Laudato si! encyclique sociale

Les pauvres au cœur de la réflexion du pape.

Mise au point publiée par Radio-Vatican et Pax christi:

 

Laudato Sii Laudato Sii  L’Observatore Romano publie une interview qui précise le sens de l’encyclique Laudato si ! devant les interprétations restrictives.

 

Cette mise au point semble ^tre oubliée de nombreux commentaires de l'encyclique. Dans une interview au quotidien chilien El Mercurio, reprise par L’Osservatore Romano, le président des Académies pontificales des Sciences et des Sciences sociales, Mgr Marcelo Sánchez Sorondo, a déclaré que la définition de Laudato Si’ comme une encyclique "verte" ne plaisait pas au Pape François, qui la voit plutôt comme une encyclique sur la justice sociale, « la question du climat ayant une répercussion sur les peuples les plus pauvres, et représentant donc un thème de justice. »

 

« L’environnement est l’habitat de l’homme, et François parle de l’environnement parce qu’il fait partie de la Création de Dieu, a rappelé cet évêque argentin, proche et compatriote du souverain pontife. Ainsi il retourne à l’esprit de Saint François, qui voit dans la nature la beauté de la rédemption, où toute chose parle du Christ. »

 

Mgr Sánchez Sorondo a donc réfuté toute idée de dualisme entre la nature et l’homme. « L’être humain n’est pas l’ennemi de l’environnement mais l’unique être créé à l’image de Dieu, qui a donc la responsabilité de collaborer avec l’œuvre de la Création. »

 

Quant aux positions de François sur l’actuel modèle économique, Mgr Sánchez Sorondo a expliqué qu’il s’agit bien d’une vision enracinée dans la doctrine sociale de l’Église. « Le Pape n’accepte pas la théorie de la "rechute favorable" (ndlr : appelée aussi théorie du "ruissellement", l’idée que la croissance crée spontanément un progrès pour tous), ni la déification du marché. Pour le Pape, le système libéral oublie la personne humaine et le bien commun. Cette position est très critiquée mais elle est soutenue par des économistes membres de l’Académie pontificale des Sciences, comme les prix Nobel Joseph Stiglitz et Kenneth Arrow, qui rappellent que le marché à lui seul ne permet pas une redistribution des richesses. »

 

Pour Mgr Sánchez Sorondo, « le Pape n’est donc ni de gauche, ni de droite : il suit simplement l’Évangile.

Document publié par Radio-Vatican, le 25 août 2015

Fermer