité et de fraternité se continuent et se développent.

Article publié par Elisabeth SOUILLART • Publié • 9286 visites