Bonne route à Aude Gombaud

vers d'autres chemins professionnels...

Départ Aude Gombaud Départ Aude Gombaud   En ce vendredi 11 octobre 2013, une trentaine de personnes des services de la Maison Diocésaine et de l’association du Joyel d’Arras étaient présentes pour rendre hommage à Aude Gombaud.


Michel Tillie, président de l’Association du Joyel d’Arras à ému l’assemblée en retraçant le parcours d'Aude durant ces 3 ans de mission au sein du service de la Commission d’Art Sacré du diocèse et de l’Association du Joyel d’Arras.

 

Nous remercions Aude pour son sourire, son accueil, sa disponibilité, son écoute, sa rigueur dans le travail et nous lui souhaitons une excellente route vers d’autres chemins professionnels... 

 
Voici le discours de Michel Tillie, président de l’Association du Joyel d’Arras :
 
Départ Aude Gombaud Départ Aude Gombaud  "Chers amis
 
Permettez qu’en commençant je vous présente les excuses de notre évêque retenu à, Laventie. Et Marie Lehy, en réunion à Lille pour représenter Mgr Jaeger, Evêque d'Arras pour le patrimoine religieux.
 
11 octobre ! Voudrais-tu, Aude, célébrer un anniversaire ?
À cette même date de 2011 nous étions aux aguets   à l’ATRIA pour le colloque « Quel devenir pour nos églises ». Je pense que tu t’en souviens la journée reposait sur tes épaules et l’inquiétude planait dans nos esprits, j’y reviendrai.
Je voudrai rappeler notre première rencontre. C’était il y trois ans environ (septembre 2009) : lors d’un jury d’examen à l’université d’Artois. Une étudiante que j’avais « encadrée », Delphine, me dit : « je voudrai vous présenter ma copine qui aimerait faire son stage de fin d’étude avec vous ! »
Cela tombait bien nous avions le projet de créer avec la PRTL « Des itinéraires découverte des églises »
Encore fallait-il l’accord des autorités du diocèse et que le personnage que l’on me présentait fasse l’affaire. J’avais devant moi une jeune fille qui apparemment attendait beaucoup du « vieux monsieur » qui la découvrait. Rendez-vous est pris pour la semaine suivante avec Monique.
abbaye d'Oosterhout abbaye d'Oosterhout  © CDAS
abbaye d'Oosterhout
abbaye d'Oosterhout© CDAS
Nos avions déjà à l’époque une autre stagiaire : Marie Lehy. Je craignais qu’elles ne fassent pas bon ménage, et puis où la mettre dans nos locaux déjà saturés ! Mais bon en se serrera …
 Avec Monique nous lui présentons le sujet possible de mémoire qu’il fallait faire agréer par les professeurs de l’Université. Après quoi nous acceptons d’accueillir Aude dans l’équipe au mois d’avril suivant (2010).
La voici découvrant les arcanes de la Maison et elle se met au travail : recherche de circuits possibles au plus proche d’Arras (on ne dispose que de trois mois), contact avec les communes, les Pays, les agents du patrimoine, et les paroisses. Un gros travail de dépouillement et d’analyse pour restituer en juillet un travail de grande qualité qui a conduit M l’Abbé Varlet à lui proposer d’aller plus loin et d’essayer de développer le projet sur l’ensemble du diocèse.
Après quelques semaines de vacances, commence alors une nouvelle aventure car entre temps il lui est demandé de préparer avec Marie pour l’année suivante le colloque « Nos églises quel devenir ? » Vous connaissez-tous la réussite de cette rencontre mais vous ne savez pas combien de moments de désespoir et de découragement nos deux filles ont traversé… . Mais ce fut aussi des moments de grandes satisfactions dans les contacts avec des personnes inconnues jusqu’alors. Je ne citerai qu’Eric Blot, chargé de la sécurité au Ministère de la Culture, qui depuis a appelé Aude à témoigner dans des rencontres nationales destinées aux Conservateurs des Monuments historiques ; belle reconnaissance du travail fait.
Ce colloque a provoqué de nombreuses interrogations et ouvre de nouveaux horizons. Mgr nous demande de développer les contacts locaux et les actions.
Au fil des églises inauguration Au fil des églises inauguration   Le projet «  itinéraire » reçoit alors son titre : « Au fil des églises » ; il est soutenu techniquement et financièrement par le Conseil Général. Nouvelle façon de travailler avec une instance de la société civile : un comité de pilotage avec de nouveaux partenaires (le Conservateur départemental, l’Office départemental de Tourisme, les fédérations de randonnées), des orientations nouvelles à suivre : un projet sur le WEB et non plus sur papier, des aspects du respect de laïcité à prendre en compte tout en donnant une dimension spirituelle ; ces contraintes tu as su t’y soumettre sans que nous perdions notre identité. 
