Mgr Tauran, Message pour fin du Ramadan

La fin du ramadan 2010 (Aid Al Fitr 1431)

 

La paix soit avec vous La paix soit avec vous   A l’occasion de la fête de fin du ramadan, la cardinal Jean-Louis Tauran, Président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux, adresse un message des chrétiens aux musulmans du monde entier

Rencontre chrétiens et musulmans, ramadan Rencontre à la mosquée de Lens  
Rencontre chrétiens et musulmans, ramadan
Rencontre chrétiens et musulmans, ramadan
 

Aid Fitr est un jour spécial qui marque la fin du ramadan pour tous les musulmans. Cette fête a aussi été appelée par les musulmans la petite fête par opposition à la grande fête du mouton. Aid Fitr représente également une occasion de rassemblement des proches entre eux préparant ainsi des repas typiquement traditionnels. Pour les musulmans de France la fête aura lieu le 10 septembre 2010

 

 

Chers Amis Musulmans,
1. 'Id al-Fitr, qui conclue le Ramadan, constitue, encore une fois, une occasion propice pour vous faire parvenir les vœux amicaux de sérénité et de joie du Conseil Pontifical pour le Dialogue interreligieux.
Tout au long de ce mois, vous vous êtes engagés à prier, jeûner, venir en aide aux plus nécessiteux et fortifier les rapports de parenté et d'amitié. Dieu ne manquera pas de récompenser ces efforts!

 

2. Je me réjouis aussi de savoir que des croyants d'autres religions, surtout des chrétiens, vous sont spirituellement proches en ces jours, comme en témoignent les rencontres amicales qui souvent donnent lieu également à des échanges de nature religieuse. Il m'est agréable également de penser que ce Message pourra être une contribution positive à vos réflexions.


3. Le thème retenu cette année par le Conseil Pontifical, Chrétiens et Musulmans : ensemble pour vaincre la violence interconfessionnelle, est malheureusement d'actualité, du moins dans certaines régions du monde. Le Comité Mixte pour le Dialogue du Conseil Pontifical et du Comité Permanent d'al-Azhar pour le Dialogue entre les Religions Monothéistes l'avait d'ailleurs choisi comme sujet d'étude, de réflexion et d'échange à l'occasion de leur dernière réunion annuelle (Le Caire, 23 - 24 février 2010). Je me permets de partager avec vous quelques unes des conclusions publiées à la fin de cette rencontre.


4. Parmi les causes de la violence entre croyants se trouve la manipulation de la religion à des fins politiques ou autres; la discrimination basée sur l'ethnie ou l'identité religieuse; les divisions et les tensions sociales. L'ignorance, la pauvreté, le sous-développement, l'injustice sont encore autant de sources directes ou indirectes de la violence entre les communautés religieuses, mais aussi à l'intérieur d'elles-mêmes. Puissent les autorités civiles et religieuses apporter leur concours afin de remédier à tant de situations en vue du bien commun de toute la société! Puissent les autorités civiles faire valoir la supériorité du droit en assurant une vraie justice pour arrêter les auteurs et les promoteurs de la violence !

 

5. Des recommandations importantes figurent également dans ce texte : ouvrir nos cœurs au pardon mutuel et à la réconciliation, en vue d'un vivre en commun paisible et fructueux; reconnaître ce que nous avons en commun et respecter les différences, comme base d'une culture du dialogue; reconnaître et respecter la dignité et les droits de chaque être humain, sans aucune distinction basée sur l'ethnicité ou l'affiliation religieuse; nécessité de promulguer des lois justes qui garantissent l'égalité fondamentale entre tous; importance de l'éducation au respect, au dialogue et à la fraternité dans les divers espaces éducatifs: à la maison, à l'école, dans les églises et les mosquées. Ainsi pourrons-nous contrecarrer la violence confessionnelle et promouvoir la paix et l'harmonie entre les diverses communautés religieuses. L'enseignement des chefs religieux:, mais aussi les manuels scolaires ayant le souci de présenter les religions d'une manière objective, revêtent, au même titre que l'enseignement en général, une importance décisive dans l'éducation et la formation des jeunes générations.

 

6. J'espère que ces considérations, ainsi que les réactions qu'elles susciteront entre vous et avec vos amis chrétiens, pourront contribuer à la poursuite d'un dialogue toujours plus respectueux et serein, sur lequel j'invoque les bénédictions de Dieu!

 

Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux

Jean-Louis Cardinal Tauran
Président
Archevêque Pier Luigi Celata
Secrétaire
 


 Page associée: témoignage de visites pendant le ramadan

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 2938 visites