Homélie de Mgr Leborgne - Ordination Diaconale Anthony Delahaie

Dimanche 21 mai 2023, Monseigneur Leborgne, évêque d'Arras ordonnait diacre, en vue du sacerdoce, Anthony Delahaie en la Cathédrale d'Arras. Retrouvez ci-après son homélie.

 

Homélie de Mgr Leborgne – Ordination diaconale Anthony Delahaie – Cathédrale d'Arras, 21 mai 2023

Ac 1,12-14   Ps 26   1 P 4,13-16   Jn 17, 1b-11a

 

Aujourd’hui, avec le début de la prière de Jésus, dite sacerdotale, le Seigneur nous fait entrer dans un mouvement qui nous entraine, nous dépasse et nous submerge, comme dans un éternel mouvement de danse, celui de la gloire trinitaire : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie », « Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire. Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe », et encore: « Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et moi, je suis glorifié en eux. »

 

« Père, l’heure est venue ». C’est l’heure pour Jésus du don total de sa vie, c’est l’heure qui récapitule toute sa vie dans l’offrande qu’il en fait au Père pour notre salut, c’est l’heure du lavement des pieds et de la croix, c’est l’heure du Serviteur, l’heure diaconale par excellence.

 

C’est l’heure où le Fils glorifie le Père qui lui-même le glorifie, c’est l’heure qui achève la glorification du Père par le Fils tout au long de sa vie terrestre,et où le Fils va se laisser glorifier par le Père de la plénitude éternelle de sa gloire, pour que cette gloire nous travaille au plus intime et glorifie ainsi le Fils.

 

Donation totale du Fils, dépendance radicale consentie et désirée, absolue liberté d’offrande, éternelle disponibilité au don du Père. Fils éternel et Fils dans la chair, il ne cesse de se recevoir du don du Père auquel il se remet dans une absolue confiance, à l’heure même où la violence du monde et de notre péché le clouent sur la croix et croient pouvoir l’engouffrer.

 

Creuset où l’humanité retrouve vie. « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé ».

 

On le voit bien ici, la connaissance dont il est question n’est pas spéculative ou intellectuelle, elle est de communion, elle est de se laisser entrainer dans cette gloire du Père par le Fils et du Fils par le Père afin que le Fils soit glorifié en nous et que la gloire du Père irradie au cœur du monde et de l’histoire.

 

C’est au brasier du don trinitaire de Dieu et de sa gloire, au brasier de l’Esprit Saint, la charité du Père et du Fils en personne, que l’homme prend naissance et est recréé dans la grâce du salut, c’est-à-dire de la vie éternelle, de la vie en plénitude.

 

« Père, l’heure est venue » disait Jésus. C’est l’heure diaconale.

 

Dans quelques instants, Anthony, tu vas être ordonné diacre. Tu vas, dans la grâce de l’Esprit Saint, être tout particulièrement associé au service de Jésus qui est non seulement sa donation totale au Père mais aussi sa disponibilité totale au don même du Père.

 

Tu vas rentrer sacramentellement dans ce service de la Gloire du Père par le Fils et du Fils par le Père où l’homme trouve sa plénitude par la connaissance de Dieu et de celui qu’il a envoyé Jésus, qui n’est rien d’autre que vie éternelle.

 

Brasier de charité non pas comme vertu mais comme donation divine, désappropriation jaillissante, sanctifiante et vivifiante.

 

« La gloire de Dieu c’est l’homme vivant, disait Saint Irénée, et la vie de l’homme c’est de voir Dieu. »

 

Parce que le Christ est la plénitude de l’homme, que celui-ci le sache ou ne le sache pas, le diacre est serviteur de l’homme, au nom de son Seigneur, pour qu’il accède à la plénitude de ce que Dieu désire pour lui, tellement plus que nous imaginons.

 

On a parfois du mal à définir ce qu’est précisément un diacre. Ce n’est pas très étonnant, le signe qu’il devient dépasse ce qu’il en comprend ou ce qu’il réalise. Serviteur d’une gloire qui lui échappe radicalement mais pour laquelle toute personne est faite, serviteur d’une gloire qui ne s’exprime que dans l’humilité et qui, pour qu’elle se déploie chez les autres, ne se reçoit pas sans dépouillement.

 

Anthony, oui les mots sont trop petits pour dire ce que l’ordination diaconale va faire de toi. Cependant, les lectures de ce jour dévoilent un chemin où le Christ t’engage avec lui et nous donnent quelques indications. Ne les oublie jamais.

 

« Père l’heure est venue ». Le Christ prie. Le diacre ne peut devenir ce que l’ordination fait de lui s’il ne prie pas, s’il ne se laisse pas insérer par l’Esprit Saint dans la relation du Père et du Fils. Tu t’engageras dans quelques instants à la prière des heures, mission reçue de l’Eglise de prier avec fidélité pour le monde. C’est une grâce profonde d’une prière qui ne se vit pas au rythme des émotions mais se tient fidèle. Plus largement, ne tergiverse jamais avec la prière.

 

« Père l’heure est venue ». C’est l’heure du don de soi et de la remise de soi à la volonté du Père. Dans quelques instants tu vas t’engager pour la vie à vivre en communion dans l’obéissance avec ton évêque et à ses successeurs. Cet engagement est souvent mal compris aujourd’hui. Ob audire, écouter sous. L’attitude du disciple. Cet engagement renvoie à une obéissance plus fondamentale, celle de la foi, celle du disciple qui sait que la plénitude ne s’accapare pas mais se reçoit dans une attitude de confiance et de disponibilité, celle de celui qui veut se recevoir du Père source de toute vie, et s’offrir à Lui en étant uni par l’Esprit à l’offrande de Jésus. Celle de celui qui renonce à l’auto référencement pour se recevoir d’un amour qui le précède et l’appelle. Cette obéissance là est à l’origine de l’accueil de la vraie charité de Dieu, celle qui, au-delà de toute morale, est écho, rayonnement et manifestation de la charité de Dieu auprès des hommes. Obéissance à Dieu qui seule libère et accomplit, désappropriation de soi qui laisse toute la place à Dieu pour donner toute sa place aux autres en trouvant la sienne propre. Obéissance de charité qui devra toujours être au cœur de ta vie et de ton ministère. Ce qui fait l’âme du diacre et du prêtre, c’est de se laisser façonner par la charité de Dieu. D’en devenir chaque jour l’écho auprès de ceux auxquels tu seras envoyé ne sera jamais une option.

 

« Père, l’heure est venue, glorifie ton Fils afin que ton Fils te glorifie… tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux. » Disponibilité totale au don de Dieu, plénitude de l’homme. L’engagement au célibat pour la vie que tu prononceras dans quelques instants en sera l’écho encore. Disponibilité non supérieure mais autre pour dire la disponibilité à tous le don du Seigneur et la gloire qu’il veut pour nous en partage, signe qui tend vers ce moment où Dieu sera tout en tous et où nous serons totalement glorifiés en lui.

 

Joie de ce que le Seigneur veut faire de toi pour l’Eglise et le monde. Folie de Dieu qui veut nous servir par le service mutuel d’hommes tellement fragiles mais appelés par Dieu pour aimer. Laissons-nous entrainer dans la danse de la Gloire Trinitaire, invitons le monde à y entrer.

 

Que le Seigneur soit béni !

 

 

                                                                                                                        

Article publié par Service Communication • Publié • 1916 visites