Pélerinage au Canada (suite 4)

La visite continue avec la basilique Notre Dame

 

Pèlerinage au Canada (suite 4)

 
Un autre joyau de Québec la basilique Notre-Dame, édi­fiée à partir de 1647, elle a été rebâtie à la suite d’incendies dont le dernier remonte à 1922. Dans la crypte sont inhumés les évêques de Québec et des gouverneurs de la nouvelle France. La basilique a droit au titre de primatiale du Québec.
La chapelle et le musée des Ursulines
Cet ordre contemplatif au service de l’éducation des jeunes filles s’est installé en 1639. La première chapelle a été construite par la fon­datrice de l’oeuvre, mère Marie de l’incarnation, native de Tours, inhumée dans l’oratoire. L’exté­rieur a été remplacé en 1902 par un bâtiment ordinaire mais l’intérieur (1723) contient de belles oeuvres de Pierre-Noël Levasseur (18e siècle).
 
La citadelle
Dès la fondation du Québec, Samuel Champlain avait souhaité se parer de toute attaque américaine en installant un fortin sur la hauteur. Pour bien comprendre la ville et l’importance militaire, il faut visiter sa forteresse juchée au sommet du cap diamant à l’est des fortifications. Passé la porte des mailles, on se trouve sur un territoire réservé aux militaires depuis 1820. Un guide appartenant à l’armée canadienne vous mène au vaste terrain de parade entouré de bâtiments disparates. Deux d’entre eux datent de la période française : une redoute de 1693 intégrée au bastion du roi et l’ancienne poudrière de 1750 où se loge le musée Royal du 22e régi­ment. Celui-ci fut crée lors de la guerre 1914-1918 afin de doter les canadiens français d’une unité bilin­gue. Au cours de l’été vous pouvez assister aux cérémonies colorées de la relève de la garde et de la retraite. La fanfare joue des marches cana­diennes et françaises ; la troupe est précédée de la mascotte du régi­ment : un bouc blanc surnommé Baptiste.
 
La chapelle des Jésuites
Cette chapelle (1818) possède un chemin de croix du sculpteur Médard Bourgault (1897-1967) ori­ginaire de Saint-Jean-Port-Joli, et des sculptures de Pierre-Noël Levas­seur (1679-1740) et Alfred Laliberté (1978-1953). On y voit les châsses des trois jésuites tués par les iroquois en 1642 et 1649 et canonisé en 1930.
 
L’hôtel Dieu
Le plus ancien hôpital d’Amérique du Nord, fondé en 1639 par les Augus­tines de Dieppe. La congrégation ouvre aux visiteurs une partie de son monastère, sa chapelle date de 1803, dont le retable est l’oeuvre de Thomas Baillargé (1791-1859) ainsi que le centre Catherine de Saint-Augustin. Cette religieuse qui se fixa au Canada à l’âge de 16 ans a été béatifiée. Dans le musée des Augustines on découvre un triple patrimoine : celui du cou­vent, celui de l’hôpital, celui de la société locale que les Augustines ser­vent depuis longtemps.
 
A suivre.
B. Blot

Article publié par marie-claude aernouts • Publié • 1143 visites