Haut Loquin

Historique de l'église Saint Pierre

Eglise Haut Loquin Eglise Haut Loquin              HAUT LOQUIN

 

Historique de l'église Saint Pierre

 

 

Haut Loquin, village paisible, dont le nom apparaît pour la première fois en 1156. "Lokin" est alors secours de la paroisse d’Alquines.

La paroisse n’a jamais eu de curé à elle seule.

 

Son implantation suit le cours de la rivière qui prend sa source en haut du village à l’extrémité de la grande vallée sèche qui conduit à Escoeuilles.

 

En 1790, la population est de 227 habitants. Le curé est celui d’Alquines,

J. Ch. Augustin Molaix, âgé de 65 ans. Il existe deux moulins à moudre le grain.

 

L’Eglise est en bon état, bien bâtie et bien exposée sur un terrain sain et plat, dans le centre du village. On ne pourrait fixer au juste l’époque de sa construction, mais on croit qu’il y a au moins six cents ans, c’est-à-dire vers 1300.

 

A l’ouest, très curieux clocher roman du XIe et XIIe, le coeur remonte au XVe siècle, sa voûte d’ogives sur culs de lampes armoirés : écu au lion de la couchie, le fou avec sa marotte et ses chats, écu d’Estrées chargé de trois merlettes, écu d’un lac d’amour aux initiales PCL entrelacées dans l’abside, les symboles des évangélistes, les clefs de voûte étant une vigne, un pélican, un agneau pascal.

 

Deux cloches Louise par Louis le Tellier duc de Doudeauville et Daix l’Evêque, Joséphine par Alphonse de Calamine marquis De Courtebourne.

 

 

Article rédigé avec les notes de : 

Gaston Regnault, maire de commune

et Bernard Delannoy

 

Fermer