Catholiques et musulmans en France

Où en sommes-nous?

En novembre 2012, à Lourdes, les évêques de France ont échangé sur les relations entre catholiques et musulmans. Les 1er et 2 décembre à Lyon, un forum islamo-chrétien réunissait, pour la 2e fois, une cinquantaine de responsables chrétiens (catholiques et protestants) et musulmans pour échanger sur « les tentations extrémistes » dans nos communautés.
 

Portes ouvertes chrétiens et musulmans, Lens, le 12 novembre 2005 Visite à la mosquée de Lens  
Portes ouvertes chrétiens et musulmans, Lens, le 12 novembre 2005
Portes ouvertes chrétiens et musulmans, Lens, le 12 novembre 2005
Comme chaque année, de nombreuses initiatives ont eu lieu dans le cadre de la semaine Islamo-Chrétienne, en novembre. Plus que jamais, les relations entre chrétiens et musulmans sont d'actualité, sans oublier l’impact d’évènements au Mali, au Pakistan ou au Moyen-Orient, sur les chrétiens comme sur les musulmans.


La réalité, tant de l'Islam dans le monde que des musulmans en France, est complexe ; or beaucoup, dans les médias en particulier, diffusent à ce sujet des idées simples qui contribuent plus à la peur et aux divisions qu'à la compréhension mutuelle. Pour reprendre une expression de Tareq Oubrou, recteur de la grande mosquée de Bordeaux, le risque dans notre pays n'est pas tant le «choc des civilisations «que le choc des ignorances ».

 

Dans ces conditions, quels sont les enjeux des relations entre chrétiens et musulmans qui suscitent autant de réactions
Soulignons d'abord que, dans les mutations actuelles, plusieurs ne relèvent pas de la dimension religieuse ainsi les conséquences de la fracture de plus en plus grande entre centres-ville et banlieues, la forte sécularisation de notre société au moment où elle devient pluriculturelle et plurireligieuse, ou encore les conséquences de la crise économique et sociale dans les quartiers populaires. Ceci dit, ces mutations, qui s'inscrivent aussi dans la mondialisation, provoquent des crises de repères et de construction des identités, particulièrement chez les jeunes pour qui la dimension religieuse peut être un recours.


Ensuite, depuis quelques années, nous constatons la montée d'inquiétudes et de peurs chez nombre de concitoyens, parmi eux des catholiques, vis-à-vis de l'islam et des musulmans et, dans le même temps, la fatigue ou l'exaspération des musulmans devant le traitement par les médias de tout ce qui se rapporte à eux. Qui dit peur dit émotion et absence de raisonnement.


Comment lutter contre cette peur? En favorisant, au maximum et au plus près de la vie des gens, les échanges et les rencontres; en multipliant les initiatives de formation et de connaissance mutuelle parmi les jeunes en pratiquant des échanges au cours de la formation des futurs cadres religieux.


Portes ouvertes chrétiens et musulmans, Lens, le 12 novembre 2005 Visite à l'église du Millénium  
Portes ouvertes chrétiens et musulmans, Lens, le 12 novembre 2005
Portes ouvertes chrétiens et musulmans, Lens, le 12 novembre 2005
Nous sommes, en effet, devant un triple défi le défi citoyen de vivre ensemble dans une société interculturelle et interreligieuse, le défi spirituel de témoigner de Dieu dans une société sécularisée et le défi, pour les chrétiens, d'approfondir leur identité chrétienne, leur enracinement en Christ tout en s'ouvrant à la rencontre de l'autre dans une attitude de respect et d'estime, selon l'enseignement de Vatican Il.


P. Christophe Roucou, mdf
Directeur, Service national des relations avec l'islam,
Conférence des évêques de France
 

Fermer