L'APEI au festival BD d'Angoulème

Un hippocampe d’or pour les adultes de l’atelier BD

130 Photo souvenir[1] 130 Photo souvenir[1]  

C’est une bien belle aventure que viennent de vivre les adultes de l’atelier bande dessinée de la SATT (section aménagée du temps de travail) qui fait partie du Potendal, établissement de l’Apei à Saint Martin au Laërt.

Ils viennent de recevoir à Angoulême, à l’occasion du festival de la BD, un hippocampe d’or, prix des auteurs du quinzième anniversaire de l’association l’Hippocampe, concours ouvert aux personnes en situation de handicap.

 

 

Entre octobre et décembre 2013, le lundi après-midi, Michel, Françis, Raymond, Jean-Marc, Carole, Sylvie, Arnaud, Bruno, Sandrine, Alain et Guy ont travaillé sur les deux planches avec l’aide de Jean-Michel Vanweydeveldt, graphiste indépendant et auteur de bandes dessinées.

 

Le voyage dans le temps, thème développé dans les deux planches raconte l’arrivée d’un cosmonaute qui répond à l’appel à l’aide de la planète terre. L’aiguille du temps s’est détachée de l’horloge et est tombée dans le trou noir dans le centre de la terre. En allant la rechercher, le cosmonaute découvre que le monde ne va pas bien. Ayant récupéré l’aiguille du temps au fond du trou, il refait le chemin inverse et découvre qu’il y a quand même des choses bien qui se vivent sur la planète : le temps est moins détraqué, les peuples fraternisent, il y a moins de guerre et moins de misère. L’aiguille est remise en place et est « en pleine forme tic tac pour longtemps ».

 

Jeudi 30 janvier 14h 30, c’est le grand rendez-vous dans les salons de l’hôtel Mercure. Les différents lauréats  prennent place. Sur un podium, le jury composé d’auteurs de BD, s’active à dédicacer les albums qui seront offerts aux gagnants. Devant eux, une vingtaine d’hippocampes d’or et d’argent. Patrice Drevet, ancien animateur télé, accompagné de Mireille Malot, présidente de l’association l’Hippocampe, déclare la cérémonie ouverte. Les premières BD sont projetées sur écran, les premiers lauréats récompensés. Les audomarois, assis au fond de la salle attendent leur tour avec impatience. C’est finalement la proclamation tant attendue, le groupe bande dessinée de l’Apei reçoit des mains de Philippe Lavaud, maire d’Angoulême, le fameux Hippocampe d’Or, prix des auteurs du quinzième anniversaire de l’association l’Hippocampe, présidée cette année par Frank Margerin, célèbre auteur de BD. « C’est un moment magique, notre travail est récompensé », constate Michel un grand sourire sur le visage. « Je suis très content, c’est important pour moi » ajoute Arnaud. « Je suis fière d’eux, c’est une sacrée aventure, c’est une belle récompense pour leur implication, ils se sont donné à fond » note Valérie Bodart, éducatrice spécialisée. « C’est la valorisation de leur travail » complète Sabine Demblocque, monitrice éducatrice. « Ils m’ont donné beaucoup de joie. J’ai eu beaucoup de plaisir à leur apprendre la BD » confie Jean-Michel Vanweydeveld, graphiste, visiblement ému.

 

Ce fut un grand moment. Un grand moment aussi pour l’Apei qui a le souci de développer au sein de l’association les valeurs de respect, tolérance, citoyenneté et solidarité et à travers des projets innovants, permettre aux personnes accueillies de tendre vers la bientraitance heureuse.

Jean-Paul Brame

Bulle encart dans le texte :   « Je suis fière d’eux ». Valérie Bodart, éducatrice spécialisée.

Encart de présentation de l’Association l’Hippocampe

 

L’association l’Hippocampe

Créée en 2OO5, elle a pour objectif principal le développement d’actions culturelles et artistiques an faveur des personnes handicapées ou leur accès aux arts et à la culture. Avec la mise en œuvre de ce concours de Bande Dessinée, elle a pour objectif :

d’apporter « un coup de projecteur » au monde des personnes handicapées, dans le cadre très médiatisé du Festival international de la Bande dessinée d’Angoulême ;

de favoriser la capacité créatrice d’un public singulier et de permettre aux personnes handicapées d’exprimer leur sensibilité en s’engageant dans un projet original et quelque peu exceptionnel ;

de permettre leur intégration dans la cité et la reconnaissance de leur talent autour de l’organisation d’expositions des BD primées ;

d’assurer la pérennité d’une action qui connaît un réel succès auprès des jeunes handicapées, des familles, des éducateurs et des établissements d’accueil.

Site : www.hippocampe-culture.fr

 

 Avec les adultes, à droite, Patrice Drevet. A gauche, Philippe Lavaud, maire d’Angoulême.

Article publié par Chantal Guyot - Saint Benoît en Morinie • Publié • 924 visites