Le dénombrement de Bethléem

Peinture flamande du XVème siècle de Pieter Bruegel

Bruegel Le dénombrement Bruegel Le dénombrement  Peintre flamand (vers 1525-1569), Bruegel laisse une œuvre à la fois réaliste et “positive”, où il rétablit le lien entre l’humanité et la nature. Les paysans ont une place importante dans son œuvre. Ainsi les retrouve-t-on dans cette œuvre inspirée du recensement à Bethléem selon Luc 2

.

 

  

Pour la mise en scène des personnages, c’est un village flamand, couvert de neige. On y trouve des paysans aux multiples taches, des femmes aux activités diverses, des enfants qui jouent, et même une scène où l’on égorge un cochon, sans oublier l’attroupement à la taverne, espace qui regorge de richesses. Il faut beaucoup de perspicacité pour repérer et détailler  chacune des scènes peintes dans ce tableau.

 

L'auberge et les gens du recensement Bruegel le dénombrement, détail  
L'auberge et les gens du recensement
L'auberge et les gens du recensement

 

  Au milieu de ces détails on découvrira une croix, sur une pauvre masure, en face de l’auberge luxueuse. Sans doute Bruegel a-t-il voulu peindre la pauvreté qui côtoie la richesse,Un homme porte une scie, une femme de bleu vêtue, un âne et un boeuf Bruegel le dénombrement, détail  
Un homme porte une scie, une femme de bleu vêtue, un âne et un boeuf
Un homme porte une scie, une femme de bleu vêtue, un âne et un boeuf
de son temps. Voici une scie que porte un menuisier ; son épouse est juchée sur un âne, tout à côté d’un bœuf. La couleur bleu du vêtement ne laisse aucun doute sur l’identité du couple. Il s’git bien de Marie et Joseph seuls dans le paysage. 

 

 

 

Qu’on ne s’étonne pas de voir les personnages bibliques en costume d’époque XVème siècle… c’était ainsi que les peintres représentait alors les personnages de la Bible. L’attroupement devant la table de l’auberge donne à penser aux riches et à leur bourse, aux vêtements luxueux, bien différents de ceux des pauvres. Une pauvre femme semble traîner dans son jardin Est-ce un aubergiste ? N’est-ce pas plutôt un collecteur d’impôts, comme il devait en exister au temps de Charles Quint ? N’y aurait-il pas aussi un soldat qui vient arrêter quelqu’un ?

  

 

C'est dans ces scènes de la vie quotidienne que s’incarne l’enfant-Dieu, inconnu au milieu d’une foule, au milieu d’une scène de village aux multiples activités… Cette représentation est plus fidèle qu’il n’y parait aux Evangiles, car voici Dieu caché qui vient au milieu des siens, incognito, mais bien réel ! Saurons-nous l’accueillir dans ce jeune couple pauvre qui espère un peu de chaleur humaine ? 

 

Accueil, maison  St Joseph à Bethléem, ensemble pastoral créé par le patriarcat catholique syrien d’Antioche, en 1970) A l'auberge, il n’y avait pas de place pour eux…  
Accueil, maison St Joseph à Bethléem, ensemble pastoral créé par le patriarcat catholique syrien d’Antioche, en 1970)
Accueil, maison St Joseph à Bethléem, ensemble pastoral créé par le patriarcat catholique syrien d’Antioche, en 1970)

 

Tapisserie exposée à l'hôtellerie du patriarcat latin à Bethléem

 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 19099 visites