Bonningues-les-Ardres

Le moulin, son église

st léger st léger  

  

Découvrez la commune de

BONNINGUES-LES-ARDRES

 

Le moulin, son église

 

 

 

 

     Le nom de la commune apparaît pour la 1ére fois dans les chartes de la fondation de l’abbaye d’Andres en 1084 : Bonninghes. Ce nom vient sans doute de Boningahem qui veut dire « village de famille de bon » en saxon.

 

     Bonningues dépendit successivement, au cours de l’histoire de la châtellenie de Tournehel, province d’Artois, puis au gouvernement  d’Ardres, au district d’Herbinghen, à celui de Tournehem, au canton de Licques sous la révolution et enfin au canton d’Ardres.
 
     La paroisse faisait partie du doyenné d’Alquines dans le diocèse de Thérouanne, jusqu’à ce que cette dernière fut rasée par Charles-Quint.
Elle fit alors partie du doyenné de Tournehem, évêché de Saint Omer. Le Patron de la paroisse est Saint Léger. Avant la révolution le curé était présenté par l’Abbaye de Saint Jean au Mont.

            L’église a été  reconstruite en grande partie au XIXe siècle .Elle avait déjà été agrandie en 1605 et remplacée par une autre qui n’était pas placée au même endroit . De style gothique, le cœur et sa nef datent de 1824. Cette église est curieusement placée dans une courbe de la rue principale. Elle a été reconstruite en grande partie en 1870 par l’architecte Libersalle.

 

Une cloche de 415 kilos fondue en 1858

 

     La cloche a été nommée Françoise Marie Adèle par J. François Mathon, son parrain, et Dame Adèle Fontaine, sa marraine, propriétaires. Elle a  été bénie par Monsieur le curé Levolant « curé de Bonningues les Ardres ». Louis Dereuder étant Maire et Jean Louis Fontaine adjoint, Messieurs Rouselle, Gressier, Fourré, Lhomme, Boulenger, Carbonnier Théodore, Carbonnier Jean Bernard, Ducroq conseillers municipaux et Coquerel, instituteur. Gallois et Dubuisson, fondeurs brevetés Paris 1858.

Elle a été fournie le 2 avril 1858 pour un poids de 415Kg.

 

     Cette cloche a encore un sonneur ; à l’heure où tout est électrifié dans nos campagnes, Gilles Pouilly est l’un des derniers à venir à l’église pour tirer la corde et faire sonner Françoise Marie Adèle, façon pour lui de souhaiter bon appétit aux villageois et de rappeler aux chrétiens la prière de l’angélus.

 

      Les différents Maires ont toujours entretenu l’église surtout les menaux qui soutiennent les vitraux. Récemment Monsieur Franque, Maire de la commune, a procédé à leur réfection, refait la totalité de l’électricité, avec son conseil, les employés communaux et quelques bénévoles ; il a procédé à la mise en peinture de l’intérieur.

 

Le moulin, actif jusqu'en 1957

 

     Le moulin, il se cache au bout d’un chemin, abrité du regard des curieux

L’ancien moulin à eau de Bonningues, au bord de la Hem, est l’une des perles du village. Mais il n’est pas ouvert au public, seuls campeurs et giteurs peuvent  profiter des lieux appartenant à Monsieur J.C. Buscot. Daté du XVIIIe siècle, ce moulin a cessé de fonctionner en 1957. Alors propriété de Julienne Taufour, ce n’est qu’en 1987 qu’il est racheté par J.C.Buscot qui, à son arrivée, découvrit les lieux demeurés authentiques. Quelques restaurations furent nécessaires et aujourd’hui le mécanisme de l’intérieur est intact. En revanche la roue et la ventilerie n’ont pas survécu aux caprices de la Hem au fil du temps.

Françoise Blot

Fermer