Solidarité Saint Vincent de Paul

Dans l'Audomarois, depuis 1991, l'association Solidarité Saint Vincent de Paul, offre aux proches des personnes incarcérées un accueil chaleureux.

DSCN3309 DSCN3309  Dans cet espace, en face de la prison, les familles et amis de détenus peuvent boire un café et souffler les jours de parloir. Les familles devant arriver 45 minutes avant l'appel des surveillant, l'attente est longue.

 

Au-delà d’un simple accueil où les familles et les amis peuvent trouver abri et réconfort, c’est un lieu d’échange et de rencontre pour des personnes souvent confrontées à un grand sentiment d’exclusion. Beaucoup arrivent stressés. Les familles tiennent et vivent dans l'espoir de l'attente de la sortie. Pour d'autres, l'horizon est obscur, s'il sort un jour, saura t-il sans sortir ? Pourtant, il faut tenir, venir régulièrement, de loin, à pied de la gare, par tous les temps. Les femmes très courageuses, ont une double peine. Obligées de gérer seules le quotidien, elles doivent aussi se priver pour envoyer de l'argent qui améliorera l'ordinaire du fils, du compagnon. 

"Certains parents sont murés dans le silence, d'autres ont besoin de parler.

Au fil du temps, reconnaît Danielle Marciano, on sympathise, on voit les enfant grandir. On ne connait pas les prénoms, mais par un sourire, on se reconnaît". Présentes tous les jours de parloir, à Noël et jours fériés, sous le regard de Saint Vincent de Paul et par deux, les bénévoles accueillent, écoutent, apportent par leur sourire, un peu de lumière dans cet horizon si sombre. "On parle de tout et de rien, mais on ne leur pose jamais de questions personnelles." L'administration reconnaît l'intérêt et la pertinence de ces accueils qui se sont développés dans toute la France. Les familles arrivant détendues au parloir, l'ambiance est différente, les hommes plus calmes et contents de l'attention portée à leurs proches.

Article publié par Chantal Guyot - Saint Benoît en Morinie • Publié • 1097 visites