Une nouvelle démarche, donc, qui amène un nouveau projet à mettre en place : pour que les églises soient visitables il faut qu’elles soient ouvertes, pour cela il faut former des laïcs et ensemble avec Michel Rossi, Marie et l’appui de Paul Agneray nous créons le cycle de formation faites parler les pierres. C’est encore une nouvelle activité où tu développes avec la rigueur que l’on te connait des règles simples de gestion de nos églises. J’ai dit rigueur et non pas raideur ! Car tu as su faire passer avec souplesse des idées qui sont souvent à l’opposé de celles que nous rencontrons sur le terrain.
Tout cela t’a amenée à rencontrer les agents du patrimoine des Pays les offices de tourisme mais aussi des EAP pour présenter le projet et rassurer les inquiets : Nouvelles découvertes pour toi, et, pour l’équipe, nouvelle action à mettre en place : un service SOS autrement dit : répondre aux demandes d’aide et d’informations.
Lorsqu’il a fallu présenter le projet à nos mandataires tu es passée par les sinuosités administratives sans te perdre, et tu as eu l’idée géniale de proposer une inauguration à Berck sur Mer. Tu as découvert alors les rouages politiques et leurs inconvénients sans pour autant y perdre la face. Tu as pu mesurer la fragilité de tout ce que nous créons quand derrière il n’y as pas de solides assises.
Le jour de l’inauguration du site tu étais sur ton 31 mais dans de petits souliers !! Et pourtant tout a bien fonctionné, même le relais internet ! Notre souci était que ce projet plaise et rencontre l’adhésion de tous. Tous les deux nous nous interrogeons, Comment les élus allaient réagir qu’est-ce que Mgr allait dire ? Nous ne sommes plus inquiets aujourd’hui, en effet les médias s’intéressent à ce projet : Narthex de la Conférence des évêques qui demande une interview, France 3 régionale qui propose un reportage sur le terrain, la Croix de Paris et la presse locale (Eglise d’Arras) relatent le fait dans leurs colonnes, puis, effet indirect, d’autres chaînes TF1 M6 te demandent de témoigner sur la sécurité dans les églises.
Le projet devient pour nous une double obligation : obligation de résultat et obligation de l’enrichir continuellement ; ce sera la mission de Marie. J’ai bon espoir, à ce jour nous avons 2100 visites du site depuis le 1er mai. Tu es en droit d’être satisfaite même si certains jours j’ai un peu râlé.
Je voudrais terminer par quelques petites notes pour souligner ta personnalité. Tous les jours n’ont pas été roses et quelquefois le moral était bien bas. Nous n’étions pas toujours d’accord, un débat s’engageait entre nous trois. Et je me demandais comment une génération à peine trentenaire pouvait travailler avec une autre octogénaire ! Toi et Marie m’avez donné la réponse : « d’une part vous nous faites confiance et d’autre part nous profitons de votre expérience », je veux bien mais l’expérience ne se transmet pas elle s’acquiert. N’est- elle pas la somme des erreurs commises ? Alors ne vous fiez pas à la seule expérience des autres. Michel Rossi disait souvent quand nous réfléchissions sur nos projets: « nous devons être en communion avec les autres dans ce que nous faisons », je pense que c’est là l’essentiel.
Dans nos doutes nous avions le besoin de soumettre nos idées au Père évêque ce qu’il a accepté chaque fois que nécessaire. Nous le faisions au cours d’un repas le soir et, surprise, pour l’occasion tu nous as fait découvrir tes talents de cuisinière, c’est un vice caché ou une qualité comme vous le voudrez.
Enfin vous avez remarqué que j’ai cité Marie à plusieurs reprises, la raison en est simple Aude et Marie étaient très complémentaires dans leurs approches. Nous avons bénéficié de cette complémentarité, Aude nous quitte pour d’autres horizons, il nous appartient de maintenir ce qu’elle nous a apporté : sa rigueur d’analyse et sa capacité de synthèse.

Mgr emploie d’autres mots :
 « Je vous remercie pour votre patient et fécond investissement.
Vous avez aidé le diocèse à faire de grands pas dans l’utilisation du patrimoine religieux pour l’annonce de l’Evangile.
Cette voie innovante doit encore être largement explorée.
Je vous suis reconnaissant d’avoir renforcé la collaboration avec les partenaires de la société.
Je vous souhaite bonne route et vous retrouverai toujours volontiers ! »
 
J’avais l’habitude dire à mes étudiants : « dans votre mémoire il faut que vous laissiez la porte ouverte pour ceux qui vous suivent, le travail est initié il est à continuer », c’est ce que tu as su faire Aude. Je rejoins notre évêque dans cette prospective.
Merci à toi et va vers un nouveau chemin. "
 
Michel Tillie - 5 octobre 2013
 
 
Alicia LIEVEN

 

Article publié par Alicia Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 2753 visites

Fermer