ACO retour sur la rencontre nationale

Mise en œuvre des résolutions dans le diocèse

Retour sur la rencontre nationale

Osons l’espérance (suite)

 

Les personnes en situation de fragilités-précarités sont au cœur du projet missionnaire de l’Action Catholique Ouvrière

 

ACO_retour RN_photo ACO_retour RN_photo  

Souvenez-vous : dans le bulletin Mission Ouvrière du Pas-de-Calais 2014, l’ACO du diocèse d’Arras vous informait d’un évènement marquant : la rencontre nationale des Délégués (10 pour le diocèse) qui s’est tenue à Angers les 7 et 8 juin 2014 : temps fort d’expériences, d’échanges, de rencontres et de nouvelles orientations pour les quatre années à venir. Au retour de cette rencontre nationale, quelles résolutions ? Avec qui ? Quelles mises en œuvre sur le diocèse d’Arras depuis ?

 

Au nombre de 6, elles se proposent ainsi…

 

Les jeunes adultes

Les débats ont réaffirmé la nécessité d’accueillir les jeunes adultes avec TOUT ce qui fait leur vie… de partager avec d’autres générations et de regarder avec elles ce qui rassemble…

 

L’engagement

S’engager pour transformer la société : l’ACO a la responsabilité de créer des lieux de parole en proximité et en réciprocité afin d’y accueillir l’expression des appels à changer la vie…  Partager le bonheur de faire révision de vie.

 

Au travail

Prendre en compte les évolutions du monde du travail… la souffrance au travail et les difficultés à s’engager ne doivent pas empêcher de porter un regard positif sur son travail car l’homme est toujours premier…

 

Les migrants

Faire mouvement avec eux, c’est avant tout être avec eux, vivre en proximité avec eux… accueillir chacun avec son histoire, quelle qu’elle soit… quelle place pour les migrants dans les responsabilités à tous les niveaux du mouvement ?

 

Précarités – fragilités

Rejoindre les personnes en situations de précarités, fragilités : qu’elles soient visibles et/ou invisibles, passer du service au précaire au faire ensemble : briser les solitudes – prendre confiance en soi, entrer en dialogue, permettre que la parole s’exprime. En ce sens, le partenariat avec d’autres structures est important, les solidarités se jouant dans le quotidien de la vie.

 

Le développement de l’ACO

Proposer l’ACO aujourd’hui est une chance. Par ses diverses propositions de partages, elle ouvre des lieux où chacun est accueilli tel qu’il est, écouté en toute confiance, sans jugement.

 

Avec qui ? Avec quels outils ?

Sur le diocèse d’Arras, ce sont 26 équipes dont 10 délégués qui s’organisent dans leurs secteurs afin de mettre en œuvre ces orientations selon leurs réalités locales.

À Berck, des permanences Prends un café, prends la parole deux fois par mois.

À Calais, ce sont des révisions de vie régulières et la mise en place d’un partenariat avec d’autres mouvements et services.

À Lens – Méricourt, une rencontre élargie pour ceux et celles sensibilisés à l’engagement quelle que soit sa forme autour d’un livre « Chemins et Mémoires ».

À Arras et St Omer, des personnes en situation de handicap physique et moteur se retrouvent pour exprimer leurs peines mais aussi leurs joies.

À Hénin, une équipe porte une réflexion sur « les nouveaux visages du travail » et envisage une rencontre élargie.

À Isbergues, leurs points communs : les personnes en situation de précarités-fragilités sont au cœur du projet missionnaire de l’ACO.

 

Leurs outils

aco2 aco2  Le Parlons-en (support d’expression privilégié), Témoignage (revue bimestrielle), Repères (outil du militant-responsable-trésorier), K7 « Invite-toi à l’ACO »… ainsi que d’autres outils adaptés aux réalités locales… Les membres de l’ACO se retrouvent, échangent et débattent ensemble lors des comités diocésains et de la récollection organisés chaque année.

Un chemin d’espérance, une manière originale de proposer l’Evangile aujourd’hui, une double fidélité au Monde ouvrier et au Christ, l’ACO est une chance pour l’Église et pour la société, elle trouve à travers ses membres des réponses adéquates à taille humaine : ce sont des énergies déployées non sans difficultés. Et pourtant, à travers elles, se vit une véritable richesse : celle de la réflexion, de vivre ensemble, de découvrir celui qui AIDE à vivre, de réinventer une vie ensemble.

 

Pascale Mire

 

Article publié par Apostolat des Laïcs • Publié • 871 visites