Licques

Le bourg, son abbaye

Eglise abbatiale de Licques Eglise abbatiale de Licques  Le bourg de Licques

 

L'abbaye des chanoines

de Prémontré

 

Licques a l’honneur et la fierté d’être un bourg, dénomina­tion réservée au Moyen Age aux localités où étaient établis à la fois une abbaye et un château fortifiés. Il est fait mention de la paroisse de Liskes en 1084. Les archives nous permettent de suivre en parallèle l’histoire de l’abbaye et celle du château : c’est toute l’histoire de Lic­ques.

 

L’abbaye des chanoines de Prémontré

 

A son retour de la première Croisade (1099), Robert de Lic­ques, dit le Barbu, compagnon de Godefroy de Bouillon, créa à Licques un moustier, com­prenant une église et un asile. Remis par son fils, Baudouin, aux Augustins de Watten, il fut rapidement confié, par l’inter­médiaire de Milon 1er, évêque de Thérouanne, à l’ordre de Prémontré, nouvellement créé par saint Norbert (1080-1134).

Fondée en 1132, l’abbaye, dédiée à Notre-Dame de la Nativité, abritait plusieurs dizai­nes de religieux. Les chanoines desservaient les paroisses et fon­daient des écoles.

Les frères lais apprirent aux paysans à défricher la vallée et à valoriser l’agriculture et l’élevage, la volaille de Licques faisant, de nos jours encore, la renommée du bourg. L’abbaye de Licques était par ailleurs la base de départ des fondations prémontrées en Angleterre.

 

Détruite et pillée

 

L’abbaye fut maintes fois détruite et pillée par les armées françaises, anglaises et espagno­les, attirées par ses richesses. Elle tomba en commende sous François Ier, qui faisait ainsi main basse sur les ressources des abbayes dont il redoutait la puissance.

La dernière reconstruction de la chapelle abbatiale (M.H) débu­tait en 1707 pour se terminer en 1747 tandis que les bâtiments abbatiaux (inscrits à l’Inven­taire) portent la date de 1771. La Révolution chassa les Pré­montrés de leur abbaye six cent soixante ans après sa fondation. Ils avaient eu une influence con­sidérable à Licques et dans les environs.

 

Mobilier préservé

 

L’abbaye fut donc abandonnée. Foudroyé en 1795, le clocher s’effondra sur le transept et une partie de choeur. Quelques années plus tard, une abside semi-circulaire venait clôtu­rer la nef et les restes encore majestueux de la chapelle abba­tiale devenaient en 1806 église paroissiale, remplaçant celle qui se trouvait au milieu du cime­tière.

Certaines pièces de mobilier d’origine, classées, ont pu être préservées. L’orgue est remar­quable. Les fresques ornant le choeur ont été réalisées en 1958 par le père Frebourg, chanoine de Prémontré.

 

Des feuillets déposés près du portail guideront votre visite.

Fermer