Veillée de prière silencieuse suite à l’attentat de la basilique Notre-Dame de Nice

Cathédrale d’Arras.

Prière silencieuse en la cathédrale d’Arras

(texte retransmis)

 

Priere silencieuse cathedrale d'Arras 2 Priere silencieuse cathedrale d'Arras 2  Quelques heures après l'attentat à l’arme blanche de la basilique Notre-Dame de Nice, Mgr Leborgne a invité les chrétiens, la communauté musulmane et les laïcs de bonne volonté à une méditation silencieuse pour les victimes et pour la paix. Il a prié pour que la devise de la République Française, Liberté, Égalité et Fraternité, prenne tout son sans dans une France qui traverse de tant de difficultés.

 

Notre pays a été touché par un drame. Trois chrétiens ont été assassinés dans la basilique Notre-Dame de Nice ce matin. Vous qui êtes ici présents, vous êtes tous horrifiés. Nous sommes touchés dans nos êtres d’hommes et de femmes, dans notre chair, dans nos êtres de citoyens. 

 

Et vous, chers amis musulmans qui avez tenu à vous joindre à nous pour ce temps de prière silencieuse, je sais que vous partagez cette conviction qu’il n’y a pas de plus grand blasphème que de prétendre tuer au nom de Dieu. […]

 

Pour ce temps de prière silencieuse, je propose d’abord de prier pour les défunts, pour leur famille. Je propose de prier pour la communauté catholique de Nice et pour tout son diocèse. Je voudrais aussi vous proposer de déposer ce qui nous habite : vos sentiments d’effroi, de colère peut-être, d’abattement, de désespoir… N’ayons pas peur de nos peurs, et nous avons le droit d’avoir peur. Pourtant les chrétiens savent, et Jésus est très clair de ce point de vue-là, que la violence n’est jamais une réponse à la violence.

 

Je vous propose de prier aussi pour la paix. Pour la paix authentique, non pas la paix facile de ceux qui ne se parlent pas, qui se méprisent… Cette vague de tolérance molle : je te tolère… Celui qui a déjà vécu une expérience de tolérance, sait l’expérience d’humiliation que cela est. Prions pour cette paix qui est faite de respect profond, qui est faite d’éducation à la liberté évidemment, et pour construire la fraternité. Je n’oublie pas que la devise républicaine est « Liberté, égalité et fraternité », que les trois se construisent ensemble. Et c’est en tricotant, en conjuguant ces trois valeurs que nous pourrons construire une société véritablement pacifique où chacun trouve sa place. 

 

Je vous propose de prier pour la paix, c’est-à-dire pour la liberté, pour l’égalité et pour la fraternité qui ne se construisent jamais sur le mépris ou sur l’humiliation, mais sur le débat authentique, démocratique et respectueux. Je vous propose de prier pour la paix c’est-à-dire pour cette exigence de justice et de vérité pour qu’ensemble nous puissions vivre l’aventure de notre humanité.

 

Enfin, puisque nous sommes tous croyants ici, je vous propose, chacun dans notre tradition, de prier le Dieu trois fois saint, pour qu’il fasse de nous des artisans de paix.

 

 

 

 

Cathédrale d’Arras. Jeudi 29 octobre 2020 

Veillée de prière silencieuse  suite à l’attentat de la basilique Notre-Dame de Nice 

 

Notre pays a été touché par un drame. Trois chrétiens ont été assassinés dans la basilique Notre-Dame de Nice ce matin. Vous qui êtes ici présents, vous êtes tous horrifiés. Nous sommes touchés dans nos êtres d’hommes et de femmes, dans notre chair, dans nos êtres de citoyens.  

 

Et vous, chers amis musulmans qui avez tenu à vous joindre à nous pour ce temps de prière silencieuse, je sais que vous partagez cette conviction qu’il n’y a pas de plus grand blasphème que de prétendre tuer au nom de Dieu. Je vous ai invités et vous avez répondu en très peu de temps, et je sais que beaucoup sont en communion avec nous y compris les représentants des institutions et les élus. Je salue d’ailleurs l’adjoint au maire d’Arras qui est parmi nous. 

 

Pour ce temps de prière silencieuse, je propose d’abord de prier pour les défunts, pour leur famille. Je propose de prier pour la communauté catholique de Nice et pour tout son diocèse qui est touché dans sa chair. Je voudrais aussi vous proposer de déposer ce qui nous habite : vos sentiments d’effroi, de colère peut-être, d’abattement, de désespoir, que sais-je ? N’ayons pas peur de nos peurs, et nous avons le droit d’avoir peur. Pourtant les chrétiens savent, et Jésus est très clair de ce point de vue-là, que la violence n’est jamais une réponse à la violence. 

 

Je vous propose de prier aussi pour la paix. Pour la paix authentique, non pas la paix facile de ceux qui ne se parlent pas, qui se méprise… Cette vague de tolérance molle : je te tolère… Celui qui a déjà vécu une expérience de tolérance, sait l’expérience d’humiliation que cela est. Prions pour cette paix qui est faite de respect profond, qui est faite d’éducation à la liberté évidemment, et pour construire la fraternité. Je n’oublie pas que la devise républicaine est « Liberté, égalité et fraternité », que les trois se construisent ensemble. Et c’est en tricotant, en conjuguant ces trois valeurs que nous pourrons construire une société véritablement pacifique où chacun trouve sa place.  

 

Je vous propose de prier pour la paix, c’est-à-dire pour la liberté, pour l’égalité et pour la fraternité qui ne se construisent jamais sur le mépris ou sur l’humiliation, mais sur le débat authentique, démocratique et respectueux. Je vous propose de prier pour la paix c’est-à-dire pour cette exigence de justice et de vérité pour qu’ensemble nous puissions vivre l’aventure de notre humanité. 

Enfin, puisque nous sommes tous croyants ici, je vous propose, chacun dans notre tradition, de prier le Dieu trois fois saint, pour qu’il fasse de nous des artisans de paix.

 

+ Mgr Olivier Leborgne 

 

 

 

 

 

Article publié par Alicia Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 357 visites