L'ACE à Belval 2007 et 2008

Les jeunes de l'ACE sont venus à Belval en août 2007. Ils reviendront en 2008

 

 

 

Camp d’ACE à Belval

 

 

Campement à l'abbaye Campement à l'abbaye  

Comme chaque année au mois d’août, des jeunes de 6 à 14 ans de la région d’Arras, Feuchy, Fampoux sont venus faire un camp à l’abbaye de Belval. Cette année ils étaient une quarantaine avec leurs animateurs Eglantine, Williams, Camille, Charlotte, Pauline, Valérie, Gaëlle, Laure, Romain, Charles. Ces accompagnateurs ont pour la plupart participé à ce camp comme enfants, et à 18, 20 ans , maintenant ils sont responsables.

Cà ressemble à un camp avec des tentes, des grands jeux, des veillées ; mais c’est différent ; il y a comme un micro climat lié au lieu : une abbaye de contemplatives. L’ambiance est extraordinaire.

 

Deux temps forte au cours de ces quatre jours

 

Célébration avec Pierre Marie Célébration avec Pierre Marie  Avec les parents Avec les parents  

La célébration le matin du vendredi avec la présence de Pierre Marie aumônier d’ACE et l’après midi ,la prière avec les sœurs, dans leur chapelle. Les trappistines attendent ce moment avec impatience. Elles chantent avec, et font les mêmes gestes que nous. Nous leur offrons cette séance pour les remercier de leur accueil ; nous leur offrons un petit cadeau. Elles nous offrent leurs applaudissements et surtout leur grand sourire dont on se souviendra toute notre vie.

 

Il y a aussi le repas du dernier soir. Nos parents viennent en voiture nous reconduire à la maison ; ils participent au spectacle, et partagent notre repas. Ils surpris de notre enthousiasme.

Sarah, 9 ans est inquiète, elle a entendu parler du départ des sœurs : « Ce serait dommage qu’il ‘y est plus de camp à Belval » Sœur Claire l’a rassurée ; je serai là en août 2008 pour vous accueillir ; on est tellement content de vous recevoir.

 

Un tel camp nous permet d’être en pleine forme pour la rentrée scolaire.

Les animateurs sont prèts à continuer les rencontres d’ACE au cours de l’année. Chacun suit sa route. Gaëlle arrête l’ACE, elle a beaucoup donné, elle a beaucoup reçu. Au moment de prendre d’autres engagements, elle nous fait quelques confidences

 

 

 

 

Gaëlle raconte

 

 

Jeux Jeux  

Mon sac de responsable est plein à craquer, la malle de matériel regorge de bouts de papier déguisements et autre objets étranges, signe incontestable d'un départ pour le mini camp de Belval. Le dernier d'ailleurs pour moi, Gaëlle Cokelaer responsable ACE. Je me plais à penser que je termine ma carrière de responsable au même endroit ou je l'ai commencé 5 ans auparavant, sur la pelouse de l'abbaye de Belval...

 

Notre petite troupe d'animateurs arrive enfin dans cette endroit verdoyant ou nous commençons a monter laborieusement un maximum de tente en un minimum de temps. on se regroupe ensuite pour peaufiner nos animations et discuter un peu de nos vies. En effet le lendemain et pour trois jours, une quarantaine de paire de jambes martèleront joyeusement ladite pelouse. La forêt tant convoité par les enfants sera rapidement envahit d'éclat de rire, elle sera tour a tour l'espace idéal pour un jeux de prise, et le lieu idyllique d'une séance de "loup garou" dans la pénombre de la soirée. J'attrape au vol quelques moments propices pour mieux connaître certains enfants lors par exemple des "convois pipi" !

 

Cela dit, la vie en collectivité prend peu a peu la pas sur le reste, on s'organise pour que la vaisselle se fasse au plus vite, que les tentes soient impeccables, ce qui nous laisse ainsi un maximum de temps pour jouer tous ensemble, après tout , on est là pour ça! C'est avec l'entrain que je leur connais nos petites têtes blondes répètent assidûment la chant gestué que nous souhaitons présenter aux sœurs lors des vêpres. Quelque chose me dit que, comme chaque année ce moment sera magique. Je me suis trompé, ce moment était intensément magique! Les sœurs ont reprit avec nous le refrain de notre chanson, certaines ont esquissé quelques gestes en même temps que les nôtres, et toutes ont applaudies... c'est les larmes aux yeux que je quitte l'abbaye et que je clos ce chapitre de ma vie, au combien enrichissant.

 

Gaëlle Cokelaer

 

 

Article publié par Roland Delplanque • Publié • 8609 visites