Le synode se termine, la transmission commence…

Echos de la dernière session et de la réception des orientations

Pour en savoir plus : http://www.synodelac.fr/

 

Les 31 janvier et 1er février, les membres du synode se sont retrouvés pour voter le texte final et le remettre aux évêques. Retour sur cette dernière rencontre…

Pour Mgr Ulrich, “Les assemblées se terminent, mais le synode continue”. Il évoque ainsi la réception et la mise en œuvre par les chrétiens des trois diocèses. De fait, les membres du synode attendent que leur participation porte du fruit pour le bien de toute l’Eglise, au moins dans notre région. Désormais, l’essentiel est dans les paroisses, avec le souhait que l’expérience spirituelle vécue par les membres du synode puisse se développer dans les paroisses.

 

Une Eglise faite de passages.

Synode2015 Synode2015  Le synode de la province est une étape dans la longue histoire de l’Eglise. Rappelant l’évènement Vatican II, Mgr Noyer invite à poursuivre le travail commencé au cours du synode. Parmi les passages à vivre, il y a celui d’une Eglise purement territoriale à une Eglise qui habite l’humanité. Il y a le passage d’une foi vécue comme adhésion à un héritage à la rencontre du Christ Seigneur. Enfin, souhait que l’Eglise ne soit pas centrée sur elle-même mais sur l’annonce du Royaume à construire. A nous de trouver les moyens d’annoncer l’Evangile à la société des hommes d’aujourd’hui.

 

L'aller vers et l'annonce

Autant que peut le ressentir un observateur-témoin, le climat apaisé qui s’est dégagé dans la dernière session et le vote final, à l’unanimité moins une voix, témoignent du travail ecclésial accompli au cours des quatre sessions. Dans quelques jours, le texte voté par les membres de l’assemblée et remis aux évêques sera aussi disponible dans la Province. Les fidèles baptisés sauront en faire un bon usage. Pour une saine lecture du document et de ses orientations, il faut se souvenir du questionnaire préparatoire et des nombreuses contributions en retour : “Quelle paroisse pour demain ?”. Cela a permis l’élaboration des orientations que le synode souhaite voir retenues par les communautés constituées en paroisses. L’intuition qui préside à l’ensemble des déclarations est celle de “L’aller-vers” et de “l’annonce”. Une intuition qui rejoint celle du concile Vatican II (Gaudium et Spes)”.

 

Un document d’orientations : cinquante-cinq orientations

Synode2015 2 Synode2015 2  La plus grande partie de la quatrième session a été utilisée pour les votes, chaque texte pouvant recevoir des observations la part des participants avant la mise aux voix sous forme électronique. On y a précisé ce que pouvait être un partenariat, des ministères ordonnés et institués ; les rapports des prêtres aux laïcs missionnés, la participation de tous à l’annonce de l’Evangile et à l’organisation des communautés. Certains membres ne s’étant pas reconnus dans des expressions comme  « ceux qui sont loin de l’Eglise » ou « ceux qui ne sont pas visibles », des reformulations ont été nécessaires. Au final, il y eut une réelle prise de conscience de l’importance de l’accueil et de l’ouverture de nos paroisses.

 

Sous le titre “Objectifs généraux”, les cinquante-cinq numéros, votés un à un, sont répartis en quatre chapitres, à parcourir dans l’ordre proposé : le premier autour de la mission, le second autour de la proximité, le troisième, autour de la communion, le dernier enfin, qui invite à faire des paroisses des lieux participatifs. Dans l’écriture de ces recommandations, des paragraphes appelés innovations (12) ont été introduits, suffisamment évocateurs avec leurs expressions comme ‘envoyé ecclésial’ ou ‘coordinateur paroissial’, au point que nous risquons de nous arrêter à ces douze points et à leur mise en œuvre, oubliant les orientations. Nous aurions alors transformé les objectifs généraux en simples points d’applications.

 

Planter un baobab

Synode2015 4 Synode2015 4  Une innovation, non retenue dans les textes, est cependant évocatrice de ce qu’il faudrait faire : “planter dans chaque paroisse un baobab… c’est-à-dire un lieu où se tienne une assemblée des sages”. Dans l’urgence des choses à faire, liés aux multiples demandes à tenir et devant le nombre plus restreint des acteurs dans la paroisse, il nous faut savoir nous arrêter, tenir un conseil de sages, prendre de la hauteur ensemble, comme le Christ et avec lui monter sur le Thabor, puis savoir en redescendre au milieu des foules, jusqu’au passage par les épreuves et la croix. (Mgr Garnier)

 

Vivre la communion

C'est un souhait souvent répété, celui de vivre la communion. Les textes votés sont le fruit d’une expérience ecclésiale partagée. A force de chercher, les membres du synode ont pu identifier des points concrets d’effort qui pourraient faire avancer dans le goût de la rencontre de frères et de leur montrer le Christ qui fait vivre… Le souhait de Mgr Ulrich est que tous, dans les semaines et les mois à venir, deviennent porteurs et témoins de l’Esprit qui les a réunis et inspirés.

 

Des souhaits qui excèdent l’autorité des évêques localement, ont aussi été entendus ; ils seront à nouveau envoyés par Mgr Ulrich auprès de la CEF (conférence des évêques de France) ou de la curie romaine, comme la question de laïcs qui célèbreraient des mariages, l’accès des divorcés remariés à l’eucharistie, l’ordination de femmes diacres, l’ordination presbytérale pour des hommes mariés.

 

Donner goût de la rencontre avec Dieu

Arnaud Join-Lambert invite l’assemblée à faire relecture, à partir de l’Apocalypse, de ce qu’elle a vécu : ce que l’Esprit dit aux Eglises : ce que nous avons vu, entendu, ce par quoi nous avons été touchés, ce que nous sommes appelés à faire avancer ; ce qui donne goût et le goût que nous pouvons donner. Enfin, Mgr Ulrich évoque la figure du prophète médiateur, celui qui interprète, qui parle au nom de Dieu. Dieu a parlé et parle par des témoins fragiles, vulnérables. Moïse, Jésus ont interpellé, ils ont été contestés… De même Paul en son temps. De même aujourd’hui, le Seigneur continue de passer par de petites voix, non puissantes, vulnérables…

C’est par ces voix, nos voix, que Dieu cherche à faire comprendre qu’il est là, qu’il aime ce monde qu’il veut sauver. Saurons-nous porter la petite voix de l’Eglise au milieu du monde ? La Parole de Dieu, nous ne pouvons pas la garder en nous comme dans une mallette.

Abbé Emile Hennart

 

[Mgr Ulrich convie les chrétiens des trois diocèses pour une journée et une célébration de clôture du synode, le dimanche 27 septembre à La Treille à Lille.]

Article publié par Alicia Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 5067 visites